Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:16
Rev. Alexander Hislop

Rev. Alexander Hislop
1807-1862
Pasteur de "East Free Church of Arbroath"
Écosse


D'abord édité en brochure en 1853,
considérablement développé en 1858, en résultat la publication :

LES DEUX BABYLONES
Identité de l'Église romaine et du culte de Nemrod et de Sémiramis

(ou Le Culte d'Adoration Papal dévoilé être l'adoration de Nemrod et sa femme.)

Pape
"Le Catholicisme finalement révélé être la religion solaire du Culte de Mythra sous un déguisement chrétien"



L'enfant Crisna porté dans les bras de la déesse Devaki. Les
Deux
Babylones

par
A. HISLOP
Iconographie de Dioron
    Les DEUX BABYLONES sans aucun doute, l'un des plus importants ouvrages de la littérature chrétienne, expose de façon détaillée la continuité de la tradition religieuse, immuable en ses grandes lignes des origines à nos jours.

    D'un style aisé, Alexandre HISLOP analyse avec une grande clarté les croyances religieuses. Il aborde ce problème en érudit et justifie ses arguments par des notes marginales précises et rigoureuses. Sa compétence s'impose indiscutablement.

    L'auteur démontre d'une façon irrélutable que presque toutes les pratiques du culte romain proviennent du paganisme. Le voile est enfin levé sur bien des rites de l'Église catholique.

    De chapitre en chapitre, notre surprise va croissant en découvrant l'origine païenne des coutumes de la chrétienté, telles que le culte de la « Vierge » le sapin et la bûche de Noël, les oeufs de Pâques, etc. Nous constatons que la vénération de la « Vierge » n'est en réalité que l'adoration de la Vénus antique ou d'Astarté et qu'elle provient directement de Babylone.

    Certes, cette ville n'est aujourd'hui qu'un monceau de ruines, mais les idées, les conceptions élaborées en son sein, existent toujours et sont partagées en toute bonne foi par la majorité de nos contemporains. Alexandre HISLOP nous montre l'influence incroyable des traditions d'origine babylonienne sur les pratiques religieuses. Qui, en effet, ne désire connaître la signification réelle de ses croyances. Sans se laisser détourner de ce but, il nous convaint magistralement de la colosale influence encore exercée sur notre monde moderne par la Babylone antique.

    Notre espoir est que ce livre remarquable soit lu et médité par tous ceux qui cherchent vraiment à approfondir leur foi.
Note : Les personnes désireuses de s'ins-crire en vue de la réédition de la Bible CRAMPON de 1905, sont prées de se faire    
Culte du serpent
connaître, en spéci-fiant     le     nombre d'e x e m p l a i r e s désirés, à la Librairie F I S C H B A C H E R, 33, Rue de Seine 75006 - PARIS                

 

Voir la page de présentation originale du livre. Source : lesdeuxbabylones.bravepages.com

 

Les éditions Fischbacher
Les Éditions Fischbacher
Éditions Fischbacher fondées en 1872.
Librairie des éditions Fischbacher en 1872
.

Les éditions Fischbacher ont été fondées en 1872 et ont eu pour berceau le 33, rue de Seine, Paris.
Vous trouverez aujourd'hui la librairie au 5, rue Barbette, dans le Marais à Paris.

 



Les deux Babylones Les deux Babylones Téléchargement / Download

"Les deux Babylones (Version RFB)" en format HTML avec illustrations (6 658 Ko)
"Les deux Babylones" en format MS-Word (DOC) sans illustrations (1 668 Ko)
"Les deux Babylones" en format Acrobat (PDF) avec illustrations (3 154 Ko)
"The Two Babylones" in PDF Acrobat Version (English) (2 185 Ko)

La version RFB du document «Les deux Babylones» peut-être distribuée GRATUITEMENT et installée sur votre site Internet, mais sans en changer son contenu ni en tirer une rénumération quelconque.

Repost 0
Published by Dindé - dans Livres
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 16:27

"Enfin une éducation sexuelle complète", un excellent ouvrage que je vous recommande, chers frères et soeurs! Facile à lire, à-propos, d'une actualité plus qu'avérée et enraciné dans la parole de DIEU! A lire et à faire lire! Cliquez simplement sur le chapitre de votre choix!

Table des matières

Chapitre I

Le monde en révolte

Chapitre II

Le défaut de toute connaissance

Chapitre III

La honte de la sexualité

Chapitre IV

La sexualité - pourquoi existe-t-elle ?

Chapitre V

Les buts divins de la sexualité

Chapitre VI

La sexualité est-elle vraiment nécessaire ?

Chapitre VII

La sexualité bien comprise.

Chapitre VIII

Des différences biologiques

Chapitre IX

Comment Dieu a conçu le sexe

Chapitre X

Les organes génitaux

Chapitre XI

Prévu et ordonné par Dieu

Chapitre XII

Les jeunes et leurs rendez-vous

Chapitre XIII

L'âge idéal pour se marier

Chapitre XIV

Les fiançailles et la nuit de noces




CHAPITRE I

LE MONDE EN REVOLTE

Le monde est sorti de l'ère des tabous. Au cours du dernier demi-siècle, une révolution des mœurs a tout bouleversé. L'humanité a décidé que les règles morales avaient besoin d'être revues : elles l'ont été, radicalement, pour devenir ce qu'on appelle la "nouvelle morale".


Tout le monde reconnaît ce changement, même si certains ne l'acceptent pas. Peu de gens, cependant, se doutent des faits qui ont déterminé l'attitude "sexe égale tabou", et déclenché la révolution des mœurs.

Nous vivons dans un monde égaré, en particulier pour ce qui touche à la morale sexuelle et au mariage. Il y a pourtant à cela une raison significative.


De nos jours souffle un vent de révolte dont l'ampleur ne connaît plus de bornes quand il s'élève contre le code moral, répressif, du christianisme traditionnel. On rejette l'autorité.

Quels sont donc les faits que le monde ignore ? Quelle est la véritable origine de la morale chrétienne traditionnelle ? Le Christ ? Les apôtres ? La Bible ?

Qu'est-ce qui a déclenché la révolution des mœurs, et, finalement, conduit le monde à la "liberté" sexuelle que nous constatons de nos jours ?


L'origine de l'"ancienne morale"


La chrétienté, passée la première génération de chrétiens, a bu aux sources du dualisme païen des Grecs et apposé l'étiquette "péché" sur tout ce qui avait trait au sexe. A travers les siècles, la morale traditionnelle du monde occidental a été définie par l'Église.


Cela signifie-t-il que le Christ a enseigné qu'on devait regarder le sexe, en lui-même, comme honteux et mauvais ? Non. Tout ce que Dieu a créé est "très bon". Mais Jésus a parlé du mauvais usage du sexe. Il a pardonné à la femme adultère, en lui disant: "Va, et ne pèche plus". Les apôtres ne se sont jamais écartés de cet enseignement. La Bible non plus.


Quelle est donc la véritable source de cette attitude de honte ? Comment a-t-on pu la considérer comme chrétienne ? Elle ne découle pas des enseignements de l'hébraïsme, de Jésus ou de l'Église de Dieu originelle. Elle fut adoptée par le monde romain après la Grèce, qui la tenait elle-même de l'Égypte.

Aux premier et second siècles, l'Empire romain se couvrit d'écoles à l'image de celle qu'avait inaugurée le philosophe grec Platon ; celui-ci avait reçu de son maître, Socrate, inverti lui-même, la conception dualiste relative au sexe. Elle était devenue l'hypothèse fondamentale de la pensée et de la religion grecques. L'acte sexuel était considéré comme dégradant, abaissant l'homme au niveau de la bête. Cet enseignement fut dispensé dans toutes les écoles païennes, disséminées dans l'Empire romain. Il n'y avait pas d'écoles chrétiennes à l'époque. Les écrits étaient faits à la main, un par un, car l'imprimerie n'était pas encore inventée.


Les chrétiens des deuxième et troisième générations devaient forcément aller dans ces écoles païennes. Et, au commencement du 6e siècle, cette conception fut profondément enracinée dans la chrétienté. En ce vingtième siècle, toutefois, on abandonne de plus en plus l'enseignement traditionnel pour celui de la "nouvelle morale".


Les questions sexuelles étant regardées comme indécentes, dégradantes, honteuses, sources de péché - même dans le mariage, sauf pour procréer - tout propos qui y avait trait était forcément proscrit.

Il y a quelques décennies, il était contraire à la loi, dans beaucoup de pays, de publier, de vendre ou de distribuer tout ce qui touchait à ce sujet. Toute éducation dans ce domaine était bannie. Certains époux auraient pourtant eu bien besoin d'avoir quelques lumières.


Les parents n'enseignaient rien à leurs enfants au sujet du sexe. Eux-mêmes ne savaient rien; d'ailleurs, cela aurait été trop embarrassant. Tout le monde était d'accord pour penser: "Que nos enfants restent purs et ignorants jusqu'à leur mariage; après cela, leur instinct leur dictera bien ce qu'il faut faire !"

L'instinct ne leur a rien appris. Aveuglément, guidés par une fausse connaissance glanée çà et là, les jeunes mariés allaient de désillusions en déceptions, d'amers ressentiments en frustrations, pour en arriver trop souvent à un foyer brisé et au divorce.


Il est vrai que la plupart des jeunes filles restaient "pures". Celles qui, au début du siècle, se laissaient aller à perdre leur virginité, perdaient aussi leur honneur. Certaines allaient même jusqu'à penser qu'elles ne pourraient jamais plus regarder les gens en face, et entraient dans des maisons de prostitution. Il faut reconnaître que la mentalité avait évolué de façon différente, selon qu'il s'agissait des filles ou des garçons. Chaque homme voulait que sa femme fût vierge à son mariage, mais il était beaucoup moins strict sur sa propre vertu.


Les fruits de la pruderie


Quels furent les fruits réels de cette double conception de la vertu ?

Bien des mariages finissaient mal, certains de façon misérable ; d'autres restaient irréparables. Pourquoi ? A cause de conceptions fausses et d'une ignorance totale des questions sexuelles. Plus d'une femme fut blessée au cours de sa nuit de noces, sans que son mari s'en doutât un instant. Il ne savait rien. Ce qu'il aurait dû savoir lui avait été refusé.


Beaucoup de femmes traitaient leurs maris de "brutes", en ignorant simplement que ces brutes n'étaient pas entièrement responsables. Les maris disaient que leurs femmes étaient frigides, et, souvent, commençaient à fréquenter des prostituées. Tel était le prix de l'ignorance !

Vint alors la Première Guerre mondiale. Elle bouleversa la façon de penser et de se comporter. Petit à petit, les femmes obtinrent le droit de vote. Elles se mirent à travailler et acquirent une certaine indépendance financière.


La théorie de Freud


Auparavant, vers 1904, Sigmund Freud, le fondateur de la psychanalyse, avait échafaudé une théorie surprenante à la suite de recherches et d'expériences cliniques. Il était parvenu à la conclusion que la répression sexuelle, la honte ressentie devant ce sujet, l'ignorance, étaient cause de névroses et de désordres mentaux.


Lui et ses disciples dans cette nouvelle branche de la psychiatrie en arrivèrent à penser que l'éducation et la liberté sexuelles étaient une panacée. Si le silence et le refoulement provoquaient des névroses, pourquoi ne pas renverser la vapeur ?


Libérer les gens de leurs contraintes. Donner un autre sens aux rapports sexuels. Les définir comme bons - ni dégradants, ni honteux, ni mauvais. Laisser chacun libre d'agir à sa guise, marié ou non.

Dans les remous qui suivirent la Première Guerre mondiale, l'agitation née des conclusions révolutionnaires de Freud amena finalement à lever toutes les barrières légales. Par suite de la suppression des contraintes que la loi imposait à l'éducation sexuelle, on s'en donna à cœur joie pour répandre ce qui avait été interdit jusqu'alors. Bientôt, les informations sur le sujet foisonnèrent. Aujourd'hui, il n'est guère de revue qui ne consacre au moins un article à une question sexuelle.


La nouvelle morale fait son apparition


Il y a quelque chose de criminellement mauvais dans toute cette littérature. Le plus important est passé sous silence. Le monde s'est libéré de ses contraintes. Il s'est révolté contre la pruderie, les tabous et l'ignorance. La connaissance des choses sexuelles, sans l'essentiel, est livrée en pâture à des esprits dévorés de curiosité.


La Deuxième Guerre
mondiale fit rouler la morale dans le ruisseau. Nous en sommes maintenant à la fosse à fumier. Tout est permis, c'est le goût du jour !

Aujourd'hui, la pornographie a pénétré dans nos écoles et nos lycées ; elle est devenue une industrie florissante.


Les "progrès" sont rapides. Qui n'a entendu parler des bars et restaurants topless (où les serveuses ont les seins nus) ? Après, déjà blasé, on en est venu à des établissements bottomless, où je vous laisse à penser ce qu'on découvre ! Finalement, le dernier pas a été franchi (il fallait bien entretenir la curiosité insatiable des clients !), et on peut voir maintenant des personnes s'accoupler nues sur scène... Elles ne miment pas.


Les hommes savent-ils discerner le bien du mal ? Quelle autorité est donc capable de définir le code moral correct ? Après tout, qu'est-ce qui est bien et qu'est-ce qui est mal ? On dit généralement que toute personne, saine d'esprit, "connaît la différence entre le bien et le mal". Est-ce vrai ?


Des millions de chrétiens pensent encore que les relations sexuelles, en dehors du mariage, représentent un péché. D'autres croient à la "nouvelle morale", à la liberté sexuelle totale, et estiment que l'abstention et la répression sont mauvaises. D'autres encore ont des opinions intermédiaires.


Où donc est la vérité ?


Dans sa rébellion contre toutes choses, y compris les tabous puritains, le monde tend à rejeter toute autorité et à satisfaire ses désirs débridés.


Quelques psychanalystes remettent en question l'institution du mariage. Qui a instauré le mariage - et quand ? Si l'homme est l'être le plus évolué du règne animal, quand, au cours de l'évolution de la première cellule vivante jusqu'à lui, le mariage a-t-il été institué ? Et pourquoi ?


Les animaux ne se marient pas. Ils n'ont pas de vie familiale. Cependant, ils se reproduisent. Le mariage n'est donc pas nécessaire à la reproduction.


Avons-nous réellement besoin d'une autorité pour discerner ce qui est bien ou mal dans les relations sexuelles et dans le mariage ? La liberté sexuelle, par consentement mutuel, est-elle préjudiciable à chacun ? L'échange de compagnon, qui commence à se répandre, est-il mauvais ? Nuit-il aux participants ? Leur est-il bénéfique ?

Voyons à quoi ont abouti la science moderne et la méthode scientifique.

Pour lire les autres chapitres du livre, cliquer sur le lien: http://www.royaume-de-dieu.org/article-25005732.html

ou sur les chapitres de la table des matières, figurant en début de cette page.


Que le SEIGNEUR vous bénisse, richement!

DINDE Fernand AGBO

Repost 0
Published by Dindé - dans Livres
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dindé
  • Le blog de Dindé
  • : Écrire et publier des articles pour œuvrer au réveil spirituel de l’Église de JÉSUS-CHRIST.
  • Contact

Profil

  • Dindé
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.

Texte Libre

Ce blog, pour interpeller et inciter l'Eglise de JESUS-CHRIST à retrouver la vie qui l'animait à sa descente de la Chambre Haute!

Recherche

Archives

Pages

Liens