Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 14:29

MARIAGE.jpg

 

Par Ginette Gaasch

  
Construire une vie de couple, c’est un peu comme construire une maison.
Pour que celle-ci tienne debout, il faut un bon terrain, des matériaux de bonne qualité , un bon architecte et un bon maçon.


Pour construire son couple, il faut avoir trouvé le bon architecte, c’est à dire Dieu, car c’est lui le concepteur du mariage.


Ensuite, il est important de choisir ensemble le bon terrain, celui de nos croyances, de nos valeurs communes c’est cela qui va nous permettre de construire sur des bases solides.
Puis il faut retrousser ses manches et travailler, travailler encore, pour élever les murs avec le ciment de l’amour et du pardon. Au cours  de mes longues années de mariage, j’ai pu expérimenter combien sont utiles les conseils donnés par Dieu dans sa parole, la Bible. Voici les recommandations qu’il nous donne dans le livre de la Genèse  « L’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme et les deux deviendront une seule chair ».

 

 1 – QUITTER 

 

Un couple marié depuis 7 ans avec 3 enfants me disaient dernièrement « Nous habitons la même  maison que nos parents : eux sont au 1er étage et nous au rez de chaussée. Ils ne respectent pas notre choix de vie, et nous trouvent trop rigides avec nos enfants. Ils interviennent dans leur éducation. Mon mari n’ose pas poser les limites à ses parents, et vous imaginez les conflits qui s’en suivent entre nous ». Ce couple a bien sûr négligé de mettre en pratique la première recommandation de Dieu : quitter père et mère.


Il y a parfois un avantage matériel à rester habiter chez les parents, mais quelles difficultés s’en suivent si l’on ne pose pas des limites claires.


Il est vrai que c’est plus facile de quitter l’autorité des parents quand on a mis une distance, géographique entre eux et nous. Toutefois, même dans la situation exposée ci-dessus, il est possible de vivre une vie de couple en autonomie en expliquant aux parents qu’ils doivent maintenant nous laisser vivre le style de vie que nous avons choisi, et qu’ils doivent rester à leur place c’est à dire derrière, comme soutien et non plus comme acteurs principaux. 

Comment quitter ? Dans la paix, mais avec fermeté si nécessaire. En tant que couple, nous n’avons plus à nous soumettre à l’autorité de nos parents, mais entrer dans la dimension de la soumission mutuelle, et de l’interdépendance.. C’est indispensable pour arriver à construire sa vie de couple, et éduquer ses enfants. Veiller à bien faire la différence dans nos cœurs entre honorer ses parents et continuer à leur obéir plus ou moins consciemment.

Honorer et respecter nos parents est un commandement auquel nous devons obéir jusqu’à la fin de nos jours.
Par contre, il est important  qu’en tant que couple nous décidions de re-choisir nos propres valeurs, celles que nous voulons garder de l’éducation de nos parents respectifs, et celles que  nous allons laisser tomber. Choisir notre mode de vie et apprendre à faire des choix en accord l’un avec l’autre, est une démarche d’adulte.. Les conseils de nos aînés peuvent être utiles parfois et être intégrés dans notre réflexion de couple. Mais il est faux et dangereux de n’oser rien décider sans l’aval des parents. Cela nous empêche de mûrir et de devenir responsable.

 

 2 - S’ATTACHER 

 

L’attachement est un processus. Et ce n’est pas l’amour fou que l’on ressent au début de la relation amoureuse qui se concrétise par le mariage et le don sexuel. C’est une tout autre réalité, car il se construit tout au long de la vie.


En Hébreux il correspond à « s’appliquer à tenir ferme, et à rester uni ».
En grec, il évoque l’image de deux feuilles de papier collées sur toute leur surface, et que l’on ne peut détacher sans qu’elles se déchirent.

On ne peut s’empêcher de penser au déchirement du divorce. L’attachement se  transforme et grandit tout au long des différentes étapes de la vie : pendant la lune de miel, celui de l’organisation de la vie commune, et sur le long terme. Il se fait dans un fondu enchaîné au fur et à mesure que l’on se détache des parents.

C’est mon conjoint qui devient mon plus proche prochain, c’est avec lui que je veux bâtir ma vie de couple et de famille. Cela va donc nécessiter certains choix, qui vont m’amener à lâcher certaines attitudes, priorités ou relations pour en choisir d’autres qui permettront la consolidation de mes liens dans le couple.
 
S’attacher est un travail volontaire, celui de la construction de la vie de couple.  Comme un enfant, le couple naît, se développe et mûrit, s’épanouit, mais il peut aussi régresser et s’il n’est pas soigné, il peut mourir. C’est donc un processus qui demande des soins constants.


Chaque temps de la vie d’un couple a ses caractéristiques propres. Chaque choix a ses conséquences, ses problèmes et ses ajustements. Celui de l’arrivée de l’enfant en fait partie. La question à nous poser chacun personnellement est: Comment gérons nous les difficultés, les problèmes qui se posent à nous chaque jour, et qui peuvent nuire à la consolidation de notre couple ? Arrivons-nous à en parler calmement, avec maturité, réalisme, en ayant une bonne communication entre nous dans la vérité et l’amour ? Ou avons-nous tendance à nous décharger sur l’autre, en l’accusant ?


Toute la problématique de la vie de couple réside dans notre façon de gérer nos conflits. C’est tout un apprentissage car toute relation peut être génératrice de conflit, tout simplement parce que nous sommes différents.


 Il est donc utile de nous interroger sur notre manière de réagir, savoir reconnaître nos torts, apprendre à communiquer, à nous écouter et nous demander pardon quand ce la est nécessaire.
Reconnaître nos responsabilités dans un conflit, et vivre le pardon réciproque est source de croissance et d’attachement pour le couple. Considérons un peu plus longuement ces différentes étapes de la vie d’un couple :

 

-          La lune de miel : 


 Nous  en rêvons tous et elle est chargée d’une bonne dose d’attentes. Cela peut être un temps de grand bonheur.


 Il arrive aussi parfois que  la découverte de l’autre, de ses besoins, de son intimité, de ses traits de caractère cachés apporte quelque déconvenue et nous plonge dans la perplexité. « Il ou elle n’est donc pas tout à fait ce que j’avais rêvé… » 

 

-          L’organisation de la vie commune : 


Très vite le couple va être appelé à s’entendre sur un ensemble de questions pratiques : l’argent, les loisirs, l’alimentation, les tâches respectives, les habitudes (celui qui est du soir, celui qui est du matin, elle veut dormir la fenêtre ouverte, je la veux fermée, volets et rideaux tirés).

Puis il y a les relations avec la famille, les amis, les engagements dans le sport, dans
l’église, dans la cité. Autant de choses qui vont nécessiter dialogue et négociation, si l’on veut préserver l’unité, car il est essentiel d’éviter que se mette en place un style de vie caractérisé par deux cheminements parallèles.

 

-          L’organisation à long terme :


Elle nécessite des décisions qui engagent le couple dans ses valeurs et sa durée : la venue et le nombre d’enfants, la vie professionnelle de chacun des époux, l’achat ou non d’un logement ou la construction d’une maison.


Il est important de réfléchir à tous ces choix, et de les rediscuter régulièrement, pour voir ce qui doit être réajusté, pour préserver la vie de famille. 

 

-          L’arrivée de l’enfant :

 
Autrefois il arrivait dans la première année du mariage, ce qui n’est plus souvent le cas. Aujourd’hui, grâce aux méthodes de contraception, une grande liberté de choix existe. L’enfant arrive donc parfois plusieurs années après le mariage. Si cela représente un avantage par rapport au budget du couple ou de la possibilité de choix, il n’en demeure pas moins un temps de grand bouleversement. Problèmes de fatigue de la mère, et du père aussi, pour qui les nuits sont plus courtes, et les journées de travail tout aussi longues.


 Toutefois, l’arrivée de l’enfant demeure une grande source d’épanouissement, même s’il peut créer des turbulences dans le duo amoureux. C’est un temps de mûrissement et d’apprentissage du don de soi.


Tout ce qui vit est appelé à grandir . Donc le couple qui est vie, est en période de croissance. 
Si cette pensée est présente à votre esprit, elle vous aidera à dépasser les moments de crise qui peuvent survenir.


 N’oublions pas que l’attachement dans la vie de couple sera consolidé par les sentiments qui seront exprimés. Ils ne concernent pas seulement le temps des fiançailles et de la lune de miel. Nous avons besoin tout au long de notre vie de nous savoir aimer, reconnu comme ayant de la valeur. Nous avons aussi besoin d’être compris, écouté, et de nous sentir en sécurité avec notre conjoint.
Ce sont là les besoins fondamentaux de tout être humain. Si nous savons veiller sur nos comportements et nos paroles pour les combler, nous sommes sur le chemin de la réussite de notre couple.

 

 3 - DEVENIR UNE SEULE CHAIR 

 

Le troisième pilier de la vie de couple, prévu par Dieu, nous rappelle que la sexualité s’inscrit dans le projet de bonheur du créateur. Il l’a prévue pour notre joie, et non pas pour la souffrance et les abus.


La Bible développe une approche positive et non pas culpabilisante comme on l’a trop souvent entendu. Le Cantique des cantiques nous décrit le chant d’amour de la bien-aimée et de son bien-aimé. C’est sans doute un des plus beaux poèmes d’amour jamais écrit, et il se trouve dans la Bible.


Le livre de la Genèse nous rappelle une parole sortie de la bouche du Créateur : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul, je lui ferai une aide qui soit son vis à vis » Genèse 2/ 18
 
Et d’ajouter dans le livre du Deutéronome  24/5 « Lorsqu’un homme sera nouvellement marié, il n’ira point à l’armée, on ne lui imposera aucune charge, et il sera exempté pour raison de famille, pendant un an et il réjouira la femme qu’il a prise ».
Dieu a vraiment pensé à tout ! 


Notre sexualité est donc un don de Dieu. C’est un puissant facteur d’unité dans le couple. Un moyen merveilleux pour remplir notre réservoir émotionnel. Nous avons tout autant besoin qu’un bébé d’être touché, caressé, aimé par les mots et par les gestes. 
 Il convient de rappeler que vie sexuelle et vie spirituelle ont un lien étroit. 


«  Ne vous privez pas l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord,  pour un temps, et pour vaquer à la prière, puis retournez l’un vers l’autre. Il ne faut pas donner à Satan l’occasion de vous tenter » nous dit Paul en 1 Cor 7/5.

 


Quelle sagesse dans cette parole ! Dieu reconnaît que nous avons des besoins sexuels et qu’il est normal de les exprimer  et de les satisfaire dans le couple.


N’utilisons pas trop facilement le prétexte de la fatigue, pour nous refuser.  Notre vie sexuelle est aussi importante que notre vie spirituelle, car elles sont source d’unité. J’aimerais rappeler ici que le moteur de notre sexualité, c’est notre unité affective. Le besoin d’être aimé est au cœur de tout être humain, et n’est jamais assouvi.


 La relation amoureuse doit donc se concrétiser par de multiples signaux : dire « je t’aime » faire des compliments, exprimer sa reconnaissance, faire un cadeau, une surprise, donner de l’aide… Il ne s’agit pas seulement de « faire l’amour », mais de donner de l’amour de multiples façons, afin de bien vivre le don de l’amour comme une joie, une fête, aussi avec mon corps. Pour conclure, j’aimerais rappeler cette parole de la Genèse  1 : 27/28 «  Dieu créa l’homme à son image, il le créa homme et femme…Et d’ajouter :  Dieu vit tout ce qu’il avait créé, et voici, cela était très bon ». 


Ce que le Créateur a déclaré très bon, ne le méprisons pas mais vivons-le dans la joie et la reconnaissance, afin que Dieu soit glorifié dans tous les domaines de notre vie.


http://www.topchretien.com/topfeminin/ 

 

http://pasteurdaniel.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Dindé - dans Etudes bibliques
commenter cet article

commentaires

(Clovis Simard,phD) 24/02/2011 21:21


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-12: CHÊNES ! THÉORÈME DES CHÊNES.

LA GÉNÈSE DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE

Cordialement

Clovis Simard


Présentation

  • : Le blog de Dindé
  • Le blog de Dindé
  • : Écrire et publier des articles pour œuvrer au réveil spirituel de l’Église de JÉSUS-CHRIST.
  • Contact

Profil

  • Dindé
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.

Texte Libre

Ce blog, pour interpeller et inciter l'Eglise de JESUS-CHRIST à retrouver la vie qui l'animait à sa descente de la Chambre Haute!

Recherche

Archives

Pages

Liens