Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 21:33
PAPE EN MITRE.jpg

 

La Bible l'avait prédit dans le livre de l'Apocalypse (chapitre 13), le Vatican et les apôtres du Nouvel ordre mondial sont en passe de le réaliser : l'avènement d'un président mondial (l'Antichrist), d'une institution financière centrale et d'une économie mondiale centralisée (Apoc. 13: 16-18). Les temps courent vers leur fin. A bon entendeur... !


 

Crise financière: la solution miracle du Vatican


Le Vatican a appelé lundi à la création d'une "Autorité publique universelle" et d'une "banque centrale mondiale" pour réguler les institutions financières dans la période actuelle de tourmente et d'incertitudes.


Le document de 18 pages, intitulé "Pour une réforme du système financier international dans la perspective d'une autorité publique à compétence universelle", devrait trouver un certain écho chez les "indignés" du monde entier qui protestent contre les dérives du système économique actuel.

"La crise économique et financière que traversent les pays interpelle tout le monde - les personnes comme les peuples - à effectuer un discernement approfondi des principes et des valeurs culturelles et morales qui sont à la base de la vie sociale en commun", indique le Conseil pontifical pour la Justice et la Paix dans une note.


Le Vatican met en garde contre "l'idolâtrie du marché" et "l'idéologie néo-libérale" selon laquelle les problèmes actuels seraient exclusivement d'ordre technique.


"La crise a révélé des attitudes d'égoïsme, de cupidité collective et d'accaparement des biens sur une vaste échelle", poursuit-il, ajoutant que les économies mondiales devaient assumer une éthique de la solidarité entre pays pauvres et riches.


"Si aucun remède n'est apporté aux différentes formes d'injustice, les effets négatifs qui s'en suivront au plan social, politique et économique seront de nature à engendrer un climat d'hostilité croissante et même de violence, jusqu'à miner les bases mêmes des institutions démocratiques, celles qui sont également considérées comme les plus solides et les plus sûres", peut-on lire dans le document.


Le Saint-Siège appelle à la mise en place d'une autorité supranationale à dimension planétaire et à une juridiction universelle chargée de guider les politiques et décisions économiques.


Une telle autorité devrait prendre comme référence l'Organisation des Nations unies pour gagner ensuite en indépendance.


STRUCTURES EFFICACES


A la question de savoir si ce document pourrait devenir le manifeste des "indignés", le cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, a déclaré :"Les gens à Wall Street doivent s'asseoir et réfléchir avec discernement pour savoir si leur gestion actuelle des finances mondiales sert les intérêts de l'humanité et l'intérêt général".


"Nous appelons l'ensemble des groupes et organisations à s'asseoir et à repenser la situation", a-t-il dit lors d'une conférence de presse lundi.


Le Fonds Monétaire International (FMI) a perdu sa capacité à réguler la création globale de monnaie et de veiller sur le montant du risque de crédit que le système assume, estime le Conseil Pontifical.


"En matière économique et financière, les difficultés plus importantes proviennent de l'absence d'un ensemble efficace de structures capable de garantir, en plus d'un système de gouvernance, un système de gouvernement de l'économie et de la finance internationale."


Le monde a besoin "d'un corpus minimum, partagé, de règles nécessaires à la gestion du marché financier mondial."


"On voit, sur le fond, se dessiner en perspective l'exigence d'un organisme assurant les fonctions d'une sorte de 'Banque centrale mondiale' réglementant le flux et le système des échanges monétaires, à la manière des banques centrales nationales", note le document.


Le Conseil pontifical reconnaît que la mise en place de ces deux instances prendra des années et se heurtera à une résistance de la part des acteurs mondiaux.


"Cette transformation s'effectuera au prix d'un transfert, graduel et équilibré, d'une partie des attributions nationales à une Autorité mondiale et aux Autorités régionales, ce qui s'avère nécessaire à un moment où le dynamisme de la société humaine et de l'économie, ainsi que le progrès de la technologie, transcendent les frontières qui se trouvent en fait déjà érodées dans l'univers mondialisé."

 



Source : LA TRIBUNE.FR

 

Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 17:33

UNE-IMAGE-DE-L-ARMEE-CELESTE.jpg

  Une vue de l'armée céleste

 

 

 

Le temps est venu de vous partager une prophétie sur l'Armée du Seigneur reçue en 1993, partagée en ce temps, expliquant en grande partie la création de ce blog. J'y joins une deuxième prophétie intitulée "Lakis" complémentaire de la première. Déborah.

 

 

 

 

Le Seigneur prépare et lève  une Armée ( Joel 2)

Elle se lève contre l’ennemi. ( Michée 4/13; Zach 9/13 à 16; Es 60/2) 
Elle connaît son Dieu et agit avec fermeté. (1 Jean 4/7 à 20; Da 11/32 - 12/10; Apo 2/17- 12/11- 14/12) 
L’Esprit de l’Eternel la revêtira de puissance. (Es 61; Jean 14/12; Apo 2/27- 3/7 à 12)
L’Esprit de Gloire  repose sur elle. (1 P 4/13; Apo 2/10; Apo 6/11)
Elle est baptisée de feu. ( Luc 3/16; Mal 2/3)
Elle reflète la Gloire de Christ - l’Amour parfait.  ( Es 60/1; Jean 17/24)

Elle prépare le chemin du Seigneur et sa venue.(Es 40/1 à11; Es 62/10; Mal 3/1 à 3) 
Elle se prépare à l’enlèvement et comprend les temps. (1 Chro 12/32 – Da 12/9 à 12)
Animée par l’Esprit d’Elie, elle ramène le cœur des enfants vers leur Père et des pères vers leurs enfants, elle rétablit les fondements antiques, la colonne et l’appui de la Vérité. (Apo 11/6; Mal 4/5-6; Luc 1/16 -17; 1Tim 3/15  )
Elle  reçoit ses ordres du Très-Haut pour établir la nouvelle stratégie d'intercession du St Esprit pour les pays et son Eglise. (Actes 1/2; Apo 1/1 à 7- 8/4-5)
Elle nettoie le temple et rétablit les autels. (Neh, Esd,1 Rois 18/30 à 38)
Elle se sanctifie pour ses frères.    (Jean 17/19;  Apo 22/11)
Elle accomplit l’œuvre des pères.  (Jean 14/10; 1Jean 1/13-14)

Elle a le cœur de l’Agneau et la force du Lion; c'est le cheval de bataille du Seigneur et son articulation.( Prov 30/30-31; Zac 10/3 à 5;  Joêl 2 /11). D’elle sortiront tous les chefs revêtus de l’esprit d’Elie, Joseph, Esther, David, Deborah, Josué, Gédeon, etc
Elle est le "bras de l’Eternel" son arc, son épée etc. (Es 41/15 - 53/1; Zach 9/13; Apo 3/12)
Elle est l'oeil et l'oreille du Tout Puissant et elle sera sa bouche.( Es 43/19 : sourd et aveugle à tout ce qui n'est pas la voix de Dieu - Nbre 24/4)
Elle suit l’Agneau partout ou il va ( Apo 7/17; Apo 14/4;  Ez 1/12-20-21)
Et annonce avec les anges un évangile éternel et le jugement de Dieu. ( Actes 10/42; Jer 23;  Ez 13; Jude 14-15; Apo 14/6-7; Apo 18/1 - 21 )
  
Elle  combat avec l’armée céleste et dans le même temps ( Es 40/26; Juges 5/20; Dan 12/1; Ps 103/20-21; Apo 22/9 )
Elle prépare le chemin, combat pour ses frères (Es 62/10-11, Jos 1/14) et établit une muraille de protection autour d’eux. (Zach 2/5 et 9/8) 
Elle met une garde à sa bouche.      (Neh 2/12-16. Prov 14/25)

Elle prépare le coeur de l' Epouse.  (Apo 19/7 à 9 - Apo 21/9 )
Et installe des lieux stratégiques pour l'église persécutée ainsi que pour le peuple élu (Ps 105/17 à 22 - Apo 12/5-6) 
Elle sera accusée par ses frères et  persécutée par la bête (Mat 24; Dan 7/21,  Apo 7/14;  Apo 12/17;  Apo 20/4 ) 
Elle est constituée de ceux que le Seigneur appelle et fait sortir lui même de l’église actuelle, des  dénominations, de  la Babylone religieuse ( Soph 2/3; Mal 3/18; Math 3/12; Apo 2/23 -18/4 - 22/14 )

C’est un peuple humble et petit, caché pour le moment dans son carquois ( Soph 3/12; Es 49) 
Constitué  d'hommes et femmes ayant pour nom Jizrel, Loruchama et  Lo-Amni, de ceux qui pleurent loin des fêtes  solennelles. (Osée 2 /23 à 25; Neh 1/3; Ez 9/4; Apo 7/3; Soph 3/18 à 20)
Il s'y joindra une armée d’enfants et de jeunes. ( Jos 5/7 -Ps 110/3 -Ps 8/3)

Greffée sur l’olivier franc, elle sera unie avec ses branches naturelles. ( Ro 11)
C'est l'Esprit  qui la rassemble et non l’homme. (Ez 37; Zach 10/8)  
Yeschua  sera le seul Chef de cette armée et sa Tête. (Ez 34; Jean 10/16; Apo 1 et 19/10b à 16) 

Je suis l'Alpha et l'Omega, le premier et le dernier, le commencement et la fin . 
Et l’Esprit et l’épouse disent «  Viens « …
 
Deborah.

  Lakis 
Comme a été prise Lakis et comme a été prise Libna
Marche devant moi, JE SUIS AVEC TOI
Parce que tu n'as pas aimé la violence, mais tu as aimé le droit
Et parce que tu ne t'es incliné devant personne sinon devant Moi.
Moi, je t'ouvre un chemin, je t'ouvre une voie,
Contre tes adversaires, afin que tu ouvres une voie devant Mon roi.
Saisis - toi de ma main, laisse toi guider
Tu mettras ton pied dans l'empreinte de Mon pied,
J'affermis ta force
Mon oint n'est pas loin Il te connait et tu le connaitras.
Epaules contre épaules,
coudes contre coudes,
pieds contre pieds,
Mon armée s'avance.
C'est un mur redoutable,une puissante armée.
Les genoux tremblent, les genoux défaillent,
les armes tombent des mains, les regards sont affolés,
les hommes s'égaient comme des oiseaux.
Quand l'armée de l'Eternel s'avance.
VA, JE SUIS AVEC TOI
Tu n'as pas aimé la violence
Tu n'as pas aimé la corruption,
Je te nomme Général en Chef de Mon armée
Tu mettras en déroute tes ennemis.


Esther (juin 2009)

Note de l'éditeur 
sur Lakis ( ville forte de Juda ) et - Libna  voir Josué 10/32
Libna :  Jos 21/13 fut donné comme ville de refuge aux sacrificateurs .voir aussi  2 Chr 21/10

Lakis (voir à Esaïe 26.2) : à 80 km au sud-ouest de Jérusalem, près du Torrent d'Egypte; fortifiée par Roboam (1Chroniques 11.9), assiégée par Sanchérib (2Rois 18.14) et par Nébucadnetsar (Jérémie 34.7) habitée de nouveau après le retour de l'exil (Néhémie 11.30), ainsi que Jarmuth.

Libna : ville juive, située un peu au nord de Lakis; probablement identique avec Tell-es-Safieh (I'Alba Specula des Croisés). Sanchérib avait commencé son mouvement de retraite afin de concentrer ses troupes, occupées en divers points de Juda, avant de livrer bataille à Tirhaka. Rabsaké lui ramenait probablement une partie des forces qu'il avait conduites contre Jérusalem (Es 36.2), le reste étant demeuré pour bloquer la ville.( Neuchatel)
 

 

 

 

Source: LE GLAIVE TRANCHANT

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 15:26

 

Panneau à Port Vila, Vanuatu annonçant le dernier jugement pour le 21 mai 2011

 

L’organisation www.FamilyRadio.com a presque entouré le monde de panneaux d’affichage annonçant le retour de Christ et le jugement dernier pour samedi 21 mai 2011. Selon leur site web et des traités distribués par leur représentants (même ici à Port Vila, Vanuatu – au bout du monde !), l’enlèvement de l’Église aura lieu le 21 mai et le jugement de Dieu sur les habitants de la Terre commencera, concluant avec la fin du monde le 21 octobre 2011.

Ce plan démontre les régions qu’ils ont infiltrées par panneau d’affichage, traités, visites ou radiodiffusion :


image

 

Qu’en dit les Écritures ?

Nous ne pouvons pas savoir quand Christ reviendra.

Dans son livre massif, Systematic Theology: An Introduction to Biblical Theology, Wayne Grudem démontre des Écritures que nous ne pouvons savoir quand Christ reviendra (p. 1093-1094). “Plusieurs passages indiquent que nous ne savons pas et que nous ne pouvons pas savoir le temps du retour de Christ.

C'est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l'homme
viendra à l'heure où vous n'y penserez pas. (Mat 24:44 NEG).
Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. (Mat 25:13 NEG).
 Pour ce qui est du jour ou de l'heure, personne ne le sait, ni les anges
dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul.  33 Prenez garde, veillez et
priez; car vous ne savez quand ce temps viendra. (Mar 13:32-33 NEG).

“Il est tout simplement un faux-fuyant, dit Grudem, de dire que nous ne pouvons savoir le jour ou l’heure, mais nous pouvons savoir le mois ou l’an. Le fait demeure que Jésus revient… “à l'heure où vous n'y penserez pas” (Luc 12:40 et Mat 24:44 NEG). (Dans ces versets, le mot “heure” [ὥρᾳ, hôra] se comprend dans son sens général référant au temps quand quelque chose se passera, pas forcément à une période de 60 minutes.)
“L’intérêt de ces passages, c’est que Jésus nous dit que nous ne pouvons pas savoir quand il revient. Puisqu’il reviendra à un temps inattendu, nous devrions être prêts à tout moment pour son retour.”

Nous devrions rejeter tout enseignement qui prétend savoir la date du retour de Christ.


Nous devons automatiquement considérer comme ayant tort toute personne qui prétend savoir spécifiquement quand Jésus revient.
“Le résultat pratique de cet enseignement de Jésus, c’est que nous devons automatiquement considérer comme ayant tort toute personne qui prétend savoir spécifiquement quand Jésus revient. Les Témoins de Jéhovah ont fait beaucoup de prédictions de dates spécifiques pour le retour de Christ, et chaque fois ils ont eu tort.
“D’autres personnes ont également fait des prédictions, parfois en revendiquant une nouvelle perspicacité concernant les prophéties bibliques. Parfois elles ont prétendu avoir reçu une révélation personnelle de Jésus lui-même indiquant le temps de son retour.”

Conséquences néfastes

“Il est regrettable que beaucoup de gens ont été trompés par ces prétentions, parce que si des gens sont convaincus que Christ reviendra (par exemple) dans un mois, ils commenceront à se retirer de tous leurs engagements à long terme. Ils retireront leurs enfants de l’école, vendront leur maison, quitteront leur emploi, et laisseront tomber leurs projets à long terme que ce soit à l’église ou ailleurs. Au départ, ils auront peut-être plus de zèle pour l’évangélisation ou pour la prière, mais la nature bizarre de leur comportement contrebalancera tout impact d’évangélisation. En plus, ils désobéissent tout simplement l’enseignement des Écritures que la date du retour de Christ ne peut être connue, ce qui veut dire que même leur prière et leur communion avec Dieu seront aussi empêchées.
“Toute personne qui prétend savoir la date du retour de Christ—de quelle que source que ce soit—devrait être rejetée comme ayant tort” (Grudem, p. 1093-1094).
Je vois encore un autre danger. Il est vrai que Jésus-Christ revient, mais l’erreur de ceux qui prétendent savoir le temps de son retour, agit comme un vaccin contre la vérité de son retour et endurcit les non croyants contre l’évangile pour qu’ils se moquent de la vérité comme prédit l’apôtre Pierre :


…dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, et
marchant selon leurs propres convoitises.  4 Ils disent : Où est la
promesse de son avènement ? (2 Pierre 3:3-4 NEG).

Jésus revient bientôt, mais certainement pas le 21 mai 2011 !

 

 

Source: COEUR DE BERGER

Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 10:59

 

BENOIT XVI

Les 10 et 11 juillet (2007) dernier, les médias du monde entier ont largement fait écho à un document dans lequel le Pape s’élève contre les églises véritables. Le quotidien “Le Monde” du 11/07/07 a publié un article d’Henri Tincq intitulé: “Vatican: seule l’Eglise catholique possède la vérité du christianisme”. Le Times du Royaume-Uni affichait ce titre: “Message du Pape aux chrétiens: A moins d’être catholique et romaine, une église n’est pas authentique”. Ailleurs on lisait: “Les protestants courroucés suite à la déclaration du Vatican” ou encore: “Pour le Pape Benoît XVI, le salut passe par l’Eglise catholique”. Ce décret papal signale une modification dans la politique vaticane; nous devons donc l’analyser et en examiner les conséquences pour les croyants véritables. C’est ce que nous nous attachons à faire dans ce nouvel article, En s’élevant contre les églises véritables, Benoît XVI démasque son propre système. Je vous prie de faire circuler cet article dans votre entourage, et de le mettre si possible sur un site Internet. Si vous souhaitez recevoir cet article sous forme de fichier Word, veuillez nous le signaler. Bien à vous dans le Christ Jésus, au service de Son Evangile, Richard Bennett.

Le 10 juillet 2007, le Pape Benoît XVI a publié un nouveau décret (1) réaffirmant sa conviction selon laquelle l’Eglise catholique romaine serait l’unique Eglise fondée par Jésus-Christ. Toute autre église serait déficiente, ou n’aurait même pas le droit de s’appeler “église”. L’élément nouveau, dans ce document, c’est qu’il déclare catégoriquement que les “Communautés chrétiennes nées de la Réforme du XVIe siècle” ne peuvent prétendre être des “Eglises” au sens propre (2).

Déjà en septembre 2000, quand Benoît XVI était encore le Cardinal Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (3), il avait déclenché des ondes de choc dans le mouvement œcuménique en s’élevant contre toutes les églises non catholiques dans le décret “Dominus Iesus”, rédigé sous son autorité. Ultraconservateur, fidèle à la rigidité doctrinale d’avant Vatican II, tenant depuis longtemps les chrétiens bibliques pour des hérétiques et non pour des “frères séparés”, le Pape Benoît XVI veut rectifier ce qu’il qualifie d’interprétation erronée des propos œcuméniques du Concile Vatican II.

Ce document de 2007 prend la forme de cinq questions suivies de la réponse, afin de corriger toute erreur concernant les intentions véritables de Vatican II. La mission de Benoît XVI est de rectifier les conclusions doctrinales de certains catholiques qui, influencés par les chrétiens bibliques, s’éloignent de la ligne dure caractérisant jadis le dogme catholique. La cinquième et dernière question de ce décret à visée catéchétique revêt une importance particulière: “Pourquoi les textes du Concile et du Magistère postérieur n’attribuent-ils pas le titre ‘d’Eglise’ aux communautés chrétiennes nées de la Réforme du XVIe siècle?”

Voici la réponse, qui sert de conclusion au décret: “Parce que, selon la doctrine catholique, ces Communautés n’ont pas la succession apostolique dans le sacrement de l’ordre. Il leur manque dès lors un élément essentiel constitutif de l’Eglise. Ces Communautés ecclésiales, qui n’ont pas conservé l’authentique et intégrale réalité du Mystère eucharistique, surtout par la suite de l’absence de sacerdoce ministériel, ne peuvent être appelées “Eglises” au sens propre selon la doctrine catholique.”

La vérité biblique montre la vraie nature de ce décret papal

En proclamant la primauté universelle de l’Eglise de Rome, et en niant la foi de la Réforme, le Pape s’élève contre toutes les Eglises et tous les chrétiens qui sont pleinement consacrés au Seigneur Jésus-Christ et à Son Evangile éternel (4). Benoît XVI est incapable de voir que ceux qu’il dénigre sont fondés sur le Roc, c’est-à-dire sur Christ Lui-même, “le Fils du Dieu vivant”. Ils constituent Son peuple, Son épouse, Son Eglise véritable. Ils adhèrent à Dieu seul et à Sa parole écrite; et ils sont sauvés par le Dieu Très Saint, par la grâce seule et par la foi seule, en Christ seul: toute louange et toute gloire reviennent à Dieu seul. Voilà l’épouse de Christ, le temple du Dieu vivant, le lieu où Il demeure pour toujours. La voilà, l’Eglise, que le Christ Jésus a aimée; les voilà, Ses disciples pour lesquels Il s’est donné Lui-même afin de les laver dans Son propre sang. Ils sont l’Eglise sanctifiée et purifiée par la Parole, “pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse” (Ephésiens 5:25). Cette Eglise est “l’assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux” (Hébreux 12:23). En tant que catholique romain, Benoît XVI ne peut que rejeter l’Evangile que découvrit la Réforme au sortir des ténèbres de la papauté. L’ironie de la situation est qu’en cherchant à rétablir la ligne dure du catholicisme, il démontre que sa propre église est une contrefaçon apostate de l’Eglise biblique.

Benoît XVI fonde sa dénonciation sur la doctrine formulée dans la réponse à la deuxième question: “Le Christ ‘a établi sur la terre’ une Eglise unique et l’institua comme ‘assemblée visible et communauté spirituelle’: depuis son origine, elle n’a cessé d’exister au cours de l’histoire et toujours elle existera, et c’est en elle seule que demeurent à jamais tous les éléments institués par le Christ lui-même...’ Cette Eglise, constituée et organisée en ce monde comme une société, subsiste dans l’Eglise catholique gouvernée par le successeur de Pierre et les évêques en communion avec lui.”

Benoît XVI présuppose que l’Apôtre Pierre est allé à Rome, et que chacun des papes est un successeur de Pierre: mais c’est un présupposé sans fondement. Il n’y a pas trace dans les Ecritures d’une visite de Pierre à Rome, pas plus que de successeurs de Pierre ou de quelque autre Apôtre. En revanche dans Actes 1:21-22, l’Ecriture fait connaître les critères de l’apostolat: ce ministère apostolique a été confié exclusivement aux Apôtres et à Paul. Tous ont été désignés par le Christ Lui-même, sans qu’il soit jamais question de successeurs. Dans le Nouveau Testament, les Apôtres nommaient des anciens et des diacres, et non d’autres Apôtres (5). Pourtant la notion bibliquement insoutenable de “succession apostolique” constitue le fondement même de la papauté. Sur elle reposent la primauté et l’autorité papales. Mais jamais le Seigneur Dieu n’a confié Sa vérité à une lignée humaine quelle qu’elle soit. Ce concept de “succession apostolique” ne tient pas la route! Un seul maillon défectueux suffit en effet à invalider tous les maillons suivants. Mais la locomotive du train de Benoît XVI, c’est bien la succession apostolique. Comme d’habitude, la papauté procède par décrets; et une fois de plus, Benoît XVI pose des affirmations dogmatiques.

L’héritage véritable légué par l’Apôtre Pierre

La “succession apostolique” est donc la doctrine définissant la primauté universelle du pape. C’est là-dessus qu’il s’appuie pour dénoncer les autres Eglises. Mais quel héritage l’Apôtre Pierre nous a-t-il réellement légué? Pierre n’a pas proclamé une institution, un système, ou une organisation quelconque: il a simplement proclamé l’Evangile du Seigneur Jésus-Christ, en ces termes: “Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour les injustes, afin de nous amener à Dieu; il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant quant à l’Esprit” (1 Pierre 3:18). La cause des souffrances méritoires de Christ, c’est le péché des hommes. Christ s’est offert en sacrifice Lui-même, une fois pour toutes, pour expier les péchés des siens. Le Juste a souffert pour les injustes. Il s’est offert en tant que Substitut pour tous les chrétiens véritables, et il a porté leurs iniquités afin d’apaiser la juste colère du Dieu Très Saint. Celui qui ne connaissait pas le péché a souffert à la place de ceux qui ne connaissaient pas la justice. La sainte raison d’être des souffrances du Christ Jésus était de nous amener à Dieu, de nous réconcilier avec Dieu, de nous accorder l’accès au Père, de porter à notre compte Sa justice, et de nous faire parvenir à la gloire éternelle. Le voilà, l’héritage que Pierre nous a légué: une foi infiniment précieuse, comme le précise le premier verset de sa deuxième Epître: “Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ” (2 Pierre 1:1).

L’enseignement de Pierre est la réfutation de toute organisation hiérarchique, et de la “Sainte Tradition” papale. Pour Pierre, tous les chrétiens nés de nouveau sont “une race élue, un sacerdoce royal” (1 Pierre 2:9), et non un pesant système hiérarchisé, avec par ordre ascendant: les laïcs, les prêtres, les évêques, les cardinaux, et le pape. Pierre enseigne que le salut et la rédemption sont acquis par le sang de Christ: “Vous savez que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache” (1 Pierre 1:18-19).

En revanche le Pape Benoît XVI insiste sur les sacrements, selon lui nécessaires au salut (6). Pierre cautionne les écrits de l’Apôtre Paul, qui condamnait les traditions des hommes. Pierre a averti les chrétiens au sujet des faux docteurs qui allaient subrepticement introduire des hérésies dans l’Eglise: et c’est là, justement, ce qu’a fait le catholicisme romain. Mais le fondement de l’Evangile de vérité que Pierre proclame à ceux qui sont nés de nouveau, c’est la Parole du Seigneur. Ainsi il leur annonce qu’ils ont été “régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu… Mais la Parole du Seigneur demeure éternellement. Et cette parole est celle qui vous a été annoncée par l’Evangile” (1 Pierre 1:23, 25). La Pape, lui, ne se fonde pas sur la seule Parole de Dieu: il décrète que l’Ecriture et la “Sainte Tradition” “doivent être reçues et vénérées avec égal sentiment d’amour et de respect” (7). Mais les enseignements de Pierre anéantissent complètement les doctrines fondamentales de Benoît XVI et de son système inspiré par ce monde.

Un changement radical de politique

Depuis plus de quarante ans, la papauté avait adopté une stratégie œcuménique trompeuse, mise au point par le Concile de Vatican II. On entend souvent dire que “depuis Vatican II, tout a changé”, mais dans ce décret récent, le Pape déclare sans ambiguïté: “Le Concile n’a pas voulu changer et n’a de fait pas changé la doctrine en question” la doctrine sur l’Eglise telle qu’elle est formulée dans la Constitution Dogmatique “Lumen Gentium” (8). En outre il cite le discours de Jean XXIII du 11 octobre 1962 (9). Le Concile de Vatican II s’était ouvert sous le règne de Jean XXIII; Celui-ci avait clairement stipulé que le dogme catholique sur l’Eglise devait rester inchangé, mais que “la forme” de la papauté devait changer selon “les exigences de notre époque”. Aussi le Concile est-il passé de la séparation d’avec les autres religions et de la condamnation de ces dernières à un nouveau programme de faux œcuménisme. Ce fut là une vaste opération de relations publiques concernant tout un chacun à l’échelle de la planète. Cette nouvelle relation d’acception chaleureuse devait s’étendre non seulement aux autres grandes religions du monde, mais encore aux chrétiens bibliques, qui se voyaient à nouveau “accueillis dans la bergerie”. Au sein de la “Sainte Mère l’Eglise” on parlait désormais de “frères séparés”, et non plus d’“hérétiques”. La papauté tenait à présent les principales religions païennes, l’islam, le bouddhisme, et l’hindouisme, pour “des chemins valides vers Dieu” (10). Par cette stratégie nouvelle, l’Eglise de Rome s’est mise en devoir de gagner le monde entier à sa cause. Il ne fallait rien de moins, après le règne controversé de Pie XII, et l’image d’austère rigidité présentée au monde par son pontificat. Jean XXIII, le pape très populaire qui lui succéda, avait prié sur son lit de mort, dit-on, pour “une nouvelle Pentecôte”. Son église s’est donc sciemment mise en devoir d’adopter le “Renouveau Charismatique” naissant. Elle a soutenu ce mouvement qui brouillait les différences doctrinales tout en insistant sur la tolérance et sur l’unité. L’Eglise romaine a donc réussi à gagner du terrain au cours des années 1960 et 1970. Sa nouvelle politique impliquait aussi d’autres courants: le dialogue s’est avéré un instrument des plus efficaces pour le rapprochement. Par ce moyen, l’Eglise catholique a progressivement gagné du terrain dans les églises bibliques, comme elle le déclare sans ambages: “Le dialogue n’est pas une fin en soi… le dialogue œcuménique ne se limite pas au plan théorique et purement conceptuel (11). Au contraire, “il sert à transformer les modes de pensée, les comportements, et la vie quotidienne de ces communautés non catholiques. Il prépare ainsi la voie vers leur unité dans la foi au sein de l’Eglise une et visible. Par cette voie, peu à peu, après avoir surmonté les obstacles empêchant la parfaite communion ecclésiale, se trouveront rassemblés par une célébration eucharistique unique, dans l’unité d’une seule et unique Eglise, tous les chrétiens. Cette unité, le Christ l’a accordée à son Eglise dès le commencement. Nous croyons qu’elle subsiste de façon inamissible ne pouvant être perdue dans l’Eglise catholique…” (12).

Pendant plus de quatre décennies et plus de quatre pontificats, le Vatican a pratiqué l’œcuménisme dans une ambiance suave, rassurante, tolérante, conciliante. Ces documents de Vatican II ont été publiés en 1975. Une seule fois depuis lors, le masque est tombé. Quand le Pape Benoît XVI n’était encore que le Cardinal Ratzinger, il a rédigé le Document “Dominus Iesus” (13), dans lequel il affirmait déjà ce qu’il proclame aujourd’hui au sujet des Eglises issues de la Réforme: “Les Communautés ecclésiales qui n’ont pas conservé l’épiscopat valide et la substance authentique et intégrale du mystère eucharistique, ne sont pas des églises au sens propre” (14).

Le Pontife dévoile le fond de sa pensée

C’est une chose, pour un cardinal, de déclarer que les Eglises chrétiennes “ne sont pas des églises au sens propre”, mais cette affirmation a une tout autre portée quand elle vient d’un pape, surtout quand il nomme les églises en question. Certes, le Pape actuel reste capable de courtiser les églises chrétiennes pour les inciter à dialoguer avec le Vatican, mais de toute évidence aujourd’hui, il paraît décidé à reprendre la position ancienne, la position conquérante et traditionnelle, celle qui a produit tant de fruits exécrables sous l’Inquisition entre 1203 et 1808. On voyait déjà poindre la pensée actuelle de Benoît XVI dans le Décret “Dominus Iesus” en l’an 2000. Dans ce document il faisait même référence à la revendication arrogante de Boniface VIII, ce sinistre pontife du Moyen Age qui proclamait dans sa Bulle “Unam Sanctam”: “Nous déclarons, affirmons, définissons et proclamons à toute créature humaine que pour son salut, elle dépend nécessairement du Pontife Romain” (15).

Cette prétendue primauté fait partie intégrante de la pensée des “purs et durs” du Vatican, des stratèges qui exercent le pouvoir. Parmi eux se trouve le Pape Benoît XVI avec ceux qui l’ont porté au trône pontifical. Son présupposé fondamental est que le Seigneur a établi une hiérarchie totalitaire constituée par le pape, les cardinaux, les patriarches, les archevêques les plus titrés, les autres archevêques, les métropolitains, les coadjuteurs des archevêques, les évêques diocésains, les coadjuteurs des évêques, et ainsi de suite. On a là un chef d’œuvre de l’esprit de Diotrèphe, “qui aime à être le premier” (3 Jean 9). Mais l’épouse de Christ selon la Bible est constituée d’une toute autre manière. Dans le véritable corps de Christ, ceux qui ont été ordonnés anciens ou diacres sont de simples frères au sein d’un corps unique, et un Seul est leur Maître, le Seigneur Jésus-Christ: “Un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères” (Matthieu 23:8).

Le retour d’une doctrine conduisant à la damnation

Aujourd’hui le Pape Benoît XVI prouve qu’à l’époque de son cardinalat les médias lui attribuaient des surnoms judicieux: “l’agent de police”, le “Panzer cardinal”, ou encore “le rottweiler de Dieu”. D’innombrables diktats déjà anciens sont en accord avec sa stratégie actuelle. Outre le commandement blasphématoire imposant la soumission au pape comme condition du salut, il y a aussi ce décret papal promettant la damnation, et publié par le Concile Général de Florence en 1442. Des documents émanant des papes actuels font encore état de ce verdict officiel datant du quinzième siècle: “La Sainte Eglise Romaine… croit fermement, professe et prêche que ceux qui demeurent hors de l’Eglise catholique, non seulement les païens, mais également les Juifs, les hérétiques, les schismatiques, ne peuvent avoir part à la vie éternelle, mais qu’ils iront dans le feu éternel préparé pour le Diable et ses anges (Mt. 25.41), à moins qu’avant la fin de leur vie, ils n’aient été reçus dans le sein de l’Eglise… Car l’union avec le corps de l’Eglise est d’une telle importance que les sacrements de l’Eglise ne sont utiles qu’à ceux qui demeurent en son sein; et les jeûnes, les aumônes, et les autres œuvres de piété, et les exercices d’une vie militante chrétienne n’apportent la récompense éternelle qu’à eux seuls. Et nul ne peut être sauvé, même s’il verse son sang au nom du Christ, à moins qu’il ne soit dans le sein et dans l’unité de l’Eglise catholique” (16). La substance de ce décret de 1442 conserve toute sa force dans le document publié par le Pape Benoît XVI en 2007. On l’a vu, la réponse à la cinquième question, à la fin du document, est la suivante: “Ces communautés ecclésiales, qui n’ont pas conservé l’authentique et intégrale réalité du Mystère eucharistique, surtout par la suite de l’absence de sacerdoce ministériel, ne peuvent être appelées ‘Eglises’ au sens propre.”

Cette ligne dure s’accorde parfaitement avec une grande partie de l’enseignement officiel actuel. L’Eglise catholique romaine proclame: “Il n’y a aucune faute, aussi grave soit-elle, que la Sainte Eglise ne puisse remettre. ‘Il n’est personne, si méchant et si coupable qu’il soit, qui ne doive espérer avec assurance son pardon, pourvu que son repentir soit sincère’“ (17). Et la Rome papale de déclarer: “Les prêtres ont reçu un pouvoir que Dieu n’a donné ni aux anges ni aux archanges… Dieu sanctionne là-haut tout ce que les prêtres font ici-bas. Si dans l’Eglise catholique romaine il n’y avait pas la rémission des péchés, nul espoir n’existerait, nulle espérance d’une vie éternelle et d’une libération éternelle. Rendons grâce à Dieu qui a donné à son Eglise un tel don” (18).

L’enseignement des Ecritures Saintes est tout à l’opposé: le salut passe par la médiation de Jésus-Christ seul, car Il est l’unique médiateur entre Dieu et les hommes (19). L’instrument du salut n’est pas une église quelle qu’elle soit, mais la relation personnelle au Seigneur Jésus-Christ, la foi que chacun, à titre individuel, place en Lui. L’Apôtre Paul résume ici le message du salut: “Ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ” (Romains 3:24). Il montre que la cause efficace du salut, c’est la grâce de Dieu, et le paiement est constitué par “la rédemption qui est dans le Christ Jésus”. Attribuer à l’Eglise papale une part dans l’œuvre salvatrice de Dieu, c’est le comble du blasphème. Selon les Ecritures, le salut est dans le Christ Jésus seul, “pour célébrer la gloire de sa grâce” (Ephésiens 1:6).

La politique papale dure, hier et aujourd’hui

La nouvelle politique du pontife actuel rappelle indiscutablement la ligne politique dure des siècles de l’Inquisition papale. Cette dernière a duré six cent cinq ans. Pendant tout ce temps, les chrétiens bibliques sont restés remarquablement forts et patients dans la foi. En 2007, nous devons tenir ferme de la même manière, nous confiant dans le Seigneur Jésus-Christ, qui est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Ces chrétiens bibliques d’autrefois ont été ridiculisés, et ils ont trouvé en face d’eux un peuple égaré et indifférent. Mais ils ont continué, avec la plus grande netteté, à dénoncer le Pape et ses diktats. Chaque jour ils mettaient en pratique l’Evangile de la grâce (20). Nous devons faire de même. Il y va de la gloire du Seigneur, de Son Evangile, et de Ses promesses! “C’est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte, car notre Dieu est aussi un feu dévorant” (Hébreux 12:28-29). Le Christ Jésus avait préparé les chrétiens d’autrefois à supporter les condamnations et les fausses accusations, en promettant: “Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous, et soyez dans l’allégresse… car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous” (Matthieu 5:11-12). Ceux qu’on accuse à tort doivent se réjouir, ils doivent proclamer la vérité du Seigneur et Son Evangile de grâce, parce que l’Eternel règne. Nous qui faisons face à la “ligne politique dure” du Pape Benoît XVI, aux mensonges implacables et incessants, à l’erreur et aux blasphèmes d’aujourd’hui, nous devons persévérer, et compter, pour répondre, sur la puissance et la force du Dieu vivant et vrai. Benoît XVI compte exercer un contrôle accru, comme le montre son décret intransigeant. Il ne remarque pas que de tels décrets monarchiques indiquent qu’il règne sur un peuple d’esclaves. Ses prétentions arrogantes montrent que la dictature papale impose aux catholiques de se soumettre toute leur vie à un système cruel et mensonger fondé sur les œuvres.

La réponse parfaite au décret papal

La réponse définitive au décret papal, c’est la Bonne Nouvelle éternelle de notre Seigneur Dieu. Le Seigneur Jésus est mort à la place du chrétien véritable. Sa vie parfaite, son sacrifice parfait que nul ne peut réitérer, voilà l’unique rançon pour l’âme du croyant. “Car le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon de beaucoup” (Marc 10:45). Tel était le prix exigé par le Dieu Très saint afin que Sa justice fût satisfaite en vue du pardon des péchés. Cette rançon versée libère du péché le croyant véritable qui se confie dans le Christ Jésus seul; elle le libère des ruses du diable et des griffes d’une fausse église. “Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 6:23). Sous l’autorité de la Bible seule, les pécheurs convaincus par le Saint-Esprit se tournent vers Dieu par la foi seule, afin de recevoir le salut que Lui seul peut accorder. Ce salut repose uniquement sur le fait que Christ est mort et ressuscité pour les siens. Quand ceux-ci mettent leur foi en Lui seul, ils comprennent l’immensité de la grâce du Père, “et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ” (Romains 3:24). La grâce souveraine de Dieu et Son pardon nous rendent capables de répondre dans la foi et de placer notre confiance en celui qui est mort à notre place. Aucune Eglise ne peut sauver, aucune ecclésiologie non plus. Nous sommes justifiés devant le Dieu Très saint uniquement par Sa grâce, dans le Christ Jésus seul.



Notes


1. “Réponses à des questions concernant certains aspects de la doctrine sur l’Eglise”: http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/ cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20070629_responsa-quaestiones_fr.html
2. Caractères gras ajoutés.
3. Appelée jadis “Office de l’Inquisition”, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi siège toujours à Rome, dans le même édifice occupé par son prédécesseur au cours des six siècles terribles pendant lesquels cet Office imposait par les tortures et la mort les décrets du pape relatifs à l’Inquisition.
4. Voir Matthieu 16:16.
5. Les termes de “surveillant”, de “pasteur”, et d’“ancien” sont interchangeables (voir Actes 20:17, 28; 1 Pierre 5:1-4).
6. Catéchisme de l’Eglise Catholique, Centurion/Cerf/Fleurus-Mame/Librairie Editrice Vaticane, Paris 1998, § 1129.
7. Catéchisme, § 82.
8. Constitution Dogmatique “Lumen Gentium”, http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html
9. Jean XXIII, Discours (11 octobre 1962) Note 1 dans “Réponses à certaines questions…” de Benoît XVI: “Le Concile… veut transmettre dans son intégrité, sans l’affaiblir ni l’altérer, la doctrine catholique… Il faut que cette doctrine soit plus largement et hautement connue… En effet, autre est le dépôt lui-même de la foi, c’est-à-dire les vérités contenues dans notre vénérable doctrine, et autre est la forme sous laquelle ces vérités sont énoncées, en leur conservant toutefois le même sens et la même portée.
10. Déclaration “Nostra Aetate” sur l’Eglise et les religions non chrétiennes, http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/ documents/vat-ii_decl_19651028_nostra-aetate_fr.html
11. Document post-conciliaire N° 42, “Réflexions et Suggestions concernant le dialogue œcuménique”, 15 août 1970, Section VI, 3e partie.
12. Ibid., Section II, “Nature et but du dialogue œcuménique”.
13. Document “Dominus Iesus”, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/
rc_con_cfaith_doc_20000806_dominus-iesus_fr.html
14. “Dominus Iesus”, section 17
15. Bulle “Unam Sanctam”, 18 novembre 1302, citée dans The Sources of Catholic Dogma, Tr. Roy Deferrari, 30e édition de Enchiridion Symbolorum de Henri Denzinger, révisé par Karl Rahner, S.J., 1954 (St Louis, Missouri, B. Herder book CO., 1957, # 469.
16. The Christian Faith in the Doctrinal Documents of the Catholic Church, J. Neuner, S.J., et J. Dupuis, S.J., éditeurs (New York, Alba House, 1982) #1005.
17. Catéchisme, §982
18. Ibid., §983
19. Voir Jean 14:6; Actes 4:12; 1 Timothée 2:5.
20. Voir notre document vidéo en anglais sur
“Youtube”

Richard Bennett, Association “Berean Beacon”
La reproduction de cet article est autorisée, y compris sur l’Internet, à condition qu’elle soit intégrale, que la source soit indiquée, et qu’aucune modification ne soit apportée. Voir également les autres articles en français de Richard Bennett.


BereanBeacon.org

 

Repost 0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 19:25

Article de Cutting Edge Ministries. Cet article peut être consulté en anglais à l’adresse suivante :

http://www.cuttingedge.org/free001a.htm


Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale.


Nous espérons que tous les Francs-Maçons pourront lire ce court article, avant même de lire nos autres articles. Car il existe, à l'intérieur même de la Franc-Maçonnerie, une organisation encore plus secrète, dont la plupart des Francs-Maçons ne connaissent rien, même certains Maçons du 33e degré ! Nous vous la dévoilons ici.

Nous recevons constamment des E-mails de Francs-Maçons, qui sont très choqués de lire dans certains de nos articles que la Franc-Maçonnerie est une organisation satanique. Ils nous affirment honnêtement que ce n'est pas la situation de leur Loge. Certains affirment même être des Francs-Maçons du 32e ou du 33e degré, et disent qu'ils sont donc bien placés pour savoir ce qui se passe dans la Franc-Maçonnerie. Ils proclament donc avec assurance : "La Franc-Maçonnerie n'est pas satanique !"

Nous avons tous les deux raison ! Vous avez raison de proclamer que la Franc-Maçonnerie que vous pratiquez dans votre Loge n'est certainement pas satanique. Mais nous avons raison de dire que le cœur de la Franc-Maçonnerie est satanique, car elle œuvre puissamment pour manifester le Christ du Nouvel Age, l'Antichrist.

Vous pourriez me demander comment pouvons-nous avoir tous les deux raison ? Pour vous répondre simplement, je dirai que la Franc-Maçonnerie est une organisation cachée au sein d'une autre organisation. L'organisation intérieure connaît la vérité spirituelle de la Franc-Maçonnerie, et la défend de toutes ses forces, de toute son âme et de toute sa pensée. Tandis que l'organisation extérieure est délibérément tenue à l'écart de cette vérité, et délibérément induite en erreur par de fausses interprétations.

Description de l'organisation de la Franc-Maçonnerie.

Voyons comment l'auteur Franc-Maçon Manly P. Hall décrit cette organisation de la Franc-Maçonnerie à deux dimensions. Celle-ci comprend deux organisations distinctes. L'une est visible, l'autre invisible. Hall a été honoré par le Journal du Rite Ecossais, qui l'a appelé : "L'Illustre Manly P. Hall," en septembre 1990, ou encore "le plus grand philosophe de la Franc-Maçonnerie," ajoutant que "le monde est bien meilleur depuis qu'il existe un Manly Palmer Hall, et nous sommes devenus meilleurs après l'avoir connu et avoir connu son œuvre." Voici ce que dit Manly P. Hall :

"La Franc-Maçonnerie est une fraternité cachée dans une autre fraternité : une organisation visible cachant une fraternité invisible des élus… Il est nécessaire d'établir l'existence de ces deux ordres séparés et pourtant interdépendants, l'un visible, et l'autre invisible. L'organisation visible est une splendide camaraderie composée "d'hommes libres et égaux," qui se consacrent à des projets éthiques, éducationnels, fraternels, patriotiques et humanitaires. L'organisation invisible est une fraternité secrète, des plus augustes, majestueuse de dignité et de grandeur, dont les membres sont consacrés au service d'un mystérieux "arcanum arcandrum," c'est-à-dire d'un mystère caché." (Hall, Conférences sur la Philosophie antique, page 433).

Beaucoup d'hommes sincères sont membres de cette organisation visible, sans se douter de l'existence d'une organisation invisible au milieu d'eux. En fait, Albert Pike avait des choses à dire en ce qui concernait les "frères" de l'organisation invisible : "Comme toutes les Religions, tous les Mystères, l'Hermétisme et l'Alchimie, la Franc-Maçonnerie ne révèle ses secrets à personne, sinon aux Adeptes, aux Sages et aux Elus. Elle a recours à de fausses explications pour interpréter ses symboles, pour induire en erreur ceux qui méritent d'être induits en erreur, pour leur cacher la Vérité, qu'elle appelle la lumière, et les en écarter." (Morale et Dogmes, pages 104-105, 3e degré).

Avez-vous bien compris ces révélations fondamentales de Pike ? Après tout, la Franc-Maçonnerie est bien une religion, selon l'ordre des Mystères sataniques, de la Philosophie Hermétique et de l'Alchimie, qui sont également sataniques ! La Franc-Maçonnerie ne révèle pas ses secrets aux "frères" de l'organisation extérieure, quel que soit leur rang. Seuls les Elus de la société cachée, invisible, ont accès à la vérité. Les pauvres frères de l'organisation visible sont "nourris à la petite cuillère" ! On leur donne de fausses explications des symboles maçonniques, et on les induit sciemment en erreur ! Pour quelle raison ? Car ces pauvres gars, membres de l'organisation visible, s'ils sont induits en erreur, "n'ont que ce qu'ils méritent" !

S'il s'avère qu'un nouveau membre de la Franc-Maçonnerie vénère Jésus-Christ, il est immédiatement enfermé dans l'organisation visible, et la vérité cachée ne lui est jamais révélée. Il ne sera jamais considéré comme un adepte, un sage, ou un élu. Ces termes sont réservés aux membres de l'organisation invisible. Il fera partie de ceux à qui l'on cachera délibérément la vérité concernant les doctrines secrètes de la Franc-Maçonnerie, et à qui l'on donnera des interprétations délibérément erronées des symboles maçonniques, afin de leur faire simplement croire qu'ils connaissent la vérité.

Pike complète ainsi ses instructions pour induire délibérément en erreur les membres de l'organisation visible : "La Franc-Maçonnerie cache jalousement ses secrets, et induit intentionnellement en erreur ses interprètes prétentieux." (Ibid., page 105).

Les membres de l'organisation visible sont considérés comme faisant partie de la "masse." Celle-ci comprend 95 % de tous les Francs-Maçons. Ecoutez ce que dit Pike, à propos du fait de cacher la vérité aux "masses" : "Un esprit qui aime la sagesse et qui contemple de près la Vérité est forcé de la déguiser, afin d'induire les multitudes (c'est-à-dire vous !) à l'accepter… Les fictions sont nécessaires pour le peuple, et la Vérité devient mortelle pour ceux qui ne sont pas assez forts pour la contempler dans tout son éclat." (Ibid., page 103, 3e degré). (C'est moi qui ai ajouté la parenthèse en gras).

Si un Franc-Maçon n'est pas capable d'accepter la vérité que la Franc-Maçonnerie invisible, en réalité, adore et sert Satan, cette vérité devient "mortelle" pour lui ! C'est pour cela que des "fictions sont nécessaires," afin que les Francs-Maçons membres de l'organisation visible ne soient pas tellement accablés, s'ils en connaissaient les secrets, qu'ils quitteraient la Franc-Maçonnerie et révèleraient ces secrets au grand jour.

Un livre très récent parle aussi de ces deux organisations dans la Franc-Maçonnerie. David Ovason, astrologue célèbre, a écrit un livre publié en 1999, et intitulé : "The Secret Architecture of our Nation's Capital : The Masons and the Building of Washington, D.C." (L'architecture secrète de la capitale de notre nation : Les Francs-Maçons et la construction de la ville de Washington). Ce livre n'est pas opposé à la Franc-Maçonnerie. En fait, la préface élogieuse de ce livre a été rédigée par C. Fred Kleinknecht lui-même, Maçon du 33e degré, Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil du 33e degré, Juridiction du Sud, Washington, Etats-Unis ! En d'autres termes, les conclusions de ce livre sont particulièrement appréciées par l'un des Maçons les plus importants du monde actuellement ! Lisez ce que dit ce livre à propos des deux organisations de la Franc-Maçonnerie.

Après avoir parlé du "voyage astral cosmique en termes maçonniques," Ovason explique la signification des symboles les plus communs de la Franc-Maçonnerie : "Bromwell a injecté un profond niveau d'ésotérisme dans les symboles apparemment inoffensifs employés dans les Loges. Ces symboles sont abondamment représentés sur les tableaux et tapis employés par les Maîtres Maçons pour les expliquer aux néophytes. Ces tableaux et tapis, quand ils ne sont pas utilisés comme instruments d'éducation, restent comme symboles de la Loge, et comme symboles du chemin intérieur et du chemin extérieur de la noble profession." (Page 99). Ainsi, David Ovason admet que la Franc-Maçonnerie est composée d'une organisation "intérieure" (invisible) et d'une organisation "extérieure" (visible). Albert Pike avait effrontément déclaré que les "néophytes" recevaient un enseignement délibérément faussé sur la signification des symboles !

Bill Cooper, auteur du Nouvel Age, qui n'a rien d'un anti-Maçon, et qui n'est certainement pas Chrétien, déclare ceci à propos des deux fraternités, l'une imbriquée dans l'autre : "La plupart des membres de la Franc-Maçonnerie ne savent pas que les Illuminati sont initiés aux "secrets au cœur des secrets," ou aux "organisations au cœur des organisations," comme ils les appellent." (Behold a Pale Horse — Voici, un cheval blanc — page 79).

L'exemple parfait de cette "fraternité dans une fraternité," une invisible au cœur d'une visible, peut être trouvé dans le plus ancien document connu du Nouvel Ordre Mondial. Ce document est l'un des meilleurs exemples d'une "révélation" reçue par l'écriture automatique. Il détaille les nombreux changements que doivent subir toutes les sociétés du monde, pour que puisse se manifester le "royaume du Christ." Ce document est connu sous le nom de "Protocole des Sages de Sion." C'est un manuel de base de l'occultisme. Ecoutez ce que l'auteur surnaturel de ce document dit des deux organisations de la Franc-Maçonnerie. Cet auteur explique de quelle manière sournoise et déguisée les Illuminati vont finir par exercer leur dictature mondiale.

"C'est pour cela que nous avons inventé cette politique globale, et que nous l'avons injectée dans la pensée des Gentils, sans leur donner la moindre chance de comprendre sa signification secrète. Pourquoi ne pas atteindre par des moyens détournés ce que notre tribu dispersée ne pourrait jamais atteindre par une voie directe ? C'est ce qui a servi de base à l'organisation d'une Franc-Maçonnerie secrète, que personne ne connaît, et dont les buts ne sont soupçonnés par aucun membre du troupeau des Gentils. Nous les attirerons pour l'apparence dans l'armée visible des Loges Maçonniques, afin qu'ils aveuglent les yeux de leurs frères." (Protocole 11 — L'Etat totalitaire, paragraphe 7 — En gras dans le texte original).

Notez que cet auteur surnaturel décrit les Francs-Maçons qui sont membres de la Fraternité externe, visible, comme constituant le "troupeau des Gentils." Ils ont été délibérément attirés dans la Franc-Maçonnerie "pour l'apparence," et afin "qu'ils aveuglent les yeux de leurs frères." Il semble que les Maçons de la Fraternité Invisible n'aient pas beaucoup de considération pour ceux de la Fraternité Visible !

Nous ne devrions donc pas être surpris de voir Albert Pike appeler les Frères Visibles des "interprètes prétentieux," alors qu'ils s'efforcent simplement d'apprendre la signification des symboles de leur Loge !

Je le dis en passant à ceux d'entre vous qui avez tenté de me convaincre qu'Albert Pike serait discrédité aujourd'hui, lisez ce que David Ovason écrit à propos de Pike, dans son livre cité plus haut :

"Albert Pike, sans doute l'ésotériste le plus profond des Etats-Unis…" (Page 31).

"Albert Pike était un profond érudit dans certains domaines…" (Page 92).

"Le docte Albert Pike…" (Page 366).

"Pike mourut dans ses appartements, situés dans le temple, le 2 avril 1891. Sept années plus tard, le Congrès vota la construction d'un mémorial en son honneur… La statue est imposante. Plus grande que nature, la statue de Pike se dresse sur un haut piédestal. A ses pieds se lamente une femme qui représente l'esprit de la Franc-Maçonnerie." (Page 321).

Rappelez-vous que ce livre était chaleureusement recommandé par C. Fred Kleinknecht, Maçon du 33e degré ! Manifestement, si Kleinknecht éprouve une telle considération pour Albert Pike, tous ceux qui ont tenté de me convaincre du contraire ont besoin de s'expliquer avec M. Kleinknecht. En vérité, Pike incarne bien aujourd'hui encore la Franc-Maçonnerie.

Un court paragraphe d'un autre livre de Manly P. Hall définit parfaitement ce qui constitue le cœur et l'âme de la Fraternité Invisible de la Franc-Maçonnerie :

"Quand un Maçon apprend que la signification du guerrier sur la planche représente en fait une dynamo dégageant une puissance vivante, il connaît le mystère de sa noble profession. Les énergies bouillonnantes de Lucifer sont dans ses mains. Avant qu'il puisse commencer à avancer et à s'élever, il doit prouver qu'il est capable d'utiliser correctement ces énergies."
(The Lost Keys To Freemasonry — Les clefs perdues de la Franc-Maçonnerie — publié par Macoy Publishing and Masonic Supply Company, Inc., Richmond, Virginia, 1976, page 48).

Le Journal du Rite Ecossais avait déclaré en 1990 que Manly P. Hall était le "plus grand Philosophe de la Franc-Maçonnerie." Un Franc-Maçon du 32e degré m'a écrit pour me dire qu'il n'avait jamais entendu parler de Manly P. Hall. Vous pouvez vous-même constater que son livre a été publié par une Maison d'Edition Maçonnique. La seule raison pour laquelle ce Franc-Maçon de haut rang n'a jamais entendu parler de Manly P. Hall, est que Hall était un dirigeant de la Fraternité Invisible, alors que ce Franc-Maçon n'est qu'un membre de la Fraternité Visible !

Un autre Franc-Maçon du 33e degré, Foster Bailey, a poussé sa femme, Alice A. Bailey, dans la Maçonnerie féminine, dont elle est devenue une principale dirigeante. Alice Bailey a également dirigé la Société de Théosophie entre les années 20 et le début des années 50. Elle fut un auteur prolifique, et reconnaissait qu'elle était un "canal" d'expression d'un esprit qui s'appelait le Maître D.K. Elle a également reçu des révélations significatives à propos de cette Franc-Maçonnerie intérieure et invisible.

"Il n'y a aucune séparation entre l'Eglise Une et Universelle, cette partie invisible de la Franc-Maçonnerie, et les cercles les plus secrets de toutes les Sociétés Esotériques" (Bailey, L'extériorisation de la Hiérarchie, page 513).

Bailey explique en fait que tous ceux qui accèdent à cette Franc-Maçonnerie intérieure et invisible, qui constitue bien l'Eglise Universelle de l'Antichrist, sont en parfaite communion avec tous ceux qui appartiennent au noyau secret de toutes les Sociétés Esotériques du monde.

Mais Bailey fait une déclaration encore plus forte, à propos du cœur de la Franc-Maçonnerie invisible : "Le Mouvement Maçonnique est le gardien de la loi. Il est la Maison des Mystères, et le siège de l'initiation. Il détient dans son symbolisme le rituel de la Divinité, et préserve dans son œuvre picturale la voie du salut. Les méthodes de la Divinité sont démontrées dans ses Temples. Le monde peut avancer sous le regard de cet Œil auquel rien n'échappe. La Franc-Maçonnerie est une organisation bien plus occulte qu'on peut l'imaginer. Elle est destinée à être l'école de formation des futurs occultistes les plus évolués." (Bailey, Ibid., page 511).

Les mots employés par Bailey, "occulte," "secret," "invisible," nous permettent de comprendre qu'elle parle en fait de la partie intérieure et invisible de la Franc-Maçonnerie. Non seulement cette Fraternité Invisible existe bien, mais elle est destinée à être "l'école de formation des futurs occultistes les plus évolués" ! !

C'est cela la Franc-Maçonnerie Invisible, dont on vous a caché pendant si longtemps l'existence ! Pour permettre aux Francs-Maçons de vérifier eux-mêmes ce fait, nous les encourageons à consulter la Maison d'Edition et de distribution de livres Maçonniques secrets concernant la Franc-Maçonnerie invisible. Il s'agit de la Maison Kessinger. Son adresse Internet est la suivante : http ://www.kessingerpub.com

Nous vous encourageons à consulter les sujets qu'ils ont fait figurer au bas de leur page d'accueil. Notez la nature extrêmement satanique et antichrétienne de tous les sujets dont s'occupe la Fraternité Invisible ! Voici un certain nombre de ces sujets, que j'ai reproduits pour vous :

Alchimie — Religions antiques — Corps astral (pratique satanique) — Astrologie (interdite par la Bible) — Autosuggestion — Babylone — H.P. Blavatsky (L'une des adeptes les plus ténébreuses de la magie noire. Adolf Hitler a étudié ses enseignements et en a tiré des arguments pour l'Holocauste des Juifs) — Bouddhisme — Lecture des cartes — Chaldée (Les Mystères Chaldéens et Babyloniens ont attiré sur ces peuples une destruction divine complète, en raison de leurs pratiques sataniques. C'est cette même Babylone qui est condamnée dans le Livre de l'Apocalypse) — Mysticisme Chrétien (C'est l'aspect "chrétien" de la Franc-Maçonnerie, qui réinterprète toutes les doctrines chrétiennes à sa manière) — Science Chrétienne (Pleinement antichrétienne, mais compatible avec la Franc-Maçonnerie) — Clairvoyance (Complètement satanique, et interdite par la Bible) — Couleurs et Sons (Ce sont des domaines très importants dans le satanisme) — Conscience Cosmique (Satanique) — Lecture dans la boule de Cristal (Interdite dans la Bible) — Divination (Interdite par la Bible) — Druidisme et Celtes (Ils ont développé au plus haut point les sacrifices humains) — Doctrines Orientales — Christianisme Esotérique (Consiste à redéfinir les doctrines Chrétiennes) — Evolution (Vous pensiez que la Franc-Maçonnerie était compatible avec le véritable Christianisme ?) — Bonne Aventure (Interdite par la Bible) — Géomancie et Gématrie (Pratiques sataniques) — Gnosticisme (L'apôtre Paul combat cette doctrine dans ses épîtres) — Hermétisme — Quête du Saint Graal (Allégorie satanique représentant la recherche de la manifestation de l'Antichrist) — Hypnose — Islam — Karma (Doctrine satanique de la réincarnation) — Conscience d'Amour et Conscience Sexuelle (pratiques complètement sataniques) — Magie (Interdite par la Bible) — Adoration de la Nature (L'adoration du Soleil est une pratique essentielle dans la Franc-Maçonnerie Invisible) — Lecture des lignes de la main (Divination satanique) — Culte Phallique (Adoration du sexe mâle en érection !) — Cabale (Interprétation satanique de l'Ancien Testament Hébreu) — Réincarnation — Rose-Croix (Complètement satanique) — Adoration du Serpent (Non seulement la Franc-Maçonnerie est une Religion, mais on y pratique l'adoration du Serpent, c'est-à-dire de Satan lui-même !) — Télépathie (Communication satanique par la pensée) — Tarot (Divination, interdite par la Bible) — Physique Transcendantale — Zoroastre (Culte satanique, que Dieu a détruit dans l'Ancien Testament).

Vous pouvez prendre conscience de ce qui constitue le cœur de la Fraternité Intérieure et Invisible ! La partie la plus sombre de toutes ces pratiques est sans aucun doute le Culte Phallique. L'obélisque est le symbole majeur de ce culte. C'est la raison pour laquelle vous pouvez voir des obélisques associés aux lieux importants pour la Franc-Maçonnerie. Il est temps pour vous de sortir de la séduction, ne pensez-vous pas ?

Regardez ce qu'Albert Pike dit de l'obélisque : "D'où la signification du phallus, ou de son inoffensif substitut, l'obélisque, dressé comme un emblème de la sortie du tombeau et de la résurrection de la Divinité" (Morals and Dogma, page 393). Vous savez à présent pourquoi vous pouvez voir de nombreux obélisques sur les tombes de Francs-Maçons, car c'est un "emblème de la résurrection de la Divinité." Les Maçons Invisibles croient qu'ils deviennent des dieux tout au long de leur vie. L'obélisque sur leur tombe n'est que la manifestation visible de cette croyance.

L'obélisque vient des Mystères égyptiens, du temps des Pharaons. La Bible en parle dans 2 Rois 10 :25-26 : "Lorsqu'on eut achevé d'offrir les holocaustes, Jéhu dit aux coureurs et aux officiers : Entrez, frappez-les, que pas un ne sorte. Et ils les frappèrent du tranchant de l'épée. Les coureurs et les officiers les jetèrent là, et ils allèrent jusqu'à la ville de la maison de Baal. Ils tirèrent dehors les statues de la maison de Baal, et les brûlèrent." Le mot hébreu traduit par "statue" est "matsabah," ou "pilier, pierre dressée." Il peut se traduire par "obélisque."

Le Dieu Tout-Puissant a ordonné que les piliers de Baal soient détruits. Mais il a ordonné d'abord au Roi Jéhu de frapper les adorateurs de ce pilier, ou adorateurs de Baal. La Franc-Maçonnerie Invisible est donc consacrée à l'adoration de l'obélisque, culte interdit par Dieu et puni de mort. Gardez ceci à l'esprit quand vous contemplez l'obélisque du Monument de Washington !

Enfin, vous devez savoir que le culte du Serpent conduit directement en Enfer, car c'est Satan lui-même qui se tient directement derrière ce culte. C'est cela, la Franc-Maçonnerie Invisible, et je parie que vous n'avez jamais su qu'elle existait, n'est-ce pas ?

A présent que vous savez tout cela, je vous encourage à lire nos articles de Cutting Edge, en réalisant que nous parlons de cette organisation intérieure invisible. Rappelez-vous ceci : nous ne sommes pas engagés dans un débat de société. Je n'essaye pas de vous faire entrer dans mon camp. Mais c'est l'avenir de votre précieuse âme éternelle qui est en jeu. Si vous êtes Franc-Maçon, vous participez à l'organisation secrète la plus néfaste, la plus ténébreuse et la plus corrompue du monde ! Le fait que vous soyez membre de la Fraternité Visible donne à tous les démons un droit légal de vous attaquer et de produire dans votre vie toutes sortes de détresses et d'afflictions, même si vous ignorez complètement l'existence de la Fraternité Invisible.

C'est le salut éternel de votre âme qui est en cause. Je vous en prie, lisez nos articles avec le plus grand soin, et que vos yeux spirituels soient ouverts !

David Bay, Directeur de Cutting Edge Ministries.



Conclusion de Parole de Vie :

Nous complétons cet appel adressé aux Francs-Maçons qui liraient cet article par ces quelques paroles :

Seul Jésus-Christ peut vous faire sortir du filet spirituel dans lequel Satan a réussi à vous prendre. Sachez que Jésus-Christ a vaincu Satan (l'antique Lucifer) à la Croix. Il n'existe pas de "bon" Lucifer et de "mauvais" Satan. Ils sont une seule et même personne. Le but de Satan est de séduire et tromper l'humanité, pour l'entraîner avec lui dans le lac de feu. Il se garderait bien de révéler aux Francs-Maçons ce qui les attend, s'ils ne se dégagent pas de son filet !

Jésus-Christ a vaincu Satan à la croix : "Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses ; il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix" (Colossiens 2 :13-15).

Jésus-Christ vous offre un plein pardon pour tous les péchés que vous avez commis, notamment ceux que vous avez commis par ignorance, dans l'incrédulité, par votre appartenance à la Franc-Maçonnerie. Confessez-Lui ces péchés, et un plein pardon vous sera accordé. Le sang de Jésus est puissant pour effacer tous les péchés.

Jésus-Christ vous fera alors passer par une véritable nouvelle naissance spirituelle, qui n'a rien à voir avec la "nouvelle naissance" dont on vous a parlé dans la Franc-Maçonnerie. Vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous affranchira ! Tournez-vous vers Jésus maintenant même, n'attendez pas, Son retour est très proche !

Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 22:51
Source : Parti Républicain Chrétien  |  Lu 4516 fois sur Top Chrétien

«Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde toujours le doigt»

G20

Dans sa sévérité quelque peu cinglante, ce proverbe chinois résume pourtant bien le déroulement du G20 qui vient de se tenir à Londres et dont on nous annonce qu’un second round aura lieu aux Etats-Unis en septembre prochain. Alors que la conférence de Bretton-Woods de juillet 1944 avait pour enjeu principal la refondation d’un système monétaire international, le G20 de 2009 ambitionne d’aller beaucoup plus loin…


Jean Philippe Wagner, Parti Républicain Chrétien.

Une fois encore, force est de constater que l’enfer est souvent pavé des meilleures intentions. Au noble prétexte de s’attaquer à la récession mondiale qui sévit, les grands de ce monde se sont surtout empressés de dénoncer quelques boucs-émissaires faciles, livrés à la vindicte d’une opinion publique mobilisée pour la cause.

Ainsi, ces trop fameux paradis fiscaux, fichés sur listes grises ou noires, chargés d’opprobre et de tous les fantasmes, seraient donc les grands responsables de la crise économique et financière qui se répand comme une trainée de poudre depuis l’automne 2008.

Autres «coupables» montrés du doigt : les rémunérations des actionnaires et des dirigeants des grands groupes internationaux, jugées pharaoniques, imméritées et proche de l’indécence par ces temps de vaches maigres. Quant au libéralisme, forcément qualifié d’ultra, il fut consacré à Londres dans son rôle de «grand Satan» d’un système financier mondial, rendu fou par un excès de déréglementation et une défaillance généralisée des systèmes de contrôle.

Voici donc cloué au pilori de la bonne conscience planétaire, tout ce qui hier encore était admis, voire même encouragé et magnifié par tous les idéologues d’une mondialisation qu’on nous promettait «heureuse», si on en croit Alain MINC, Conseiller politique et économique.

Une future monnaie mondiale ?

Plus de régulation pour moraliser le Capitalisme : tel fut le second mot d’ordre de ce G20, avec pour effet immédiat l’augmentation des capacités d’intervention du FMI (1) et le triplement de ses ressources, déjà considérables.

Une belle promotion en réalité pour cette organisation internationale que son Directeur Général, le socialiste français Dominique STRAUSS KAHN, verrait bien doter d’un statut de super-banquier mondial, ayant la haute main sur les instruments financiers, la distribution du crédit, mais aussi pourquoi pas, sur la création et la gestion d’une future monnaie mondiale dont les Russes et les Chinois ont déjà très sérieusement évoqué l’idée.

Des moyens, des pouvoirs et un dirigisme accrus aux mains d’une organisation non-gouvernementale échappant à toute légitimité démocratique : Dans quel objectif ? A bien analyser les choses, les non-dits et les zones d’ombre sont encore plus nombreux après le G20. Quant aux peuples à qui l’on a beaucoup promis et beaucoup menti sur cette crise (2), ils ont bien des motifs de se montrer sceptiques et méfiants.

Car la crise qui nous frappe n’est peut être que le prétexte et le G20 l’instrument d’une gigantesque opération de communication planétaire, visant à obtenir aux forceps notre consentement résigné à nous voir basculer collectivement et irréversiblement dans ce nouvel ordre mondial (3), si cher à Jacques ATTALI (4) et dont le Premier Ministre britannique, Gordon BROWN, a déjà salué l’avènement. Car dans l’esprit de ces gens et de plus en plus ouvertement depuis la fin de la guerre froide et la disparition du bloc soviétique, nouvel ordre mondial rime avec mondialisme.

Vers un gouvernement mondial

D’un point de vue historique, l’adhésion de nombreux milieux d’influence en matière financière, économique, politique, mais aussi culturelle et philosophique à l’idéologie mondialiste, ou en d’autres termes, à la concentration de tous les pouvoirs aux mains d’une élite mondiale d’experts et de décideurs, n’est pas un phénomène nouveau. (5)

Finalement, aussi vieux que l’épisode biblique de la tour de Babel, le mondialisme a pris un nouvel élan au sortir de la seconde guerre mondiale, avec la création de l’ONU, l’internationalisation des échanges, la diffusion accélérée des technologies de communication et le développement des structures à la fois supranationales (comme l’Union Européenne) et non gouvernementales.

Il tire aujourd’hui un regain de force et de vigueur de son principal argument, selon lequel la résolution optimale des grands problèmes qui se posent globalement au monde (Ex : le maintien de la paix, le réchauffement climatique ou l’actuelle crise économique et financière) rend plus que jamais nécessaire la mise en place d’un gouvernement mondial (appelé aussi gouvernance mondiale, une terminologie plus «soft» sensée faire moins peur aux opinions publiques).

Mise en place d’une entreprise de domination totale

D’un point de vue chrétien, très différent de l’image bucolique du «village global» que l’on cherche à nous imposer, le mondialisme apparait surtout comme un constructivisme dangereux qui sous les aspects séduisants d’un discours trompeur, dissimule en réalité une entreprise de domination totale des nations et de mise sous contrôle des peuples, des richesses naturelles et produites, des cultures et des identités.

Un processus global d’intégration planétaire, d’essence «progressiste», car présenté comme inéluctable et motivé par l’urgence à relever les défis du temps présent. Lequel n’est d’ailleurs pas sans rappeler la conception marxiste du sens de l’Histoire, avec en prime toutes les difficultés que nous aurions à en sortir, si d’aventure le nouvel ordre mondial qu’on nous promet paradisiaque tournait au cauchemar.

L’illustration du mondialisme comme confort illusoire, fausse liberté mais véritable servitude, on la retrouve un peu dans cette mélopée sirupeuse et envoutante, tirée du tube planétaire Hôtel California (Eagles, 1976), lequel se conclut par cette phrase symboliquement terrible :

« We are programmed to receive.
You can check out any time you like,
But you can never leave »

Ce qui donne en français:
« Nous sommes programmés pour vous accueillir.
Vous pouvez sortir (de l’hôtel) autant qu’il vous plaira,
Mais jamais vous ne pouvez le quitter »


En effet et comme l’a expliqué la philosophe Hannah ARENDT(6) dans ses écrits, ce qui différencie une simple dictature d’un totalitarisme, c’est le rapport de ce dernier à la violence. Pas forcément «brutale» ni même visible, sa volonté hégémonique viole l’esprit de la Res-Publica (Chose publique) et tente de régir jusqu’à l’intime, l’ensemble des activités et des pensées humaines. Au final, son désir est d’obtenir un «homme nouveau», sans passé ni racines, mais conforme à son idéologie.

Et une fois devenue normative, cette idéologie rend impossible tout retour en arrière, sauf à être balayé par la manifestation d’une force supérieure, qu’elle soit matérielle (ce qui fut le cas du nazisme, écrasé militairement en 1945) ou de nature morale et spirituelle (on réfléchira ici au rôle déterminant de l’Eglise et des Chrétiens dans l’effondrement du communisme soviétique, tout au long des années 80).

Les nations, de simples relais d’exécution

Alors que la conférence de Bretton-Woods de juillet 1944 avait pour enjeu principal la refondation d’un système monétaire international, le G20 de 2009 ambitionne d’aller beaucoup plus loin. C’est pourquoi il s’annonce déjà comme un processus à long terme, devant aboutir dans l’esprit de ses concepteurs à un véritable directoire économique mondial, une «communauté mondiale d’intérêts partagés» reposant sur «une hégémonie de cooptation». (7)

Pour justifier ce qui se met en place, on nous ressasse que la crise actuelle, par son ampleur, a «ringardisé» non seulement un système, mais aussi les nations, ramenées au rang de simples relais d’exécution de coûteuses politiques keynésiennes de relance décrétées collectivement et au sommet. Dans ce contexte général de mise sous tutelle des économies nationales, les soi-disant divergences d’appréciation entre un Barack OBAMA, qui trouve que l’Europe ne met pas assez d’argent dans la relance et un Nicolas SARKOZY qui plaide pour davantage encore de régulation, ne servent qu’à faire diversion. Depuis le début, la cause semble entendue.

Mal gérée et surtout mal expliquée à une opinion publique particulièrement désinformée en matière économique, on a laissé la crise américaine dite «des subprimes» dégénérer en collapsus général, une sorte de «11 septembre de la finance» aux effets démultipliés. Plus qu’une crise classique, c’est avant tout une crise de confiance majeure qui s’est installée entre les grandes places financières mondiales, rendant les échanges impossibles. D’où le blocage du système et la «fonte» de quelques emblématiques fusibles de la finance mondiale, tels que Lehman Brothers, Freddie Mac ou Fannie Mae.

La libre circulation de l’argent étant à la fois la condition et le carburant de nos économies mondialisées et interdépendantes, l’occasion était ainsi donnée aux dirigeants des pays les plus exposés (principalement les USA et l’Europe occidentale) d’intervenir «à chaud» et de réclamer une nouvelle régulation du système, au nom même du sauvetage et de la moralisation du Capitalisme. L’opération G20 est donc lancée avec l’appui d’un renfort de poids: l’entrée en fonction du nouveau président américain dont le monde attend qu’il fasse, ni plus ni moins, des miracles.

Habilement élargi à 20 membres pour tenir compte et impliquer les économies émergentes, le noyau dur, réellement décisionnel du sommet de Londres, demeure bien celui de l’ancien G8, c'est-à-dire (exception faite de la Chine) celui du club très fermé des pays les plus riches de la planète. Il est vrai qu’entre leurs mains réside le vrai pouvoir de décision, pouvoir encore accru par l’appartenance ou la grande proximité de leurs dirigeants avec les cénacles mondialistes les plus influents et les plus secrets (8) du monde de la finance, de la politique, des médias et des affaires.

Sous la houlette d’un Fonds Monétaire International doté de pouvoirs accrus, la véritable mission du G20 est donc bien de concilier la poursuite du libre-échangisme économique avec la mise en oeuvre d’un dirigisme monétaire et financier à l’échelle mondiale. Avec peut être demain, si les énormes plans de relance ne suffisent pas à endiguer la crise, la nationalisation générale du système bancaire et financier et sa concentration aux mains du FMI et de la Banque Mondiale, qui deviendront alors les régulateurs tout puissants d’une économie mondiale sous tutelle.

Ebauche d’un gouvernement mondial

Les conditions psychologiques et les institutions d’une future «gouvernance économique mondiale» seront alors en place pour justifier de passer dès que possible à l’étape ultime : la transformation du G20 en autorité permanente, gouvernementale et exécutive.

A travers une telle perspective qui apparait de moins en moins comme utopique, on imagine ce que pourrait être demain l’ébauche d’un gouvernement mondial :
  • une super-conférence permanente des chefs d’Etat et de gouvernement (l’actuel G20 sous des configurations évolutives et variables selon les circonstances)
  • des organes de régulation et de contrôle tout puissants (FMI, Banque Mondiale, Organisation Mondiale du Commerce) ayant la haute main sur les flux monétaires, financiers, la distribution du crédit et le commerce international)
  • une organisation armée, sorte de «police internationale», vraisemblablement placée sous le contrôle de l’ONU et chargée de faire régner et appliquer le nouvel ordre mondial, notamment à l’égard des Etats qui se montreraient réticents ou non coopératifs. Pour remplir cette fonction régalienne, il n’est pas interdit de penser à l’OTAN, qui s’est réuni étrangement et en grande pompe, dans la foulée du G20…

Si un tel schéma venait à prendre corps, il en serait alors fini du monde que nous connaissons, basé sur l’indépendance des nations, la souveraineté des Etats, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le respect de la diversité des hommes, des cultures et des identités. Par son orgueil incurable et monstrueux, l’Homme aura ainsi réussi à reconstruire l’antique Babel, sous une forme certes plus sophistiquée mais avec toujours la folle illusion de pouvoir se passer de Dieu.

Une fois encore, l’alternative à la crise qui nous frappe, ne peut que puiser sa source et trouver sa juste inspiration dans les valeurs chrétiennes, qui fondent depuis deux millénaires le terreau fertile de notre civilisation commune. Parce qu’il est d’essence purement matérialiste et collectiviste, mais aussi parce qu’il nie toute transcendance, le mondialisme ne peut être la bonne réponse à nos problèmes.

Quelle alternative au gouvernement mondial ?

Si les chrétiens ne peuvent par définition se désintéresser de la marche du monde et de sa bonne gestion, ils ne sauraient davantage se résigner, sans rien faire, à entériner les fausses solutions qui se concoctent actuellement dans le plus grand secret. Face à la survenance de nouveaux défis mondiaux dont la résolution optimale outrepasse le cadre strictement national, nous devons travailler à l’unité du monde sans pour autant délaisser le service de nos patries respectives.

C’est à ce constat que nous invitait déjà en 1963 le Pape Jean XXIII dans son encyclique «Mater et Magistra» par ces termes : (…) «car prises isolément, les communautés politiques ne sont plus à même de résoudre convenablement leurs plus grands problèmes par elles mêmes». Patriotes sans être nationalistes, universalistes sans être mondialistes : tel pourrait être en résumé le sens possible de l’action des chrétiens dans le monde.

D’un point de vue pratique, il nous appartient de formuler quelques pistes de réflexion, inspirées par le bon sens chrétien et la recherche du bien commun. Guidé par un triple souci d’équité, de transparence et de pratique d’une subsidiarité bien comprise, je vous invite à réfléchir aux propositions suivantes :

A propos d’équité : la moralisation du système financier international ne peut s’accommoder des situations de pénurie et de pauvreté qui persistent et s’aggravent dans le monde. Tout en assouplissant les règles de fonctionnement de l’OMC, il faudrait travailler à mettre en place une fiscalité éthique, encourageant les investissements humainement et socialement utiles au développement. De même, il deviendrait urgent de proclamer le droit de tout peuple à sa souveraineté alimentaire. Il serait enfin du devoir matériel et moral des Etats de lutter contre les gaspillages d’argent public et d’accélérer le désendettement de leurs comptes, ce qui aurait l’avantage de remettre en circulation de nombreux actifs financiers sans création monétaire supplémentaire et donc, sans risque inflationniste.

A propos de subsidiarité : il serait souhaitable de ne laisser aux organisations, conférences et sommets internationaux, le soin de trancher les seules questions qui n’auraient pu l’être par le jeu normal des relations diplomatiques et commerciales bilatérales entre Etats. En matière de commerce international, il conviendrait de permettre aux nations confrontées à des situations d’urgence économique et qui en feraient la demande, de déroger en tout ou partie aux règles communes. Dans le même esprit, il faudrait mettre un terme au protectionnisme déguisé, qui permet bien souvent aux pays riches de fermer leurs frontières aux exportations des pays les plus pauvres, notamment ceux d’Afrique. Il faudrait enfin développer davantage les instances internationales de médiation et d’arbitrage, au détriment des procédures coercitives.

A propos de transparence : l’actuel G20 en est l’illustration : il faut en finir avec la culture du secret et de l’opacité. Nous ne devons plus accepter que le destin de millions d’hommes et de femmes soit scellé dans la discrétion aseptisée des grands sommets internationaux, et nous ne devons plus nous contenter des communiqués officiels «langue de bois», bien souvent d’ailleurs rédigés d’avance. Une démocratie digne de ce nom commande que les peuples et leurs représentants soient associés au plus près des décisions et des engagements internationaux d’ailleurs pris en leurs noms. Mais pour cela, encore faut-il qu’ils soient correctement informés.

  • Ainsi, avant toute élection décisive engageant les grandes orientations de la Nation (présidentielle, législatives et maintenant, européennes) et comme cela s’est fait en 2007 avec le pacte écologique présenté par Nicolas HULOT, les différents candidats devraient publiquement s’engager sur un code moral et éthique, comprenant notamment l’obligation de servir prioritairement les intérêts matériels et moraux de leur pays et de leurs électeurs, sans allégeance aux mots d’ordre des groupes d’influence supranationaux, plus ou moins occultes et dépourvus de toute légitimité démocratique.
  • Informer les citoyens de façon claire, objective et non polémique de l’existence de ces groupes mondiaux d’influence. Car c’est la culture du secret qui crée la suspicion et non l’inverse !
  • Imposer la publicité intégrale de leurs réunions et de leurs débats. Ne plus se satisfaire d’une information superficielle et tronquée, comme cela se pratique à Davos où se réunit pourtant l’élite des décideurs mondiaux.
  • Obliger enfin (comme cela se fait déjà en matière de patrimoine) les élus, les hauts fonctionnaires, les responsables syndicaux, les patrons de presse et de médias, les chefs et cadres dirigeants des grandes entreprises, à déclarer publiquement leur éventuelle appartenance à l’une ou plusieurs de ces organisations d’influence, ou leur participation à leurs travaux.

En matière de vie internationale comme de politique intérieure, changer la nation passe d’abord et avant tout, par le changement des cœurs !

Jean-Philippe WAGNER
Conseiller Régional de Lorraine
Conseiller National du PRC

Site du Parti Républicain Chrétien (PRC)


NOTES :

(1) Fonds Monétaire International, dont le siège est à Washington et la direction traditionnellement confiée à un Européen (la Banque Mondiale étant elle réservée à un Américain)

(2) Notamment aux Français, à qui on vient de refaire le coup du nuage de Tchernobyl s’arrêtant miraculeusement à nos frontières … à propos de cette crise qui n’était que spécifiquement américaine et qui, parole d’experts, ne concernerait jamais l’Europe et encore moins la France... !

(3) la paternité de l’expression «nouvel ordre mondial» revient, semble-t-il, au Président américain George BUSH senior, au lendemain de sa victoire sur Saddam HUSSEIN lors de la première guerre du Golfe en 1991

(4) «après la mise en place d’institutions continentales européennes apparaitra peut être l’urgente nécessité d’un gouvernement mondial» (Jacques ATTALI – Dictionnaire du XXIème siècle)

(5) Dès 1903, l’écrivain H.G WELLS déclarait déjà que «notre véritable Etat doit être dès maintenant l’Etat fédéral mondial car notre vraie nationalité est le genre humain»

(6) «Les origines du totalitarisme - tome 3 : le système totalitaire» (1951)

(7) Zbigniew BRZEZINSKI – «le vrai choix» aux éditions Odile Jacob (2004)

(8) En particulier le CFR américain (Council on Foreign Office), son émanation britannique, le RIIA (Royal Institute of International Affairs), la commission Trilatérale et le groupe de Bilberberg – voir sur ce sujet hélas trop méconnu l’ouvrage passionnant de Michael GAMA «Rencontres au sommet : quand les hommes de pouvoir se réunissent» - éditions de l’Altiplano (2007)

 
Repost 0
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 20:46

Le gouvernement mondial

Au pouvoir déclinant des gouvernements des états-nations s'est substitué un nouveau pouvoir, planétaire, global, et échappant au contrôle de la démocratie. Les citoyens continuent d'élire des institutions nationales alors que le pouvoir réel a été déplacé vers de nouveaux centres. La planète est aujourd'hui dirigée par une constellation d'organisations au rôle exécutif ou politique. Les organisations exécutives se répartissent en 3 sphères de pouvoir: - la sphère du pouvoir économique et financier - la sphère du pouvoir militaire et policier - la sphère du pouvoir scientifique Le pouvoir politique du système est exercé par une quatrième catégorie d'organisations: les "clubs de réflexion", réseaux d'influence, ou réunions de "global leaders" comme le Groupe de Bilderberg ou le World Economic Forum de Davos. Toutes ces organisations ne sont pas concurrentes mais étroitement liées et complémentaires. Elles forment un ensemble dont la cohésion est assurée par l'appartenance simultanée de certaines personnalités à plusieurs organisations. Ces personnes-clé peuvent être considérées comme les Maitres du Monde. Quelques uns sont des leaders politiques de premier plan, comme George Bush (le père) ou Henry Kissinger. Mais la plupart d'entre eux sont inconnus du grand public. En observant le diagramme de ces organisations, ceux qui connaissent la cybernétique verront à quel point ce système a été ingénieusement conçu. Structurées en réseau, plusieurs organisations se partagent la même fonction, et les centres ainsi que les "circuits de commande" ont été doublés ou triplés, afin d'assurer plus de sécurité et de stabilité à l'ensemble. Ainsi, au cas où une organisation ou un lien devient inopérant, le contrôle global n'est pas menacé. Exactement comme Internet: un système sans centre unique, dont les flux d'information peuvent "contourner" un centre local hors service. Les instances exécutives L'OCDE , l'organisation initiatrice de l'AMI, conçoit les règles du commerce mondial et influence de très près la politique économique des pays occidentaux. Elle rassemble 30 pays développés qui "partagent les principes de l'économie de marché" Le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale dessinent l'économie et l'environnement de la planète par le biais des prêts accordés aux états du Tiers-Monde à condition qu'ils appliquent une politique économique d'inspiration ultra-libérale, au mépris des réalités humaines et écologiques. L'Organisation Mondiale du Commerce (OMC, ou WTO en anglais) fixe les règles du commerce mondial, en réduisant considérablement la marge de décision des états dans le domaine de l'économie ou de l'environnement. La Commission Européenne (ou "Commission de Bruxelles") est le gouvernement de l'Union Européenne. Ses membres ne sont pas élus, et le public n'est jamais informé de leurs décisions. Des parts croissantes du pouvoir des états sont transférés à cette Commission qui n'est soumise à aucun contrôle démocratique. (La législation européenne représente déjà 80% des lois appliquées par les états de l'Union.) Ces transferts de souveraineté ont été réalisés par des politiciens de droite et de gauche, dans le but de faire échapper au débat public l'essentiel des décisions économiques, sociales, et environnementales. De plus, la Commission Européenne est entièrement sous l'influence des lobbies industriels qui sont les grands inspirateurs de la réglementation européenne. La politique européenne est élaborée en étroite collaboration avec l'European Round Table qui rassemble les dirigeants des grandes multinationales européennes. L'European Round Table est associée à toutes les grandes décisions en matière économique, financière, sociale, ou environnementale. Enfin, beaucoup de Commissaires Européens sont très liés à des multinationales ou à des réseaux d'influences favorables au libéralisme et à la mondialisation. Par ailleurs, de nombreux commissaires européens sont membres du très puissant "Groupe de Bilderberg": - Jose Manuel Barroso (actuel président de la Commission Européenne, ancien premier ministre du portugais) - Frits Bolkestein (le commissaire européen auteur de la "directive Bolkestein") - Romano Prodi (ancien président de la Commission Européenne, premier ministre italien) - Jacques Santer (ancien président de la Commission Européenne, ancien premier ministre du Luxembourg) - Sir Leon Brittan (vice-président de la Commission, ardent promoteur des traites AMI et NTM, ancien négociateur européen pour le GATT) - Pascal Lamy (fervent partisan de l'AMI, et responsable de la modification de l'article 133 du Traité d'Amsterdam afin que les états donnent définitivement les pleins pouvoirs à la Commission pour la négociation et la signature des traités économiques de type AMI) - Edith Cresson (ancien membre de la Commission, ancien premier ministre français, ancien ministre du commerce, ancien membre de la direction de Schneider) - Emma Bonino - Mario Monti (ex Banca Commerciale Italiana) - Hans Van Den Broeck - Karel van Miert - Erkki Liikanen - Ritt Bjerregaard A la BCE, la Banque Centrale Européenne, on retrouve encore d'autres participants au Groupe de Bilderberg: - Jean-Claude Trichet (président de la BCE) - Wim Duisenberg (ancien président du directoire la BCE, ancien président de la De Nederlandsche Bank) - Otmar Issing (membre du directoire) - Tommaso Padoa-Schioppa (membre du comité exécutif) Les "clubs de réflexion" Le Word Economic Forum est une organisation qui rassemble les hommes les plus puissants et les plus riches de la planète. Le critère d'admission au sein de ce réseau est le niveau de pouvoir, de richesse, et d'influence du candidat, dans le domaine de l'économie, de la politique internationale, de la technologie, ou des médias. La principale réunion du World Economic Forum a lieu chaque année à Davos, en Suisse, à la fin du mois de Janvier. Tout au long de l'année, les membres les plus importants de cette organisation sont reliés par un super-réseau de vidéo-conférence, "Wellcom", qui leur permet de se concerter à tout moment sur les décisions mondiales importantes. Exactement comme dans le film "Rollerball", qui décrit un monde futur où les cartels économiques ont pris le pouvoir et où une élite planétaire prend ses décisions lors de vidéo-conférences similaires. La Trilateral Commission est un organisme de réflexion international co-fondé en 1973 par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski (ancien conseiller du président Jimmy Carter). Il réunit des dirigeants des 3 zones économiques principales: Amérique du Nord, Europe de l'Ouest, Japon. Le CFR (Council on Foreign Relations) est une organisation américaine qui rassemble des leaders politiques ou économiques de haut niveau (comme George Bush père, Henry Kissinger, ou David Rockefeller, le président du CFR). Depuis le début du 20è siècle, presque tous les présidents américains sont des membres du CFR. Le Comité consultatif du CFR comprend des représentants étrangers, comme Michel Rocard (ancien premier ministre français), Otto Lamsdorf (ancien ministre des finances allemand), Brian Mulroney (ancien premier ministre canadien), ou Lord Conrad Black (président du groupe de presse Hollinger, et par ailleurs proche de l'administration Bush). Le Groupe de Bilderberg , fondé en 1954, est sans doute le plus puissant des réseaux d'influence. Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, ainsi que quelques scientifiques et universitaires. Pour ceux qui enquêtent sur les réseaux de pouvoir, le Groupe de Bilderberg est le véritable gouvernement mondial. Le président et co-fondateur du Bilderberg Group est David Rockefeller. Voici les listes par pays des membres du Groupe de Bilderberg: USA, Canada, Grande Bretagne, France, Belgique, Suisse, Hollande, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Portugal, Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Luxembourg, Irlande, autres pays Le Siècle est un club de reflexion qui rassemble les membres les plus puissants et influents de la classe dirigeante française: responsables politiques, présidents de grandes entreprises, et journalistes des médias qui "font l'opinion". La Fondation Saint-Simon est une organisation très similaire au Siècle. Elle s'est dissoute en 1999 après avoir beaucoup contribué à la conversion idéologique de la gauche française au libéralisme. L'IFRI (Institut Français des Relations Internationales) est une sorte de CFR à la française. On y retrouve des politiciens de droite et de gauche, des patrons de grandes entreprises, des journalistes, et quelques universitaires. Le Club de Rome est un "club de réflexion" de leaders politiques et économiques, principalement européens. Les sociétés secrètes Le Bohemians Club Une société secrète où les puissants de ce monde se retrouvent pour d'étranges cérémonies au parfum de satanisme. Les Illuminati sont une "élite dans l'élite" qui se réunit au sein d'une organisation secrète fondée sous sa forme actuelle au 17è siècle. Originellement, leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir. Le terme "Illuminati" signifie littéralement "les Illuminés" (du latin "illuminare": illuminer, connaître, savoir) Leur symbole est présent sur les billets de 1 dollar: une pyramide dont le sommet (l'Elite) est éclairé par l'oeil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population). Les deux mentions en latin sont très significatives. "NOVUS ORDO SECLORUM" signifie "nouvel ordre pour les siècles". En d'autres termes: nouvel ordre mondial. Et "ANNUIT CŒPTIS" signifie: "notre projet sera couronné de succès". Un projet aujourd'hui proche de sa réalisation finale.

© Syti.net, 2001

Repost 0
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 19:50

Les Illuminati

Les Illuminati sont une "élite dans l'élite". C'est la plus ancienne et la plus secrète des organisations des "Maîtres du Monde". La plupart de ces organisations ont un siège social et des membres dont on connaît l'identité. Mais les membres des Illuminati ne sont pas connus de manière certaine, même si certains noms circulent avec insistance. Il s'agit de grandes familles capitalistes ou issues de la noblesse, comme par exemple les Rothschild, les Harriman, les Russel, les Dupont, les Windsor, ou les Rockefeller (notamment l'incontournable David Rockefeller, également co-fondateur du Groupe de Bilderberg et du CFR).

Les Illuminati existent sous leur forme actuelle depuis 1776, date de fondation de l'Ordre des Illuminati en Bavière par Adam Weishaupt, un ancien Jésuite. A cette époque, leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir sur la population.

La création des Illuminati marquait le lancement d'un Plan conçu pour se dérouler sur plusieurs siècles, en utilisant le contrôle du système financier naissant pour parvenir une domination totale sur le monde. La réalisation du Plan s'est ensuite transmise comme un flambeau de génération en génération, au sein d'une élite héréditaire d'initiés qui ont su adapter le Plan aux évolutions technologiques, sociales, et économiques.

Contrairement aux autres organisations des Maitres du Monde, les Illuminati ne sont pas un simple "club de réflexion" ou "réseau d'influence". Il s'agit d'une organisation dont la véritable nature est ésotérique ou "occulte".

Les dirigeants politiques ou économiques se présentent au public comme des personnes éminemment rationnelles et matérialistes. Mais le public serait étonné d'apprendre que certaines de ces personnes participent à des cérémonies étranges, dans des sociétés secrètes où se perpétuent le culte des dieux égyptiens et babyloniens: Isis, Osiris, Baal, Moloch, ou Sémiramis.

 

Le terme "Illuminati" signifie littéralement "les Illuminés" (du latin "illuminare": illuminer, connaître, savoir).

Les Illuminati se considèrent en effet comme détenteurs d'une connaissance et d'une sagesse supérieure, héritées de la nuit des temps, et qui leur donne une légitimité pour gouverner l'humanité. Les Illuminati sont la forme moderne d'une société secrète très ancienne, la "Fraternité du Serpent" (ou "Confrérie du Serpent"), dont l'origine remonte aux racines de la civilisation occidentale, à Sumer et Babylone il y a plus de 5000 ans.

La civilisation qui domine le monde aujourd'hui est en effet la prolongation de la civilisation Sumérienne, qui a inventé tout ce qui caractérise la civilisation occidentale: l'administration d'état, l'argent, le commerce, les taxes et les impôts, l'esclavage, les armées organisées, et une expansion fondée sur des guerres perpétuelles et l'asservissement des autres peuples. Ce fut aussi la première civilisation à détruire son environnement. Pratiquant une agriculture intensive après avoir inventé l'irrigation, les civilisations Sumérienne et Babylonienne ont transformé des prairies verdoyantes en un désert qui est aujourd'hui l'Irak.

Depuis Sumer et Babylone, la Fraternité du Serpent s'est perpétuée en prenant des formes et des noms multiples à travers les époques, exerçant son influence sur les religions et les pouvoirs politiques successifs, dans une longue filiation qui inclut les "écoles de mystère" égyptiennes et grecques, l'église chrétienne de Rome (utilisée comme "véhicule" par la "Fraternité" pour s'implanter en Europe), les Mérovingiens (d'où le personnage "Mérovingien" dans le film "Matrix"), les Templiers (et leurs nombreuses ramifications - Franc- Maçons, Rose-Croix, Prieuré de Sion, Ordre Militaire et Hospitalier de St Jean de Jerusalem, Ordre de Malte...), et enfin les "Illuminati" et les organisations qui y sont rattachées.

Le symbole des Illuminati est présent sur les billets de 1 dollar: une pyramide dont le sommet (l'Elite) est éclairé par l'oeil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population).

Les deux mentions en latin sont très significatives. "NOVUS ORDO SECLORUM" signifie "nouvel ordre pour les siècles". En d'autres termes: nouvel ordre mondial. Et "ANNUIT CŒPTIS" signifie: "notre projet sera couronné de succès".

Un projet aujourd'hui proche de sa réalisation finale.


© Syti.net, 2005

Repost 0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 09:03

Livraison des premiers passeports électroniques, en France. 
 

Christophe Guillemin, publié le 13 avril 2006

Technologie - Les premiers passeports dotés d’une puce électronique sont arrivés dans certaines mairies. Ils permettent notamment d'entrer sur le sol américain sans visa. La France comble ainsi son retard et anticipe les exigences des États-Unis et de Bruxelles.

«Ce jeudi 13 avril, nous débutons le déploiement du passeport électronique en France, en commençant par les Hauts-de-Seine», indique un porte-parole de l'imprimerie nationale à ZDNet.fr. Cette nouvelle génération de passeport permettra, notamment, d'entrer sur le sol américain sans visa. Dès le 19 avril, ce sera au tour de la préfecture de Paris de les délivrer. L'ensemble de l'hexagone devrait être fourni fin juin.

Initialement prévue pour octobre 2005, leur mise à disposition accuse 6 mois de retard suite à un contentieux juridique entre le ministère de l'Intérieur et l'Imprimerie nationale.

Pour l'année 2006, ce sont environ 2 millions de passeports électroniques qui devraient être produits. Le prix reste inchangé - 60 euros pour les adultes et 30 euros pour les mineurs - et le délai d'obtention est de 15 jours environ, assure le Ministère de l'Intérieur. En revanche, il faut se munir désormais d'une copie intégrale de l'acte de naissance, ce qui n'était pas jusqu'alors demandé, nous a-t-on également précisé place Beauvau.

Une puce sans contact intégrée dans la couverture

La principale nouveauté technique de ce passeport est l'intégration d'une puce électronique dans la couverture arrière du document. Toutes les données d'État civil de la première page, ainsi que la photo d'identité, y sont enregistrées en format numérique.

«Il s'agit d'un véritable microprocesseur fonctionnant avec un système d'exploitation (Axseal) afin d'assurer la sécurisation des données», indique Jean Claude Deturche, vice-président marketing d'Axalto, à ZDNet.fr. Cette entreprise française, qui se présente comme le leader mondial des cartes à microprocesseur, est le fournisseur choisi par l'imprimerie nationale pour le passeport électronique.

La puce mesure environ 3 x 4 mm, intègre 72 Ko de mémoire et est dotée de fonctions de communication sans contact. Elle peut ainsi transférer les données avec une portée maximale de 10 cm par radiofréquences. «Le passeport doit être passé près d'un lecteur lors du passage en douane. Le lecteur active la puce par rayonnement magnétique. Les deux équipements s'authentifient, puis communiquent entre eux de manière sécurisée. Le douanier voit alors sur son écran de contrôle les données stockées dans la puce. Il assure toujours un contrôle visuel du propriétaire du passeport», poursuit Claude Deturche. Le chiffrement des données se fait avec un algorithme Triple-DES et une longueur de clé de 112 bits, précise-t-on chez Axalto.

Un passeport également biométrique

Ce type de passeport est censé être beaucoup plus difficile à contrefaire. «La puce intègre un certificat électronique qui permet d'authentifier que l'enregistrement des données a été fait par un État», précise-t-on à l'Imprimerie nationale.
Toutes les caractéristiques de ces nouveaux passeports ont été normalisées au niveau international par l'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale). En France, la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) a
validé les protections garantissant la confidentialité des données en 2005. 

Ces passeports électroniques étaient très attendus par les citoyens français souhaitant se rendre aux États-Unis. Les autorités américaines n'en demandaient pas tant, exigeant formellement à compter d'octobre 2005 un passeport uniquement "biométrique". Ce dernier doit intégrer une version numérisée de la photo d'identité en remplacement de celle sur papier photo classique. Elle doit disposer d'une résolution précise (300x200 dpi).

La France comble son retard et prend de l'avance

Le passeport électronique français a donc pris de l'avance. Il reprend les fonctions du passeport biométrique, auquel il ajoute le stockage des données dans la puce électronique. Les États-Unis ne l'imposeront qu'à partir d'octobre 2006. La Commission européenne a de son côté fixé au mois d'août de cette année l'obligation pour les États membres de fournir des passeports électroniques.

«La France a choisi de faire d'une pierre deux coups et de proposer directement des passeports électroniques», explique Claude Deturche. Les 26 autres pays faisant partie du programme d'exemption de visa américain - leurs ressortissants peuvent entrer aux États-Unis avec un simple passeport -, ont opté pour une approche différente, en deux temps. 

Tous fournissent déjà des passeports biométriques. En revanche, seules quelques rares nations dans le monde, comme l'Allemagne, la Belgique ou la Suède, ont déjà mis en place le passeport électronique.

Par Christophe Guillemin, ZDNet France

  Illustration photo: Scanners pour micro-puces électroniques, modèle portique et modèle portatif.


Quelques réactions de lecteurs français :

par Juce - le 13/04/2006

Big Brother marque un point : Bravo ! Combien de liberté allons-nous troquer contre un univers pseudo-sécuritaire. C'est le début d'un long processus de contrôle de l'homme qui fait son bout de chemin. Réagissons avant qu'il ne soit trop tard !

par Ann - le 14/04/2006

Pour compléter la pensée de Juce, la puce contenue dans le passeport est une puce d'identification par radio fréquence RFID, cela implique qu'elle peut recevoir et émettre des signaux en hertz, si elle est active. Par conséquent, on peut envisager qu'une localisation de votre passeport est possible où qu'il soit. On pourra aussi reconstituer votre parcours dans une ville, un pays, etc.Ça fait peur .... !!!

par lilluminati - le 16/04/2006

Bon Big Brother marque un point et c'est clair que c'est le premier pas d'une marche qui s'annonce très progressive, histoire que l'acceptation du "Tous pucés" se fasse progressivement, avec à la clé la suppression de la notion de liberté. Je me demande combien de temps l'homme va continuer à faire le gentil mouton et à accepter tout ce qu'on lui imposera, au nom de sa sécurité et de la lutte contre le terrorisme, etc. L'intelligence, ce n'est pas forcément trouver les bonnes réponses, mais c'est surtout se poser les bonnes questions !!!

Repost 0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 20:17

Un contrat exclusif de 5 ans portant sur la fourniture de technologie de sécurité numérique pour les passeports électroniques ivoiriens.

Gemalto retenu pour le déploiement du passeport électronique en Côte d’Ivoire

Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO), leader mondial de la sécurité numérique, annonce avoir été sélectionné comme fournisseur exclusif de la technologie utilisée dans les passeports électroniques des citoyens ivoiriens. Dans le cadre de ce contrat de 5 ans, Gemalto fournira à Zetes, intégrateur de systèmes pour ce programme, ses composants en polycarbonate sécurisés Sealys eTravel incorporant sa technologie logicielle de passeport électronique sécurisé. Plus d’un million de passeports sont actuellement en circulation en Côte d’Ivoire et le gouvernement prévoit d’introduire les premiers passeports électroniques à partir de juin 2008. L’ensemble des documents de voyage devraient être renouvelés d’ici la fin 2009 et tous les futurs passeports seront dotés de la solution Gemalto. Ce programme illustre la volonté du gouvernement ivoirien de combattre la fraude à l’identité et de renforcer la sécurité de ses citoyens. La technologie de Gemalto est basée sur Sealys eTravel, un système d’exploitation hautement sécurisé assorti d’algorithmes cryptographiques évolués qui fonctionnent sur une puce sans contact de large capacité. En complément des informations d’identité déjà disponibles sur la première page, cette puce informatique contient la photo numérisée du détenteur. ’ Ce nouveau succès renforce le positionnement de Gemalto sur le marché de l’identité », commente Jacques Seneca, vice-président exécutif de la Business Unit Sécurité chez Gemalto. ’ Avec de solides références et une implantation mondiale, Gemalto dispose de l’offre de produits, solutions et services la plus complète ». Les autorités d’autres pays africains prévoient de déployer des passeports électroniques dans les mois à venir. Les références de Gemalto dans les documents de voyage électroniques comprennent notamment les pays suivants : Danemark, Estonie, Etats-Unis, France, Italie, Lettonie, Norvège, Pologne, Portugal, République Tchèque, Singapour, Slovénie et Suède. À propos de Gemalto Gemalto (Euronext NL 0000400653 GTO), leader de la sécurité numérique avec un chiffre d’affaires annuel pro forma 2007 de plus de 1,6 Md’ et plus de 85 bureaux dans 40 pays, compte plus de 10 000 salariés, dont 1 300 ingénieurs de Recherche & Développement. Dans un monde où la révolution numérique transforme de plus en plus notre vie quotidienne, les solutions de Gemalto sont conçues pour rendre les interactions numériques personnelles plus conviviales, plus sûres et plus agréables. Gemalto propose des solutions de sécurité numérique intégrées, depuis le développement de logiciels jusqu’à la création et la fabrication d’outils de sécurité numérique tels les cartes à puce, cartes SIM, passeports électroniques ou jetons ou encore la gestion et le déploiement de services pour ses clients. Nos produits et services sont utilisés par plus d’un milliard de personnes à travers le monde pour de nombreuses applications, notamment dans les télécommunications, les services financiers, les administrations, la gestion des identités, le contenu multimédia, la gestion des droits numériques, la sécurité informatique et les transports en commun. Parce que l’utilisation de ses logiciels et dispositifs sécurisés augmente avec le nombre de personnes qui interagissent dans le monde numérique et mobile, Gemalto est aujourd’hui idéalement positionné pour croître dans les années à venir. Gemalto est issu du rapprochement en juin 2006 entre Axalto et Gemplus.

Pour plus d’informations, visitez le site Internet: www.gemalto.com


Gemalto

Rémi Calvet, +33 (0) 1 55 01 64 10
M.: +33 (0) 6 22 72 81 58
remi.calvet@gemalto.com
ou
Aline Borne, +33 (0)1 55 01 51 05
M.: +33 (0)6 16 29 87 04
aline.borne@gemalto.com

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Dindé
  • Le blog de Dindé
  • : Écrire et publier des articles pour œuvrer au réveil spirituel de l’Église de JÉSUS-CHRIST.
  • Contact

Profil

  • Dindé
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.

Texte Libre

Ce blog, pour interpeller et inciter l'Eglise de JESUS-CHRIST à retrouver la vie qui l'animait à sa descente de la Chambre Haute!

Recherche

Archives

Pages

Liens