Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 16:12

SORTIR-ET-PARTIR.jpg

Par nicolas le 24 mai 2007

 

Source: BLOGDEI 2.O


 

Un lecteur du site Slice of Laodicea (« une tranche de Laodicée ») a posé la question suivante, à laquelle Ingrid Schluter, journaliste radio chrétienne, tente d’apporter une réponse ou plutôt un surcroît de question: faut-il partir ou rester dans les églises qui commencent à dévier? Ce sera pour nous, ici, l’occasion d’entamer un débat et de partager nos expériences sur la question, et nos convictions fondées sur la Bible.

 

Quand faut-il partir de certaines églises, et faut-il le faire en marchant ou en courant? Cette question dérange beaucoup de monde et je cherche moi-même la réponse. Je ne crois pas à la solution de facilité qui nous ferait sauter d’une église à l’autre au moindre problème. Se montrer mécontents à propos d’un sujet complètement secondaire comme le nouveau papier peint du coin des enfants serait déraisonnable. Déraciner toute une famille en quittant l’église n’est pas une solution. Cependant, en se penchant sur les erreurs d’interprétation du terme « apostasie », nous pouvons voir ce que Dieu dit dans les Ecritures au sujet de « Sortir de cette église! ». Mais où est donc ce passage biblique ?


Vous savez qu’ici sur blogdei, on nous a accusés d’être « tueurs de pasteurs », ce qui est on ne peut plus faux. De nombreux pasteurs s’expriment ici en toute liberté, mais aussi des voix divergentes et c’est là sans doute la raison de ces critiques: certains, qui ont peut-être des choses à cacher, ne supportent pas le dévoilement. Mais le dévoilement comme le départ d’une assemblée déviante sont l’un et l’autre risqués. Souvent, au nom de l’amour, on préfère « jeter la couverture » sur la nudité de notre « Noé » endormi en cuvant son vin, comme si l’accès à la Nouvelle Alliance ne nous était pas octroyé par le Sang du Christ, et comme si nous n’étions pas TOUS une nation de sacrificateurs, mais seulement une troupe d’enfants dépenaillés remis aux bons soins de « leaders ». Je milite contre ce terme de « leader » et vous invite à le faire disparaître de votre vocabulaire, au risque d’idolâtrer vos responsables spirituels et de les faire chuter).

 

L’amour pourtant, comme le rappelait notre soeur d’Astier de la Vigerie, requiert la fermeté dans le traitement des problèmes avérés et établis: l’amour ne consiste pas à dire à un cancéreux qu’il souffre d’un rhume des foins. Il est souvent nécessaire de confronter publiquement l’erreur, et Jésus et ses apôtres l’ont fait en donnant des noms !

Nous avons diffusé l’appel du frère prophète Christian P. à sortir de Babylone et nous sommes fait l’écho depuis longtemps de ce mouvement que feu Ismael Sadok nommait les « célibataires spirituels », et que d’autres appellent les Sans Eglise Fixe (SEF), ou encore avec humour « l’Eglise Gazeuse » ! Nous avons suivi la polémique qui opposait aux USA l’éditeur du magazine Charisma qui, avec une certaine sagesse, justifiait de la nécessité des « structures », à Georges Barna, responsable d’un institut de sondage évangélique qui concluait que les chrétiens étaient plus en santé spirituelle dans les églises de maison que dans les églises établies. Quoiqu’il faille toutefois prévenir ceux qui sortent des églises que si leur coeur ne change pas, ils erreront dans le désert comme le rappelait le frère Strom !

Nous avons depuis longtemps aussi suivi le parcours du frère néo-zélandais Andrew Strom, comment il a quantifié et chiffré à des dizaines de milliers de personnes ceux qui quittaient les églises officielles dans son petit pays, ainsi qu’en témoignait cet article du magazine Reality.

Nous l’avons suivi à Kansas City où il pensait pouvoir suivre de près le Mouvement prophétique. Puis nous avons suivi les distances qu’il a prises avec ce mouvement devenu commercial et balaamite. Non sans crainte, nous avons salué son courageux message: « Il est temps d’entrer en guerre contre les systèmes d’églises qui tuent les âmes » puis ses arguments en faveur du ralliement à un mouvement plus structuré.

 

Je voudrais, avant de laisser la place à la réponse d’Ingrid Schluter, ou plutôt à ses propres interrogations, vous rappeler un principe spirituel posé par la Bible: chaque situation requiert d’obtenir de Dieu, dans la prière, l’assurance que nous sommes au bon endroit et d’agir correctement, un « collyre » pour oindre nos yeux par nature « aveugles ». La Bible n’aidera pas beaucoup la raison humaine non régénérée dans ses choix: « Ne répond pas à l’insensé selon sa folie », dira-t-elle. Et ensuite elle dira: « Répond à l’insensé selon sa folie ». Mais si nous sommes dans une situation bloquée, si nous sommes engourdis dans le compromis, quelle assurance avons-nous que la situation demain sera meilleure? « C’est maintenant le moment favorable », dit l’apôtre Paul. « Lâchez la chose en main », disait Watchman Nee dans son ouvrage « La Libération de l’Esprit »: comment pouvez-vous recevoir ce que Dieu veut vous donner si vous avez déjà les mains pleines de ce qui contient certes de la vérité, mais qui n’est pas toute la vérité? Comment savoir trancher? Avons-nous franchi la limite des justes concessions, nécessaires pour une vie en communauté, et avons-nous glissé subrepticement vers le compromis? Comme le disait avec raison l’observateur du réveil charismatique et auteur de « L’homme une trinité », Dennis Bennett: « Si tu t’asseois sur un glaçon et qu’il fond, reste. Mais si c’est toi qui gèles, PARS ! »

 

Sans vouloir jouer plus que de raison sur la corde des émotions, nous vous avons présenté plusieurs avertissements prophétiques en phase avec l’époque actuelle. A cause d’un grand désordre dans la classe de ceux qui se nomment eux-mêmes « leaders », qui fait ressembler notre pays à ce qu’était Israël au temps des Juges, certains ont pu prophétiser que la meilleure part serait quasiment celle des « SEF ». Mais l’avertissement le plus « concret » que l’Esprit montre à plusieurs sur le temps dans lequel nous sommes, c’est la vision des deux réveils, le vrai et le faux.

Les uns, avides de « réveil » massif, de pouvoir et de facilité, comme Lot, glisseront vers la vallée en apparence fertile, cherchant à attirer les foules à coup de pseudo-promesses bibliques et en réalité démagogiques. Ils se créeront leur réseau, se nommeront entre eux « apôtres », « prophètes » et autres titres, se bâtiront des temples de plus en plus grand et loueront pour dix shekels et une chemise des lévites peu scrupuleux, ou tout simplement des Balaam marchant dans le compromis. Ils se reconnaîtront entre eux, s’inviteront entre eux et s’approuveront entre eux, sans se rendre que leur système pyramidal basé sur eux-mêmes et leurs dons ne cachera qu’à grand peine la violence de leur comportement, doux en apparence, mais qui risquera de se terminer comme ce genre de prédateur, qui rencontre un jour plus dangereux que lui: le PÉCHÉ qui, tapi au fond de notre nature, n’a pas été maintenu dans la crucifixion.

D’autres, comme Abraham, se laisseront attirer au désert, car nous entrons dans le temps du marquage et de la séparation. Je ne voudrais pas dénigrer ce qui est le fondement de nos positions eschatologiques sur la promesse de l’Enlèvement (promesse que la théologie Kingdom Now et prospère nie désormais ouvertement) et en venir à prêcher un « enlèvement secret » voire un « élitisme » de mauvais aloi. Non, je voudrais engager chacun à chercher le Seigneur pour voir en quel temps nous sommes: bientôt, tout sera tellement structuré que c’en sera fini du véritable ministère de pasteur « biblique ». On ne verra plus que des pasteurs « à 10 shekels », une chemise et une assurance vie. En fait de prophètes, les Balaam à la mode vous vendront leurs oracles, et c’est par billeterie que vous serez invités à acheter votre ticket pour plus de gloire et plus de feu.

 

La nuit vient, bien aimés. Et il est temps de nous mettre en mouvement et de SAVOIR où est notre place: ainsi nous ne serons plus des enfants flottants et emportés à tout vent de doctrine. Les mouvements de l’enfance, les jeux et les batifolages du parvis (les louangettes musicales des milliers de jeunes que nous avons poussé dans cette voie en leur disant que c’est ainsi que Dieu doit être honoré) ne seront que du foin et du chaume quand viendra l’heure, peut-être proche, du Jugement Dernier. C’est par ces mots, lourds, que je voulais introduire le débat auquel nous convie Ingrid:

 

Réponse d’Ingrid Schluter, SliceofLaodicea.com


Je fréquente une église du Midwest qui est connue au niveau national et dont je ne citerai pas le nom, ni celui du pasteur.

 

Tout au long des années qui se sont écoulées, il a prêché avec vigueur sur le sujet de la sainteté et de la séparation d’avec le monde. Puis, au cours de l’année dernière, j’ai remarqué quelques changements discrets et gênants dans la conduite de l’église. Des choses que je n’aurais jamais imaginées se produire ici étaient à présent acceptées et approuvées. Nos temps de louanges ont changé radicalement et se sont alignés sur la mode contemporaine. Des artistes chrétiens ont été invités dans notre église pour exécuter leur « ministère » dans le domaine de la musique moderne. Tous ces groupes de musique se sont produits dans notre église l’année passée : Barlow girl, Sonic Flood, Point of Grace, Mercy Me, Casting Crowns, Pocket Full Of Rocks, Avalon, 4th Ave nue Jones et the Extreme Team. Je ne suis pas allée à un seul de ces « événements ».

 

Point of Grace s’est produit lors d’ un culte et au milieu du premier chant, je me suis levée et j’ai quitté l’église. Etait-ce une erreur de ma part ? Depuis, je n’arrive pas à parler à un seul des responsables de mon église à ce sujet, c’est comme si j’étais étiquetée « pharisienne » ou « fauteuse de trouble », vivant sous un « joug religieux ».

Que faire lorsque ces choses se passent dans votre propre église? Partir ou rester ? Quelqu’un peut-il me conseiller Bible en main ? Est-ce le temps de prier et de croire que Dieu va changer les circonstances, ou bien est-ce le temps de faire ses bagages ? Je ne demande pas un conseil personnel, mais je m’adresse à des frères et sœurs dans le Seigneur pour recevoir des avis scripturaires inspirés de l’obéissance à Dieu. Oui, je prie, mais parfois les nuages sont bas, confusion et incertitude m’assaillent.

 

Dans cette église, depuis la chaire, Benny Hinn est ouvertement approuvé ainsi que Paul et Jan Crouch, fondateurs de TBN (Trinity Broadcast Network) impliqués dans un scandale mémorable aux USA (sexe, drogue, homosexualité). Un portrait de notre pasteur posant aux côtés de Paul Crouch figure bien en vue dans le hall principal de l’église. Je n’ai jamais pensé une seule minute que les responsables de notre église pourraient afficher ce portrait aux yeux de tous et, par là, cautionner les écarts de conduite du réseau TBN. N’est-ce pas comme une approbation ?

Que faire donc ? Les chrétiens doivent-ils compter sur Dieu pour changer les circonstances ou partir pour ne pas cautionner ces choses ? Partir de ce type d’église est-il une action non scripturaire ? Merci pour vos réponses avec références bibliques s’il vous plaît !

 

Préambule au débat 

 

La question posée par Ingrid Schluter «Faut-il quitter une église qui dévie de la saine doctrine?», ainsi que l’exposé de Nicolas à propos de la situation actuelle, entraîneront certainement un grand nombre de commentaires, et de réactions. Oui, disons-le clairement, il faut sortir des groupes dans lesquels l’iniquité prévaut, où le mensonge est prêché, où la séduction établie (et elle a beaucoup de visages différents, dont certains paraissent très spirituels), mais pas avant d’avoir combattu pour la vision qui est la nôtre. Attention aux appels à sortir sans discernement. Souvenons-nous que Dieu ne détruit pas les églises mortes, comme il fut dit à Sardes, une des églises de l’Apocalypse (3/1). Pour être vraiment complets et équilibrés autour de cette question douloureuse, il faudrait également répertorier tous les comportements charnels des faux chrétiens (oui, il n’y a pas que des faux responsables ou de fausses églises) qui cherchent — sans s’en rendre compte sans doute — à faire basculer le pouvoir spirituel entre les mains du peuple, par pure et simple rébellion au Saint-Esprit, abandonnant leur famille spirituelle au premier mot de travers. Attention aux hommes et aux femmes de Belial, qui passent leur temps à creuser à la recherche du mal, et sur les lèvres desquels il y a un feu brûlant (Prov. 16/27). Attention aux déçus des églises, aux ministères amers, aux revenchards du système parce qu’on ne leur a pas donné la place qu’ils estimaient mériter. Et lorsque nous aurons dépoussiéré notre lampe de ces scories, et que la situation s’avérera bloquée, trop engagée dans la séduction, alors sortons en secouant la poussière de nos pieds, et le cœur en paix. Oui, les principes de la confusion religieuse (Babel) s’immiscent partout, et le système religieux des hommes ne servira jamais de chandelier au Saint-Esprit, mais je pose la question: si tous ceux qui ont encore conscience de ces faits, si tous ceux qui ont encore la lumière de la vérité quittent pour se ré-unir deux rues plus loin, l’église ne s’enfoncera-t-elle pas plus vite et plus sûrement dans d’épaisses ténèbres ? Notre devoir est de combattre pour nos frères en tout premier lieu, puis ensuite de sauver nos vies et celles de nos enfants des ferments du diable. Il est bon de se souvenir enfin que sur les sept églises de l’Apocalypse, deux seulement étaient agréables à Dieu; et pourtant le Seigneur a continué de considérer les cinq autres comme ses églises. Il n’a appelé personne à en sortir, mais à revenir à Lui. C’est le message. Son désir est de réveiller ce qui est endormi, de sauver ce qui est perdu, tout comme Il se révéla à nous… alors que nous étions morts. (Jérôme P.)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Dindé
  • Le blog de Dindé
  • : Écrire et publier des articles pour œuvrer au réveil spirituel de l’Église de JÉSUS-CHRIST.
  • Contact

Profil

  • Dindé
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.

Texte Libre

Ce blog, pour interpeller et inciter l'Eglise de JESUS-CHRIST à retrouver la vie qui l'animait à sa descente de la Chambre Haute!

Recherche

Archives

Pages

Liens