Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 02:22

 





Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 19:13
LE TRONE.jpg

LE TEMPS PASSE TRES VITE


Ceci est un court résumé du témoignage de Victoria Nehale. Pour l'avoir entièrement lu, je peux vous certifier que manquer de le lire pourrait équivaloir à manquer un virage important de votre vie. Certains en rirons. Comme ils le font de tout ce qui est relatif à la foi. Mais pour une fois, demeurez sérieux et lisez-moi ce récit. Que DIEU vous éclaire et qu'il illumine votre intelligence. Bonne lecture!



Je suis née en Namibie où j'ai vécu toute ma vie et j'ai donnée ma vie au Seigneur, le 6 Février 2005. Le Seigneur Jésus-Christ m'a révélé beaucoup de choses du monde spirituel parmi lesquelles deux voyages en enfer. Le Seigneur m'a commandé de partager mes expériences avec les gens ; Il m'a aussi avertie de ne rien ajouter ou de ne rien retirer de ce qu'Il m'a montré ou dit. Au moment où je suis en train d'écrire ce livre, fin 2006, j'ai été visité 33 fois par le Seigneur Jésus-Christ. A chaque visitation, le Seigneur me disait ceci, avant de me laisser: « Le temps passe très vite ! ».


Le premier voyage en enfer


Le 23 Juillet 2005, un jour de week-end, je pris un taxi pour un voyage de trente minutes de la ville de Ondangwa, où j'habite et travaille, pour aller dans mon village natal pour passer le week-end avec mes parents. Pendant que j'y allais, j'ai eu l'impression que quelque chose d'extraordinaire était en train de se passer cette nuit-là. Je suis arrivé à 18 H 00 et c'était le temps où les gens de la maison préparaient à manger. J'étais dans la cuisine avec le reste des membres de ma famille qui dormaient sur le sol avec un vieux drap alors que mes nièces et mes neveux chantaient des chansons de l'école du dimanche. Soudain, j'ai senti une lourde onction venir sur mon corps et je devins très faible, j'étais sous la puissance de Dieu. Je vis un homme habillé d'une robe blanche attachée d'une corde de la même couleur; Il se mit à marcher vers moi, là où j'étais couchée. Il y avait une lumière brillante autour de lui comme si cette lumière brillait à partir de son corps. Il avait des sandales ; Ses traits physiques étaient semblables à ceux qui vivent au Moyen-Orient, avec un beau teint bronzé. Son visage était très doux et plein de gloire mais j'étais incapable de le regarder dans les yeux. Quand il commença à parler, Sa voix était tendre, douce et aimable, toutefois autoritaire ; des vagues d'amour émanaient de son être.


Il étendit Sa main vers moi et me mit debout, de là où j'étais endormie. Soudain, j'étais dans un corps magnifique et transformé ; j'étais comme une jeune fille de dix-huit ans. J'étais habillée d'une robe blanche amarrée d'une corde blanche. Quoique ma robe fût blanche, le matériel était différent de celui de l'homme à côté de moi. Sa robe était soyeuse, avec un éclat que je ne sais comment vous décrire.


Il me dit, avec sa voix la plus aimable et tendre: « Victoria, je veux que tu viennes avec moi ; je vais te montrer des choses effrayantes, je t'emmène à un endroit où tu n'as jamais été avant, durant toute ta vie ». Il m'a tenu par la main droite et nous sommes partis. Je sentis comme si nous étions en train de marcher dans les airs et nous étions en train de monter dans les airs, tout le temps. Après un certain temps, je me suis sentie très fatiguée ; je Lui dis que j'étais incapable de continuer le voyage et Le supplia de m'accorder de retourner. Cependant, Il me regarda tendrement et me dit : « Tu n'es pas fatiguée, tu te sens bien. Si tu te sens fatiguée, je vais te porter mais pour l'instant, tu vas bien. La paix soit avec toi. Allons-y ! ».


L'endroit dans lequel je suis arrivée était très aride, pire que le plus sec des déserts connus de l'homme. Il n'y avait aucun signe de vie de quelque façon. Il n'y avait pas un seul arbre ou une seule petite pousse d'herbe verte ou la vue d'une seule chose vivante. C'était un endroit absolument déprimant.


Nous sommes arrivés à une entrée et l'homme se tourna vers moi et me dit: « Victoria, nous allons entrez par le portail et les choses que tu vas voir vont te faire très peur et te déranger mais reste rassurée que je suis avec toi partout où je t'emmène et je te protège très bien. Ouvre seulement tes yeux et observe tout ce que je vais te montrer ». J'étais terrifiée et je commençais à pleurer. Je protestais et je plaidais pour qu'Il me ramène. Je Lui dis que je ne voulais pas y entrer parce que je pouvais déjà voir ce qui se passait à l'intérieur. Il me regarda et me dit: « La paix soit avec toi. Nous devons allez à l'intérieur, car le temps s'en va très vite ».


Nous y sommes entrés. Je ne peux pas vous décrire l'horreur de cet endroit. Je suis convaincu qu'il n'y a pas d'autre endroit aussi mauvais que celui-là, dans tout l'univers. L'endroit était extrêmement vaste et il semble que cet endroit ne cessait de s'étendre tout le temps.


C'était un endroit où régnaient les ténèbres les plus extrêmes et la chaleur qui y est ne peut être mesurée : c'était plus chaud que la plus grande des chaleurs imaginable. Je ne pouvais pas voir la flamme du feu ou la source de la chaleur mais c'était très chaud. L'endroit était rempli d'insectes de toutes les tailles, verts, gris et noirs. Tous les insectes concevables y étaient. En plus, il y avait des vers de petites tailles, noirs, de tous les cotés et qui grimpaient partout.

 

Ces vers commençaient à grimper sur nous. L'endroit était rempli d'une odeur nauséabonde des plus désagréables ; en fait, il n'y a pas de mots pour décrire l'intensité de cette odeur, si puante dans ce lieu. Cette odeur était comme de la chair cuite mais était cent fois plus désagréable que la chair la plus pourrie que je n'ai jamais respiré de toute ma vie. Cet endroit était rempli d'un bruit de gémissements et de grincements de dents, et aussi de rires diaboliques de démons.


Le pire dans ce lieu est que c'était rempli de gens. Il y avait tant de gens qu'on ne peut les compter. Là-bas, les gens se présentent sous la forme de squelette. Je peux dire avec certitude que ces squelettes étaient des humains parce que j'ai reconnu certains de mes proches parents et des gens de mon propre village. Leurs os étaient d'une couleur sombre et extrêmement sec.


Ils avaient de longues dents aiguisées comme ceux des animaux sauvages. Leurs bouches étaient larges et étendues et leurs langues, longues et rouge-claires. Leurs mains et leurs pieds avaient de longs doigts et de longs orteils tranchants. Certains d'entre eux avaient des habits et des cornes.


Il y avait des démons qui mélangeaient les hommes les uns sur les autres : ces démons avaient l'apparence des alligators et ils étaient debout sur quatre pieds. Ils étaient à l'aise dans cet environnement et étaient constamment en train de se moquer et de tourmenter les humains.


Le bruit que ces démons faisaient était comme une célébration, on aurait dit qu'ils se sentaient très heureux et très contents ; ils étaient aussi en train de danser et de sauter tout le temps. Les humains de leur côté étaient misérables et déprimés. Ils étaient sans aide et sans espoir. Le bruit que faisaient les humains était causé par leur souffrance ; ils pleuraient, criaient, grinçaient leurs dents et étaient dans une situation désespérée, dans la peine et dans une agonie inimaginables.


Les gens, dans cet endroit, étaient innombrables mais je pouvais clairement voir que la grande majorité d'entre eux étaient des femmes. Ils étaient divisés en plusieurs groupes différents.


Même dans ces groupes, il n'était pas possible d'estimer le nombre de gens dans un seul, parce que ces groupes étaient extrêmement larges.


L'homme (Jésus) me conduisit à un côté de l'enfer. Il me regarda et me dit : « Victoria, ceci est un groupe de gens qui refusaient de pardonner aux autres. Je leur ai dit plusieurs fois et de plusieurs manières de pardonner aux autres mais ils me rejetèrent; je leur ai pardonné tous leurs péchés. Leur temps de mourir était arrivé et ils se retrouvèrent ici. Ils y seront pour toute l'éternité; ils mangent les fruits de leur travail pour toujours et à jamais. Cependant, il m'est pénible de les voir dans cet horrible endroit et dans cette situation parce que je les aime ».


Ensuite, Il m'emmenât vers un autre groupe et l'homme me dit que les gens du second groupe sont ceux qui ont des dettes. Il y avait des catégories différentes dans ce groupe. La première catégorie est celle des gens qui devaient aux autres : ils pouvaient payer mais ils continuaient à remettre au lendemain le paiement de leur dû. Ils se promettaient de payer demain, la semaine prochaine, l'année prochaine jusqu'à ce qu'ils se soient retrouvés ici. C'est ici qu'ils vont rester pour toujours, ils mangent les fruits de leurs oeuvres.


La seconde catégorie est celle des gens qui avaient des dettes qu'ils ne pouvaient pas payer mais avaient la volonté de payer. Malheureusement, ils avaient peur des conséquences parce que, peut-être que s'ils disaient la vérité, ils auraient souffert le rejet des hommes ou bien ils auraient été jetés en prison ou bien ce qu'ils ont fait allait être connu des autres et ils se seraient sentis humiliés. L'homme me dit : « Personne d'entre eux n'est venu à moi pour me demander de les aider. S'ils l'avaient fait, je les aurais aidés. Ils utilisèrent leur propre sagesse et leur propre raisonnement qui, à la fin, ne les aidèrent pas du tout. Leur temps était arrivé et ils se sont retrouvés ici, pour toujours. Ils mangent le fruit de leurs oeuvres. »


Ensuite, il me dit: « La troisième catégorie est celle des gens qui ont des dettes qu'ils ne pouvaient pas payer mais pour eux aussi personne ne vint vers moi pour me dire qu'ils avaient des dettes qu'ils ne pouvaient pas payer. S'ils l'avaient fait, j'aurais payé leurs dettes. Comme les autres, ils utilisèrent aussi leur sagesse et leur raisonnement qui ne les aidèrent pas du tout. Maintenant, ils se retrouvent dans ce lieu de tourment où ils mangent le fruit de leurs oeuvres. Mon coeur est dans la douleur pour ces gens car je les aime si tendrement ».


Dans le premier groupe, j'ai reconnu deux de mes proches parents qui sont des femmes et un jeune homme âgé de douze ans qui était aussi un de mes parents. Je savais qu'il avait douze ans parce que c'était son âge quand il est mort. Dans le deuxième groupe, j'ai aussi reconnu quelques-uns de mes parents et un pasteur que je connaissais très bien. Jakes, mon petit ami qui s'était suicidé quand il a appris que j'avais donné ma vie au Seigneur, était dans le second groupe. J'ai aussi vu quelques-uns de mes voisins dans les deux groupes.


J'ai reconnu les gens que je connaissais avant leur décès ; eux aussi me reconnurent. Mes parents étaient très en colère quand ils me virent et ils commencèrent à me dire des choses obscènes ; ils étaient en train d'utiliser le langage le plus vulgaire, en même temps qu'ils me maudissaient. L'un d'entre eux me dit que je ne méritais pas d'être avec l'homme qui était avec moi ; ils commencèrent à raconter les choses que je faisais avant que je ne donne ma vie au Seigneur. Ils n'étaient pas en train de mentir; les choses pour lesquelles ils m'accusaient étaient vraies. Jakes disait que je lui appartenais et que je devais normalement être là-bas avec lui parce que j'avais commis les mêmes péchés que lui. A première vue, le pasteur semblait être content de me voir et il me dit que j'avais bien fait d'arriver là-bas mais son attitude changea immédiatement quand il vit celui qui m'accompagnait et il se joignit aux autres qui me maudissaient et usaient de paroles obscènes. L'homme avec qui j'étais me dit de ne pas faire attention à eux car ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient.


J'étais pétrifié et extrêmement triste ; mon corps tremblait et je ne pouvais pas me tenir debout. Je pleurais de façon incontrôlable. L'homme se tourna vers moi, me serra dans ses bras et dit: « La paix soit avec toi, Victoria ! ». Ma force me revint et je me sentis en sécurité dans son étreinte. Ensuite, Il me dit que nous devions retourner. Il me regarda et me dit: « Victoria, voilà, je t'ai tout révélé. Maintenant, tu dois choisir dans quel groupe tu veux être; le choix est entre tes mains. Tu dois dire aux gens tout ce que tu as vu et expérimenté mais n'ajoute rien et ne retire rien. »


Je me souviens qu'à un moment donné, nous avions quitté cet endroit d'horreurs mais je ne savais pas où je m'étais séparée de Lui ; alors je repris conscience : j'ouvris mes yeux et je me retrouvai dans un hôpital, dans mon corps physique. J'occupais un des lits de l'hôpital Oshakati. Il y avait une perfusion sur mon bras gauche et je vis ma mère et d'autres voisins de mon village au coin de la chambre où ils me regardaient avec étonnement. Je pouvais dire en regardant le visage de ma mère qu'elle avait pleuré. Je demandais à l'une des infirmières si elle savait ce qui n'allait pas avec moi mais elle se mit à plaisanter avec moi en disant: « On t'a renvoyée ici, peut-être que tu as fais quelque chose de mal et tu as besoin de te repentir. »

L'infirmière essayait sommairement de m'expliquer ma condition mais je voyais bien qu'elle était effrayée de s'approcher de moi. Je lui ai alors demandé d'appeler le docteur qui s'occupait de moi.


Quand il vint, il me dit qu'il ne savait pas ce qui n'allait pas avec moi. Au début, il pensait que j'avais contracté le paludisme mais les résultats étaient négatifs. Il continua à me dire que ma température, mon pouls et ma pression sanguine étaient dangereusement bas mais il ne pouvait pas trouver la cause de cela. Il ajouta qu'il n'y avait rien qu'il puisse faire, il ne pouvait pas m'enregistrer avec les autres malades parce que je n'étais pas malade. La perfusion qui m'avait été donné ne fonctionnait pas bien au début mais quand j'ai ouvert mes yeux, ça marchait. Il recommanda à l'infirmière de m'administrer une autre perfusion après que la première soit finie afin que je retrouve mes forces et que je rentre chez moi.


J'avais peur de ce que je voyais et je ne pouvais pas m'arrêter de pleurer. La nausée de cet horrible endroit continuait à être aussi réelle que quand j'y étais. Les scènes de cet endroit continuaient à apparaître dans ma mémoire tout le temps. J'étais incapable de dormir et tout mon corps était en grande peine. Je senti comme si toutes les parties de mon corps se démembraient et se rassemblaient à nouveau. Oh! Qu'est-ce que je me sentais mal, très mal. J'ai eu de la diarrhée pendant une semaine entière.


Je me suis fait l'idée que je ne pourrais pas parler de mes expériences à qui que se soit parce que qui pourrait me croire ? Qu'est-ce que les gens penseraient ? Je continuais à me dire que je ne relaterais pas mes expériences à quiconque. Un de mes mentors me donna un coup de fil trois jours plus tard pour prendre des nouvelles de ma santé parce que je lui avais envoyé un message dans lequel je lui demandais de prier pour moi. Avant même que je ne le sache, je lui avais parlé de mes expériences. Quand je réalisais ce que je faisais, je lui avais déjà parlé de presque toute mon histoire. Je voulais m'enfuir. Je pleurais parce que j'étais convaincu que j'avais fait la plus grande erreur de ma vie. Maintenant que l'histoire était racontée, il n'y avait pas de possibilité de pouvoir me cacher. Je savais que si Dieu voulait que quelque chose soit dit, Il l'aurait dit ; après tout, Il est Dieu.


Le 19 Août, je me suis réveillé en sentant des signes d'onction dans mon corps physique. J'étais faible et je tremblais pendant que des vagues d'électricité traversaient tout mon corps.


Dans la soirée, je vis une lumière brillante venant dans la chambre où j'étais et au beau milieu de cette lumière, je vis un homme, le même homme que j'avais vu. Cette fois, Il s'assit sur la chaise qui était à côté de mon lit. Je ne sais d'où venait cette chaise mais elle y était lorsqu'Il est entré. C'était une belle chaise faite d'or solide, la taille de cette chaise était comme celle des autres chaises, avec un support dorsal. Sur chaque pied, il y avait une étoile enduite d'or; la même étoile était au centre du support dorsal de la chaise. Il y avait des roues blanches sur chaque pied.


Après m'avoir salué, Il me dit que j'avais beaucoup de questions à propos de Son identité et qu'Il était venu se révéler Lui-même à moi et m'expliquer certaines choses que j'avais expérimentées. Il me dit: « Je suis Jésus-Christ, ton sauveur. Si tu as des doutes, regarde mes mains. L'endroit où nous sommes allés est l'Enfer ». Quand je regardais à ses mains, je vis des cicatrices là où les clous l'avaient percé.


Cher(e) ami(e), je veux te dire que l'enfer n'est pas une imagination fabriquée par un homme. Il est bel et bien réel et c'est un lieu absolument désagréable. L'enfer n'est pas créé pour les hommes mais pour Satan et ses démons. Notre place légitime est dans les cieux avec Jésus mais nous devons choisir Jésus avant qu'il ne soit trop tard. Aujourd'hui, si tu entends sa voix n'endurcis pas ton coeur; accepte Jésus comme ton Seigneur et Sauveur personnel afin de vivre pour Lui. L'enfer est un endroit terrible: c'est un endroit de crainte et d'apitoiement; c'est un lieu de tourment, d'éternels pleurs et de grincements de dents. Satan veut emmener autant de personnes que possible avec lui. Ne coopérez pas avec lui mais coopérez avec Jésus alors vous vivrez, vous ne mourrez pas.


Je ne comprenais pas pourquoi le Seigneur me demandait de choisir entre les deux groupes qu'il m'avait montrés en enfer alors que j'étais déjà née de nouveau. J'avais accepté Jésus mais Il m'avait quand même demandé de choisir si je voulais aller en enfer ou non. Alors, je me mis à prier et demander à Dieu de me révéler ce qu'il attendait de moi et voulait que je fasse. Le Seigneur me révéla que je gardais dans mon coeur le manque de pardon et le ressentiment envers une de mes soeurs et un de mes cousins. Je demandais au Seigneur de me pardonner pour mon esprit de manque de pardon et pour avoir gardé de la colère et de l'amertume dans mon coeur envers elle. Le Seigneur me demanda d'aller et de demander pardon à mon cousin.


Le seigneur me rappela aussi qu'il fut un temps où j'avais fait la demande d'un emploi en tant qu'enseignante avec un faux diplôme. Il considérait cela comme étant une dette et un vol. J'étais déterminé à faire ce qui est juste et droit et je demandais l'aide du Seigneur et de me montrer un moyen facile pour résoudre ce problème parce que c'était un crime sérieux qui aurait pu m'envoyer derrière les barreaux (la prison). Il me dirigea vers le ministère de l'éducation nationale pour confesser ce que j'avais fait. J'étais prête à aller en prison si cela n'était pas évitable. Le Seigneur me montra sa faveur d'une manière étonnante. Les officiels du ministère de l'éducation me dirent que je devais choisir entre rembourser l'argent que j'avais reçu du gouvernement ou non. Ils me promirent de ne pas me poursuivre en justice parce qu'ils étaient stupéfaits par ma confession. Notre Dieu est un Dieu fidèle qui honore Sa parole.


Si vous êtes dans une situation similaire à celle dans laquelle j'étais, je vous encourage à faire ce qui est correct à faire, n'ayez pas peur des conséquences. Vous serez peut-être incarcérés dans une prison terrestre mais pour un petit temps. Il n'y a pas de douleur et de honte comparable à une éternité séparée de Dieu. L'enfer n'est pas un endroit de joie: il est mieux de laisser le soin à Dieu de vous juger maintenant avant qu'il ne soit trop tard. Nous ne devons pas avoir peur du jugement de Dieu pendant que nous sommes dans le temps de la grâce: nous devons Lui accorder d'exposer n'importe quels défauts de nos vies pendant que nous avons encore le temps de le faire avec Lui parce qu'il n'y a pas de pardon de l'autre côté de la tombe.


Le second voyage en enfer


Le 18 Octobre 2005, je me suis réveillé à 05 H 30 mais je ne pouvais pas aller au travail. Je me sentais très faible et ivre; je ne pouvais pas bouger ou tourner autour de mon lit et la présence du Seigneur était très forte dans la chambre. Je tremblais et je sentais de l'électricité circuler autour de mon corps. Le Seigneur me prit juste avant 08 H 00 parce que la dernière fois que j'avais regardé à ma montre avant de partir, il était 07 H 48 et Il arriva peu après cela. Il me salua et me dit que nous devions encore partir parce que le temps s'en allait très vite. Je me suis levée et nous avons commencé à marcher. La manière avec laquelle nous nous sommes mis à marcher ce jour-là était très différente de celle des autres fois; toutefois, nos pieds faisaient des mouvements de marche, nous étions en quelque sorte plus en train de flotter que de marcher.


Pendant la marche, le Seigneur Jésus me dit que tous les péchés sont mauvais et qu'il n'y a rien qui soit petit ou grand péché. Tout péché mène à la mort, que ça soit un grand ou un petit péché.


Le seigneur me dit que nous étions en route pour visiter l'enfer pour la deuxième fois. Il me demanda si j'étais effrayée, je lui répondis que oui. Il me dit: « L'Esprit de crainte ne vient pas de mon père ni ne vient de moi mais du diable. La crainte t'entraîne à faire des choses qui vont t'envoyer en enfer. »


Sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu et la peur est l'opposé direct de la foi. Il est évident que la crainte ne plaît pas à Dieu parce qu'elle détruit la foi. Tout le temps que nous étions en chemin, nous marchions côte à côte mais dès que nous sommes arrivés aux portes de l'enfer, Il a pris ma main dans la Sienne et Il la garda, chaque seconde que nous avons passée en enfer. J'étais très contente de ce que le Seigneur me tienne par la main car la poignée de sa main élimina toute crainte en moi. L'endroit était le même: rien n'était différent de la première fois. Il y avait des mouches, des vers, l'odeur, les squelettes, le bruit: c'était tout à fait la même chose que quand j'y suis allé pour la première fois. Nous sommes entrés dans la même entrée répugnante et le Seigneur m'a emmenée vers un groupe de gens. Il y avait beaucoup de gens que je connaissais quand ils étaient encore en vie sur terre. Ses pauvres gens étaient dans un état terrible; ils étaient vraiment misérable et en grande agonie mais le pire d'entre tout était le désespoir qui était sur leurs visages.


Le Seigneur pointa son doigt vers une femme âgée de la cinquantaine que j'avais connu avant sa mort. Elle mourut d'un accident de voiture, au début de l'année 2005. J'étais choquée de voir cette femme en enfer parce que je la connaissais comme étant une femme qui craignait et aimait Dieu. Le Seigneur me dit que cette femme l'aimait et qu'Il l'aimait aussi; elle l'avait servi lorsqu'elle était sur la terre; elle avait conduit beaucoup de personnes au Seigneur et elle connaissait très bien la parole de Dieu. Elle était gentille avec le pauvre et les personnes en besoin; elle leur donnait ce dont ils avaient besoin et les aidait de plusieurs manières. Elle était une bonne servante du Seigneur dans la plupart des choses qu'elle faisait.


Ces paroles du Seigneur me choquèrent encore plus et je Lui demandais pourquoi Il laisserait quelqu'un qui L'avait servi si bien terminer sa vie en enfer. Le Seigneur me regarda et me dit que cette femme avait cru les tromperies du diable. Quoique connaissant très bien les Ecritures, elle crut les mensonges du diable qu'il y a de grands péchés et de petits péchés. Elle pensait qu'un « petit péché » ne la conduirait pas en enfer parce que, après tout, elle était chrétienne.


Le Seigneur continua en disant: « Je suis venu à elle de nombreuses fois pour lui dire d'arrêter ce qu'elle faisait mais à plusieurs reprises, elle trouvait des raisons et disait que ce qu'elle faisait était trop petit et elle attribuait mes avertissements à ses propres sentiments de culpabilité. Il fut un temps où elle a arrêté son jeu mais elle s'est convaincue que les avertissements n'étaient pas de Moi mais sa propre voix parce qu'elle croyait que son péché était trop insignifiant pour affliger le Saint-Esprit ».


Je demandais encore au Seigneur de me dire le péché que cette femme avait commis et Il me répondît ceci: « Cette femme avait un ami infirmier à l'hôpital Oshakati. A chaque fois que cette femme était malade, elle ne voulait pas payer le prix normal de soins; elle téléphonait à son ami pour lui demander de s'occuper des médicaments pour elle. Son ami lui disait toujours quel moment était idéal pour aller au dispensaire de l'hôpital. Au début, elle a accepté le mensonge du diable sur les grands et les petits péchés et a rejeté ma vérité; elle a ainsi emmené quelqu'un d'autre à pécher en volant pour elle. Le pire de tout, ELLE A AFFLIGE LE SAINT-ESPRIT. C'est la raison pour laquelle elle se retrouve, ici, en enfer. Même si vous emmener des millions d'âmes au Seigneur, c'est toujours possible d'aller en enfer en affligeant et en décourageant le Saint-Esprit. Vous ne devez pas seulement vous occuper du salut des âmes mais vous devez aussi être prudent de ne pas oublier votre propre âme. Soyez sensibles au Saint-Esprit en tout temps. » Après que le Seigneur ait dit ces paroles, Il m'informa que nous devions rentrer.


Plusieurs des chrétiens qui ont entendu cette histoire, la trouvent problématique. Ils me demandent toujours, « Qu'en est-il de la justification, la miséricorde et la grâce?» et «est-il possible de perdre ton salut après que tu l'aies reçu?» «Ceci n'est-il pas trop sévère?» « Dieu peut-il être cruel ? »


Ok, j'ai dit quelque part ailleurs dans ce livre que je ne présente pas ma propre théologie. Je vous parle juste des choses que le Seigneur m'a révélées et enseignées et ce qu'il m'a permise d'expérimenter. Référez-vous, s'il vous plait, à la bible pour trouver des réponses. Regardez aux versets suivants de la bible et faites-en votre propre jugement:


« Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres. » (1 Corinthiens 9.25).


« Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? » (Romains 6. 1-2).


« Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises. » (Romains 6.12).


« Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, Mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles. » (Hébreux 9.26-27).


M'est-il possible d'aller en enfer après avoir servi le Seigneur et emmener plusieurs personnes au Seigneur? C'est à vous de juger.


La désobéissance


Le Lundi 6 mars 2006, je fus réveillée par mon réveil-matin, à 05 H 30. Je commençais à prier et là, je réalisais qu'il y avait une énorme onction sur moi. Mon corps était très faible et je tremblais ; des vagues d'électricité circulaient autour de mon corps.


Dans l'après-midi, alors que j'étais couché sur mon lit, je vis une lumière brillante remplir la chambre. Je vis de minuscules perles rondes et blanches qui avaient la taille d'une épingle. Les perles tombèrent comme de la pluie et descendirent sur moi comme pour avoir un contact avec moi au travers de ma peau. En plus, je vis un nuage ou quelque chose ressemblant à de la buée blanche, venir d'en haut. Cette sorte de buée remplit la chambre où j'étais et vint se coller sur ma peau, au premier contact. Par la suite, je vis Jésus marchant vers moi dans ce nuage de buée. Il s'assit sur sa chaise à côté de mon lit. Je ne sais d'où venait cette chaise mais elle apparaissait dès qu'Il était sur le point de s'asseoir. C'était une magnifique chaise faite d'or pur; la taille de cette chaise est semblable aux autres chaises, avec un support dorsal.


Sur chaque pied, il y avait une étoile en argent. Une étoile similaire mais plus large était située au dos de la chaise. Il y avait une roue sur chaque pied.


Jésus me salua et me serra dans ses mains et me dit de me lever parce que le temps passait très, très vite. Il me tira par la main pour m'aider à me lever et je m'assis sur mon lit.


Ensuite, Il me dit: «Victoria, nous allons prier». Il pria dans une langue que je ne comprenais pas, je compris seulement le mot ''Amen''. Ensuite, Il continua en me demandant ce que je voyais et je Lui répondis que je voyais des groupes de personnes qui partaient travailler et d'autres qui venaient juste d'arriver à leur lieu de travail. Je vis aussi des perles blanches similaires à celles que j'avais vues. Ces perles tombèrent sur ceux qui étaient arrivés en premier au lieu de travail. Après le premier groupe, l'autre groupe arriva plus tard. Pendant qu'ils arrivaient, la pluie de perles avait cessé de tomber.


Je vis aussi d'autres groupes de personnes aller dans différentes églises, le dimanche matin. La pluie de perles blanches tombait d'abord sur les premiers arrivants. Elle continuait de tomber pendant un certain temps, ensuite, elle s'arrêtât. Les retardataires ne trouvèrent rien. Le seigneur Jésus me demanda si je comprenais ce que ces visions signifiaient et je Lui répondis que non. Alors, Il m'expliqua la vision en disant: «Ces visions signifient que làvous êtes supposés être à un temps spécifique et que vous savez à quelle heure y être, il y a toujours des anges présents pour distribuer des bénédictions mais si vous êtes en retard, vous manquerez votre bénédiction de la journée car les anges ne distribuent ces bénédictions que pour ce temps spécifique. Victoria, je veux t'avertir parce que tu es souvent en retard au travail et toujours en retard à l'église. Tu dois savoir que ces jours où tu étais en retard sans raisons valables, tu as raté mes bénédictions pour toujours pour ces jours-là ; elles ne te reviendront jamais. Victoria, tu dois arrêter cette habitude et ne plus jamais être en retard à moins d'avoir une raison valable de l'être.»


Quand le Seigneur me dis ces choses, je voulais disparaître ou bien Lui donner quelques raisons et excuses acceptables pour justifier mon indiscipline. Je Lui dis que quelquefois, je dormais un peu trop mais Il me regarda droit dans les yeux et me dit que je mentais et que j'avais une mauvaise tendance à retourner au lit après m'être réveillée afin de succomber à mon désir de dormir pour ''quelques minutes de plus''.


Après que Jésus m'eut avertie, Il dit: «Levons-nous et partons. Le temps passe très, très vite et il y a des choses que nous devons faire.»


Cette fois-ci, le Seigneur m'emmena à un endroit où je n'ai jamais été avant; c'était aussi la première fois que nous prenions la route pour marcher. Nous sommes arrivés dans un jardin rempli de belles fleurs et de beaux arbres verts: rien sur la terre n'est comparable à cette beauté. Les fleurs étaient de toutes sortes de beautés, avec des couleurs vives. Nous nous sommes assis sur un banc public du jardin qui était fait d'or pur avec de petites étoiles brillantes faites d'argent.


Lorsque nous nous sommes assis, Il pointa son doigt au devant de nous et dit : «Victoria, regarde, vois-tu cette ville? Je regardais et je vis une très grande ville très illuminée. C'était d'une beauté bien au-delà de toute description. La ville a une porte brillante en or et à l'entrée de cette porte se tenait un homme, assis, qui était d'un âge très avancé. Il avait une longue barbe blanche et des cheveux blancs. J'avais vu cet homme plus tôt et quand je demandais à Jésus qui était cet homme, Il me dit que c'était Abraham, le père de la foi.


Je vis plusieurs routes dans cette ville qui sont pavées d'or. Il y a de grands buildings et ils sont aussi brillants que de l'or. La brillance et l'éclat de cette ville sont indescriptibles. Le Seigneur Jésus se tourna vers moi et me demanda: «Que penses-tu de cette ville?». Je Lui répondis que c'était une belle ville et que je voulais y aller. Alors Il me dit: «Je vais t'y emmener si tu continues d'être obéissante et parce que ta maison y sera aussi. Demeure obéissante - parce que si tu es désobéissante, Victoria, des corbeaux voleront au-dessus de ta maison. Ta maison va être une maison pour hiboux et une cour de récréation pour les fantômes. Cependant, ne crains rien car je suis avec toi. Obéis seulement. Car pour quiconque est désobéissant, sa maison aura des corbeaux qui y voleront; elle deviendra la maison des hiboux et une cour de récréation pour les fantômes.»


Le seigneur Jésus-Christ est réel et Il nous aime d'un amour que nous ne pouvons décrire. Son plus grand désir est que nous choisissions la vie et que nous passions l'éternité avec Lui. Son coeur est dans la douleur pour toutes les personnes qui meurent et vont en enfer parce qu'elles ont décidé de rejeter le salut qu'Il leur a offert et ont choisi la mort à la place.



Que vous soyez un(e) chrétien(ne) né(e) de nouveau ou non, rappelez-vous, je vous en prie, une chose:

 

 

Le temps passe très, très vite !


 

 

Victoria Nehale

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 21:31

 

LE GRAND TRONE

 

Michael Jackson est en enfer

 

Jésus me dit que beaucoup de célébrités marchent vers l’enfer. Les gens célèbres et importants. Tenez par exemple Michael Jackson. Il était célèbre dans le monde entier mais il était sataniste. Bien que la plupart des gens ne le voient pas sous cet angle, c’est la vérité. Il avait signé un accord avec le diable: il a signé un contrat avec Satan; lequel contrat lui permettait d’avoir de la renommée en vue d’attirer beaucoup de fanatiques.

 

J’ai vu les démons marcher sur les gens en enfer de manière semblable au pas de danse qu’ils exécutaient sur la terre. Ils glissaient en arrière et non en avant, pendant qu’ils se réjouissaient de l’angoisse qu’ils faisaient subir à leurs victimes.

 

’’Laisse-moi te dire que Michael Jackson est en enfer.’’ Le Seigneur me l’a montré après sa mort.

Il  m’a donné l’occasion de voir Michael Jackson tourmenté par le feu. Je criais au Seigneur : “ Pourquoi?” Ce n’était pas agréable de le voir tourmenté. Et comment il poussait des cris de détresse. Tout fanatique qui écoute les chansons de Michael Jackson ou les chante, je t’avertis que le diable te piège dans sa toile pour que tu finisses en enfer. Maintenant même, renonce à ça, au nom de Jésus Christ! Jésus veut te libérer pour que tu ne te perdes pas.

 

Tous les hypocrites et les rétrogrades, vers l’enfer

 

Le Seigneur me dit: “ Ma fille, il y a aussi les gens qui me connaissent  qui sont en route vers l’enfer.” Je demandai : “Seigneur, comment est-ce possible que les gens qui te connaissent aillent en enfer?”. Il répondit: “la personne qui abandonne ma voie et celle qui mène une vie double.”

 

Il me montra les gens qui se dirigeaient vers l’enfer. Ils étaient liés des mains aux pieds. Ils portaient chacun une robe blanche mais déchirée, teintée et froissée. Jésus dit: “Ma fille, vois comment mon peuple s’est éloigné de moi. Ma fille, je t’informe que je ne viens pas pour ce genre de personnes. Je viens pour un peuple saint, prêt, sans tache, sans ride, sans souillure... va leur dire de retourner sur l’ancien chemin.” (Ephésiens 5: 26-27).

 

 Je commençais à voir beaucoup de mes oncles et beaucoup de ceux qui ont abandonné le Seigneur. Va-leur dire que j’attends qu’ils déchargent leur fardeau sur moi et je leur donnerai le repos.

Jésus était en train de pleurer: “Ma fille, ils viennent ici. Va dire à tes oncles, aux membres de ta famille, qu’ils se dirigent vers l’enfer! Beaucoup ne te croiront pas, mais je suis ton témoin fidèle, je suis ton témoin fidèle. Je ne t’abandonnerai jamais. Même s’ils ne veulent pas croire, va leur dire la vérité, car je suis avec toi. Je te montrerai aussi comment les gens arrivent à cet endroit.”

 

Nous sommes allés vers un tunnel où il y avait des multitudes de gens qui tombaient vers l’abîme. Pas par millier, ni par deux milliers, mais  nombreux comme le sable de la mer. Ils tombaient par seconde, comme une main remplie de sable qu’on déversait. Les âmes tombaient rapidement. Jésus  pleurait, il dit: “Ma fille, voilà comment l’humanité périt, voilà comment elle se perd!... Ma fille, ça m’attriste de voir l’humanité périr.”

 

Les démons se réunissent en enfer et font des plans de destruction contre les pasteurs

 

Jésus dit: Les démons aussi se réunissent en ce lieu.”. Et je dis: “ les démons en réunions ?”. Jésus dit: Oui ma fille, ils se rencontrent pour planifier ce qu’ils feront au monde. Ils tiennent des réunions secrètes, chaque jour. Ainsi dit, Jésus m’amena à une cellule où j’ai vu une table en bois avec des chaises tout autour.

 

 Il y avait des démons de toutes sortes. Jésus expliqua: “Ma fille, ils font des plans maintenant pour aller détruire les familles des pasteurs, des missionnaires, des évangélistes et tous ceux qui me connaissent. Ils veulent les détruire. Ils ont beaucoup de flèches (c'est-à-dire, beaucoup de ruse dans leur sac).”

 

Les démons riaient en se moquant et disaient: “Détruisons le monde et amenons-le ici.” Jésus dit: Va-leur dire que je suis avec eux. Qu’ils ne laissent aucune porte ouverte, qu’ils ne laissent aucune place à Satan car il est comme un lion rugissant cherchant qui dévorer (1 Pierre 5: 18).

 

Mais (…) l’unique lion réel est celui de la tribu de Juda, Jésus-Christ de Nazareth (Apocalypse 5: 5) ! Jésus dit: “Ma fille, ils veulent spécialement détruire les familles de pasteurs.”

 

Je demandai : Pourquoi veulent-ils détruire les familles de pasteurs ? Et Jésus répondit: “Parce qu’ils sont les bergers de plusieurs brebis que le Seigneur leur a confiées. Ils veulent que ces brebis retournent dans le système du monde, retournent en arrière et finissent en enfer... Va dire aux pasteurs de dire la vérité. Va-leur dire de prêcher la vérité et de dire tout ce que je leur ai dit. Qu’ils  ne gardent rien  pour eux-mêmes.

 

        Il y a des enfants aussi en enfer

 

Quand on quittait cet endroit, il me dit: Je veux te montrer quelque chose (...) ; il y a aussi des enfants ici.” Et je répondis: “Seigneur, les enfants en enfer? Pourquoi sont-ils ici ?”. Ta parole dit: Laissez les petits enfants venir à moi et ne les en empêchez pas car le royaume des cieux appartient à ceux qui sont comme eux. (Matthieu 9: 14).

 

 Jésus répliqua: Ma fille, c’est vrai, le royaume des cieux appartient à ceux qui sont ainsi, mais cet enfant doit venir à moi, car quiconque vient à moi ne sera pas rejeté.” (Jean 6: 37).

 

Le danger des dessins animés et des feuilletons télévisés

 

 A l’instant même, le Seigneur me montra un garçon de 8 ans tourmenté par le feu. Le garçon criait: “Seigneur, aie pitié de moi, retire-moi de cet endroit ; je ne veux pas y être.” Il continua à pleurer et à crier. Jai vu les démons  autour de ce garçon qui ressemblaient aux images de la bande dessinée. Il y avait “ Dragon Boy Z”, “Ben 10”, “Pokemon”, “Dora”, etc.

 

“Seigneur, pourquoi le petit garçon est ici ?”. Jésus me montra un écran géant de la vie de cet enfant. J’ai vu comment il passait toute sa vie devant l’écran de la télévision en train de regarder ces bandes dessinées.      

 

Jésus dit: Ma fille, ces bandes dessinées, ces films, ces feuilletons télévisés qui passent chaque jour à la télévision sont les instruments sataniques pour détruire le monde... Regarde, ma fille, ce qui s’est passé.”

 

J’ai vu comment le petit garçon était rebelle et désobéissant à ses parents. Quand ses parents lui parlaient, il sortait en courant. Il renversait les choses et désobéissait aux parents. Après cet événement, une voiture l’a écrasé et ce fut la fin de sa vie sur terre. Jésus m’expliquait: Depuis lors, il est ici, en enfer.”

 

Je regardais le petit garçon, comment il était torturé. Jésus dit: “Ma fille, va dire aux parents d’instruire leurs enfants à la lumière de ma parole.”(Proverbes 22: 6).

Le Seigneur me dit quelque chose de très attristant et pénible: “Il y a beaucoup d’enfants ici à cause des bandes dessinées et à cause de la rébellion”. Je lui demandai: “Seigneur, pourquoi doit-on blâmer la bande dessinée ?”. Et il expliqua:

 

“Parce que les bandes dessinées sont des démons qui véhiculent la rébellion, la désobéissance, l’amertume et la haine chez les enfants; d’autres démons possèdent ces enfants pour qu’ils ne fassent rien de bon que du mal. N’importe quoi que les enfants voient à la télévision, ils veulent le reproduire dans la vie réelle.”

L’enfer existe,  c’est réel et même les enfants doivent décider où aller. Je dis: “Seigneur, dis-moi, pourquoi les enfants sont ici ?”. Et Jésus répondit: “Dès qu’un enfant est conscient qu’il y a l’enfer et le paradis, alors il a un choix à faire.”

 

Le Royaume des Cieux

 

 

 Il y a tant de choses à dire au sujet de l’enfer, maintenant, laissez-moi partager ce que j’ai vu au paradis. Jésus dit: “Ma fille, maintenant, je vais te montrer ce que j’ai préparé pour mes Saints.” Nous avions quitté l’enfer par le tunnel. Pendant que nous marchions dans le tunnel, tout d’un coup, nous sommes arrivés là où il y avait une forte lumière. Jésus dit: Ma fille, je vais te montrer ma gloire’’.

 

On a commencé l’ascension vers le Royaume des Cieux! Aussitôt, nous sommes arrivés devant une porte sur laquelle est écrit en grand caractère doré: “ Bienvenue au Royaume des Cieux !”  

 

Jésus dis : Ma fille, vas-y car je suis la porte et celui qui entre par moi, entrera et trouvera des pâturages.” (Jean 10: 9).

Après qu’il ait dit ces mots, la porte s’ouvra et nous sommes entrés. J’ai vu les anges  en train de glorifier, honorer, adorer le Père Céleste! (Apocalypse 7: 11-12). Nous avons continué à marcher et nous nous sommes approchés d’une table; cette table, on pouvait voir le début mais pas la fin (Apocalypse 19: 9).

 

 J’ai remarqué l’immense trône, puis les petits trônes entourés de milliers de chaises. Entre les chaises, il y avait des vêtements munis de couronnes.

Jésus dis: “Ma fille, la couronne que tu vois là est la couronne de vie.” (Apocalypse 2: 10).

Jésus dit: Ma fille, voici ce que j’ai préparé pour mon peuple.” J’ai vu que la table était couverte d’un tissu blanc aux extrémités dorées. Il y avait des assiettes et des gobelets en or, puis des fruits de tout genre. Tout était déjà prêt. C’était merveilleux ! Il y avait un grand récipient au milieu de la table contenant un vin divin pour le dîner. Et Jésus dit: “Ma fille, tout est prêt pour l’accueil de mon église.”  

On est allé à un autre endroit où j’ai vu beaucoup de gens dans un jardin. C’était les gens bien connus de la Bible, mais ils n’ont pas vieilli; ils sont tous jeunes. Il y avait ce jeune homme avec un mouchoir à la main qui dansait en tourbillonnant pour glorifier le Seigneur.

 

Jésus dit: Ma fille, ce jeune homme que tu vois est mon serviteur David.” Il glorifiait le Père. Aussitôt, d’autres jeunes hommes apparurent et Jésus me les présenta Ma fille, celui-ci, c’est Josué. Celui-là, c’est Moïse et cet autre-ci, c’est mon serviteur Abraham.” Jésus les appelait par leur nom. Ils avaient tous la même expression. Jésus me dit: “Ma fille, cette femme que tu vois-là, c’est ma servante Marie Madeleine, et cette autre-là, est ma servante Sara.”  

 

Voici Marie, celle qui a donné naissance à Jésus (…). Ma fille, je t’informe qu’elle n’est au courant de rien de ce qui se passe sur la terre”.

 

’’Va dire donc au monde, et à tous ceux qui lui adressent des prières, que l’enfer les attend,  car  aucun idolâtre n’héritera le Royaume des cieux.’’

 

 Puis, il me dit encore :

 

’’Va-leur dire que s’ils se repentent, ils pourront alors entrer dans mon royaume. Dis-leur que c’est moi qui les aime et que Marie n’a rien à avoir avec ça. La seule personne à qui ils doivent  adresser des prières, c’est moi, car ni Marie ni Saint Grégoire, ni aucun autre Saint ne peut leur offrir le salut. Je suis le Seul qui sauve et en dehors de moi personne, personne, personne d’autre ne peut sauver ! ’’

 

Il a répété trois fois que personne d’autre ne peut sauver. Il n’y a que Lui seul qui sauve.

Le monde est victime de la ruse de Satan. Les gens croient qu’en réalité, il existe  certains saints capables de les sauver ou de les aider. Or, ce ne sont en réalité que des ruses démoniaques, qui opèrent au travers d’une idole, faite de mains d’hommes.

 

Laisse-moi te dire que le Seigneur veut te donner le meilleur, il veut que tu hérites du royaume des Cieux, que tu puisses te repentir et quitter l’idolâtrie. Parce que l’idolâtrie ne peut pas te sauver. Jésus Christ de Nazareth est le seul qui sauve, qui a donné sa vie pour vous et moi et pour toute l’humanité. Comme il pleurait, il me dit : “S’il te plait ma fille, ne garde pas silence; va dire la vérité. Va-leur dire ce que je t’ai montré.”

 

Dieu exige le voile à toutes les femmes chrétiennes

 

J’ai vu comment Marie glorifiait elle-même le Seigneur. J’ai vu les femmes avec de beaux cheveux très longs. Je dis: “Qu’elles sont belles, ces femmes !” Il me dit: ’’Ma fille, va dire aux femmes de prendre soin du voile que je leur ai donné.’’

 

 Puis il me dit: “J’ai quelque chose d’important à te montrer.”

 

 J’ai regardé au loin et j’ai aperçu une cité rayonnante, une cité en or ! Je dis: “Seigneur, c’est quoi ça ? Je vais m’y rendre.” Il répondit: “Ma fille, je vais te montrer ce qu’il y a là. Ce que tu vois, c’est le domaine céleste, les palais célestes qui sont prêts pour mon peuple.”

 

On se mit à marcher, jusqu’à ce que nous arrivions sur un pont en or. Après l’avoir traversé, on est arrivé sur une route en or ! (Apocalypse 21: 21). Tout était beau, brillant comme un verre rayonnant. C’était vraiment surnaturel, inexplicable ! On a vu les palais célestes et on observait comment des milliers d’anges les bâtissaient. Quelques anges construisaient rapidement, d’autres construisaient lentement et en fin les autres ne bâtissaient pas du tout. Je demandai au Seigneur: “Comment se fait-il qu’il y en a qui construisent vite, d’autres lentement et ceux-ci qui ont arrêté de bâtir ?”. Le Seigneur explique:

 

 Ma fille, c’est comme ça que mon peuple travaille, mes anges travaillent au rythme de mon peuple sur la terre (...). Mon peuple ne partage plus l’évangile. Mon peuple ne jeûne plus. Mon peuple ne se met plus sur la route pour distribuer les brochures qui annoncent la vérité, mon peuple a maintenant honte. Va-leur dire de retourner sur l’ancien chemin. Ces anges que tu as vus ne faisant plus rien, appartiennent à ceux qui m’ont abandonné. Ma fille, va-leur dire de retourner sur le bon chemin’’.

 

 (Jérémie 6: 16) et ainsi dit, il se mit à pleurer.

 

J’entendais d’autres personnes chanter et j’ai demandé au Seigneur: “Seigneur, je veux que tu m’amènes là où les gens chantent”. Jésus m’observa un moment  et je su qu’il m’observait bien que je ne pouvais voir son visage. Je ne pouvais voir que le mouvement de son visage. Quand ses larmes mouillaient ses vêtements, je lui ai demandé pourquoi il pleurait. Mais il ne me répondait pas. Plus tard, on est arrivé dans un beau jardin. Là, au milieu des palais célestes, j’ai vu des fleurs qui bougeaient.

 

 Le Seigneur pointa de doigt et dit: Ma fille, écoute, ces fleurs me glorifient, elles sont en train de m’adorer ! Mon peuple ne fait plus ce qu’il avait l’habitude de faire, mon peuple  ne m’adore plus, ne me glorifie plus, ne me cherche plus comme auparavant. C’est pourquoi, je te dis d’aller leur dire de me chercher, car j’irai, j’irai, j’irai pour un peuple qui me cherche en esprit et en vérité, pour un peuple qui est prêt, pour un peuple saint ! ’’.

 

 En pleurant, il continua: Je reviendrai, je reviendrai très très bientôt !’’.Puis, j’ai compris pourquoi il pleurait; parce qu’il vient mais non pour ceux qui croient en partie. Il va venir seulement pour ceux qui le cherchent en esprit et en vérité. Puis, le Seigneur me dit que je dois rentrer sur la terre. Je dis : Seigneur, je ne veux pas rentrer sur la terre! Qu’est-ce que cela veux dire ? Retourner sur la terre ? Je veux rester avec toi. Tu m’as amené ici et je n’irai nulle part car je suis avec toi!’’.

 

Jésus dit:

Ma fille, c’est nécessaire que tu retournes sur la terre pour témoigner que ma gloire est réelle, que ce que je vais te montrer est réel, que ce que tu as vu est réel, pour que le monde vienne à moi, se repente et qu’il ne périsse pas.

En pleurant, je suis tombé à ses pieds, et j’ai pu voir ses plaies. Je demandai: Seigneur, c’est quoi, ces blessures’’. Il répondit: “Ma fille, c’est la cicatrice d’hier quand j’ai donné ma vie pour l’humanité.”

 

Il m’a aussi montré les cicatrices dans ses mains. Je demandai: “Seigneur pourquoi as-tu encore ces cicatrices? Il me dit: “Ma fille, c’est la cicatrice qui est restée.” Puis j’ai demandé: “ Va-t-elle disparaitre ?”. Il répondit: “Ma fille, ça va disparaitre quand tous les saints seront réunis, ici (…). Viens, je dois te ramener sur terre. Ta famille et les nations t’attendent.”

 

J’ai essayé de résister mais il pointa la terre de son doigt et dit: “Regarde, ce peuple que tu vois, ce sont les membres de ta famille, ce corps que tu vois-là, tu y retourneras. Il est temps de quitter ce lieu.”

 

Puis, il m’amena à travers une rivière claire comme de l’eau de roche et dit: Regarde, plonge dans l’eau.” Avant que je n’entre dans cette rivière de l’Eau de vie, je ressentais une joie indescriptible, mais après l’immersion dans l’eau, j’étais transportée de joie. Je pensais que je n’aurai plus à retourner sur la terre, mais le Seigneur me dira: “Ma fille, tu dois retourner sur la terre.  Je vais te montrer quelque chose. Comment je viendrai sur la terre pour un peuple saint.

Je vais te montrer comment sera le jour de l’enlèvement.”

 

 

L’Enlèvement et la Tribulation.

 

Nous nous sommes dirigés vers un endroit où il y avait un écran géant, j’y ai vu des gens, je pouvais voir le monde entier. Puis soudainement, j’ai vu des multitudes de gens disparaitre, les femmes enceintes voyaient leur grossesse disparaitre. Elles avaient l’air hébété, poussant des cris de détresse. Les enfants disparaissaient de partout.

 

Des milliers de gens couraient d’un endroit à un autre, en hurlant. “Ce n’est pas possible, ce n’est pas possible ! Qu’est ce qui se passe ?”. J’ai vu ceux qui connaissaient le Seigneur mais qui ont raté l’enlèvement. Ils disaient que le Seigneur est venu, l’enlèvement a eu lieu. Ils hurlaient et voulaient se tuer mais ne pouvaient pas.

 

Le Seigneur me dit: “Ma fille, en ce jour-là, la mort va fuir et l’Esprit Saint ne sera plus sur la terre.” (Apocalypse 9: 6). Il y avait des accidents partout, mais je n’ai vu aucun mort.  Tous étaient en vie bien que blessés.

J’ai vu un trafic intense avec des milliers de personnes. Il me dit: Ma fille, regarde comment tout va se passer.” Puis, j’ai vu des gens courant d’un endroit à un autre, en hurlant: “Christ revient, revient !”. Ils suppliaient: “Seigneur, pardonne-moi, pardonne-moi, emmène-moi avec toi !”. Mais le Seigneur me dira d’une voix marrante: “En ce moment-là, ce sera trop tard. C’est maintenant ou jamais, le temps de se repentir... Ma fille, va dire au monde de me chercher, car en ce temps-là, il n’y aura plus d’opportunité.” (Esaïe 55: 6).

 

 Ma fille, ce sera trop tard  pour tous ceux qui ont raté l’enlèvement.” Quand Jésus  réalisa comment les gens étaient  restés, il commença à pleurer et dit: “Ma fille, j’irai au monde comme c’est écrit dans 1 Thessaloniciens 4: 16-17:

 

Car à un signal donné, à la voix de l’Archange, au son de la trompette de Dieu, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et les morts en Christ  ressusciteront d’abord. Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons emportés ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur dans les airs; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur...” 1 Thessaloniciens 4: 16-17.

 

Mais ce n’est pas tout le monde qui ira avec le Seigneur. Seuls ceux qui font sa volonté (Matthieu 7: 21) et qui vivent dans la sanctification. Car le Seigneur me dit: Seuls ceux qui sont purs entreront dans le Royaume des cieux, (Hébreux 12:14). Personne ne connait, ni le jour, ni l’heure à laquelle j’irai pour mes saints, même les anges ne sont pas au courant.”

(Matthieu 24:36).

Sur l’écran, je voyais les gens tourner en rond. Les magasines et les infos télévisées annonçaient que: “JESUS  ETAIT ARRIVE”. L’écran s’effaça, et Jésus conclu en disant: J’irai pour un peuple saint.” C’était tout ce qu’il m’a montré. Après cela, il me ramena sur terre.

 

Entourés d’anges, nous amorcions la descente  par les escaliers en blanc très beaux, bornés de fleurs. Je pleurais tout au long du chemin, suppliant Jésus: “Seigneur, s’il te plait, ne me laisse pas ici, emmène-moi avec toi!” Il répondit:

 

 Ma fille, les nations, ta famille et plein d’autres gens t’attendent pour ce message... Tu dois donc rentrer dans ce corps. Tu dois recevoir la vie pour témoigner de ce que tu as vu. Beaucoup ne te croiront pas. D’autres par contre te croiront, mais sache que moi, je suis ton témoin fidèle. Je suis avec toi. Je ne t’abandonnerai jamais.


 

Que DIEU vous bénisse, en JESUS-CHRIST notre SEIGNEUR!

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 21:20


      LE GRAND TRONE 

 

Le Royaume des Cieux, l’Enfer et le retour de Jésus-Christ par Angelica Zambrano.

 

 

Je m’appelle Angelica Elizabeth Zambrano Mora. J’ai 18 ans, j’ai fais mes études au collège "Colegio José María Velazco Ibarra", ici a El Cantón, El  Empalme, Equateur.

J’ai accepté Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur pour la première fois à l’âge de 12 ans, mais je me suis dit: “ Aucun de mes amis n’était charismatique et je me sentais mal à l’aise en leur présence”, si bien que j’ai rejeté la foi en Dieu et je me suis lancée dans une vie mondaine très dégoutante. Mais le Seigneur m’a fait grâce. A l’âge de 15 ans, je me suis réconciliée avec le Seigneur mais j’étais toujours indécise.

A mon 17ème anniversaire, je me rapprochai du Seigneur. Le 28 avril, je lui ai dit: “Seigneur, je ne suis pas fière de moi, je sais que je suis une pécheresse,” et je lui ai exprimé ce que je ressentais. “ Seigneur pardonne-moi. J’aimerais que tu écrives mon nom dans le livre de vie et que tu m’acceptes comme ta fille”.

 Je me suis repentie et je donnai ma vie à nouveau au Seigneur…

Puis, en Août, j’ai été invitée à jeûner pendant 15 jours. J’ai accepté volontiers mais avant de commencer, j’ai dit: “Seigneur, j’aimerais que tu t’occupes de mon cas, ici.”

Pendant le jeûne et prière, (…) j’ai demandé alors un signe témoignant que le Seigneur était avec moi et il me révéla Jérémie 33: 3,

“ Invoque-moi, et je te répondrai; Je t'annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas.”Je réfléchissais, “Ceci ne peut signifier que le Paradis et l’Enfer.” Si bien que j’ai dit: “Seigneur, je veux que tu ne me montres que le Paradis mais pas l’Enfer, car j’ai appris que c’est un endroit horrible…”

Après le jeûne (…), j’ai prié durant tout le mois d’Août, puis en Novembre un serviteur de Dieu est venu chez nous et m’a dit: “Que le Seigneur vous bénisse !”. Je  répondis “Amen !”.

 

 Il dira par la suite qu’il est venu nous donner un  message de la part de Dieu (...).

 

 “Tu dois te préparer car le Seigneur te montrera des choses formidables que tu ne connais pas. Il va te faire visiter le Royaume des Cieux et l’Enfer tel que tu l’as souhaitée en te référant au passage biblique Jérémie 33: 3.”

 

Je m’étonnai en lui demandant comment il était au courant de mon secret. Il répondit : “ Le même Dieu que nous servons et adorons m’a révélé la même chose.”

 

Peu après, on s’est mis à prier. Quelques sœurs en Christ de mon église et de ma famille priaient avec nous. Aussitôt qu’on s’est mis à prier, j’ai vu le ciel s’ouvrir. Si bien que j’ai dit: “Je vois les cieux s’ouvrir  et deux anges sont en train de faire leur descente vers nous!”

 

 L’homme dit : “Demande-leur quel est l’objet de leur visite”. Ils étaient géants et beaux, avec de belles ailes. Ils étaient robustes et brillaient, ils paraissaient transparents, rayonnant comme de l’or. Ils portaient des sandales en cristal et des vêtements célestes.

 

 “Pourquoi êtes-vous ici?”.Ils souriaient en disant : “Nous sommes ici en mission...nous sommes ici puisque tu dois visiter  le Paradis et l’Enfer et nous ne te quitterons pas jusqu’à ce que la mission s’accomplisse.”

Je  répondis : “D’accord, mais je ne veux que visiter le paradis, pas l’enfer.” Ils souriaient sans mot dire et ont demeuré parmi nous (…)

 

Le 7 novembre, quand je revenais de l’école, j’ai entendu une voix qui m’a dit: “Apprête-toi car tu mourras, aujourd’hui”.J’ai su que c’était l’Esprit Saint car je pouvais l’identifier. J’ai ignorée sa voix et j’ai dit: “Seigneur, je ne veux pas mourir !”. Il répliqua: “Apprête-toi car tu mourras, aujourd’hui!”, cette fois-ci, il parla à haute voix et avec autorité.

 

Maxima: (la mère)

A 15h 30, le Seigneur a demandé à son serviteur d’appliquer l’huile d’onction à ma fille. Quelques-uns parmi nous se sont retirés avec elle dans la chambre. Le Seigneur nous a accordé deux minutes pour appliquer l’huile d’onction de la tête au pied. Ce qui fut fait.

 

La Mort

 

Angelica :

Ma mère et Fatima Navarrete (une sœur en Christ) m’ont ointe. Mais pendant qu’elles appliquaient l’huile, j’ai senti quelque chose comme du verre me couvrir. C’est difficile à expliquer. Je me sentais couverte d’une armure et je ne sais pas comment l’expliquer. Après cela, ils n’étaient plus à mesure de me toucher.

 

Maxima (la mère) :

Pendant qu’on priait, j’ai essayé de lui imposer la main, mais je ne pouvais plus. Il y avait une sorte d’armure autour d’elle. C’était étrange, personne ne pouvait la toucher! Cette armure d’environ 30 cm va de la tête jusqu’au pied. Ce qui m’a troublé davantage, c’est le fait que je ne pouvais pas lui imposer la main, chose que j’ai fait plusieurs fois au service du Seigneur. J’ai dit: “Oh, il s’est passé quelque chose !”.Je me suis mise à prier (…) et vers 16h, ma fille est tombée par terre.

 

Angelica:

Pendant la prière  j’ai  commencé à étouffer, je ne pouvais plus respirer (…). Quand j’ai regardé vers les cieux avec mes yeux spirituels, j’ai vu le ciel s’ouvrir. J’ai vu les anges en multitudes s’assembler et au milieu d’eux j’ai vu une lumière 10.000 fois plus brillante que le soleil. Et j’ai dit: “Seigneur, c’est toi qui vient!?” 

 

Maxima (la mère)

Quand elle est  tombée par terre, on a essayé de la tenir debout mais elle ne pouvait plus se tenir seule (…). Le Seigneur a pris sa vie (…).

J’ai pris un drap et je l’ai couverte, puis elle commençait  à se refroidir. Ses cheveux étaient projetés en arrière comme celui d’un mort et elle est devenue très froide comme un  glaçon.

 

Angelica:

Jésus faisait la descente et je sentais mon corps mourir. Au fur et à mesure que Jésus et les anges s’approchaient, je sentais que je partais et je n’étais plus moi-même. Je n’étais plus en vie, je mourais et c’était angoissant! Quand mon corps est tombé par terre, ils étaient déjà là. Ma maison était pleine d’anges et au milieu des anges, j’ai vu une lumière plus brillante que le soleil…

Je voulais toucher mon corps et y retourner mais je ne pouvais plus, c’était comme tenter de saisir l’air avec la main; ma main passait carrément à travers mon corps. Personne de ceux qui priaient ne pouvait m’entendre. Je criais: “Seigneur, aide-moi!”

 

  Le Seigneur Jésus-Christ

 

Angelica:

En ce moment, j’ai écouté la voix du Seigneur, une belle voix telle le tonnerre, remplie d’amour: “N’aie pas peur car je suis Jéhovah, ton Dieu, et je suis venu te montrer ce que je t’ai promis. Lève-toi car je suis Jéhovah qui te tient par la main droite et qui te dit de ne pas craindre car je vais t’aider.”

 

(…) Il y avait une forte lumière qui brillait (…). J’ai vu un homme beau, géant, élégant et la lumière émanait de lui. La lumière était tellement brillante que je ne pouvais pas identifier son visage! Mais je pouvais voir ses beaux cheveux dorés et un vêtement blanc muni d’une large bande dorée qui contournait sa poitrine et sur laquelle il est écrit: “Roi de rois et Seigneur de seigneurs”.

 

 J’ai regardé  à ses pieds, il portait des sandales dorées rayonnant d’un éclat d’or. Il était très beau! Il m’a tendu la main. Quand j’ai touché sa main, ma main n’est pas passée au travers de lui comme se fut le cas avec mon corps. Je me demandais: “ Qu’est ce qui se passe? Et il a répondu:

 

Je vais te faire visiter l’Enfer pour que tu ailles informer l’humanité que cet endroit existe réellement. De même, je vais te montrer ma gloire pour que tu dises à mon peuple de s’apprêter car je vis réellement et ma gloire est réelle.” Il me dit: Ma fille ne craint rien”.

 

 Il le répéta de nouveau et je répliquai: “Seigneur, je voulais plutôt te signifier que j’ai envie de visiter le paradis  mais pas l’enfer car c’est un endroit horrible!”. Il dit :

 “Ma fille, je serai avec toi. Je ne t’abandonnerai pas, je vais te montrer l’enfer car il y a beaucoup de gens qui sont au courant de son existence mais malheureusement, ils n’éprouvent aucune peur, ils pensent que c’est de la blague et beaucoup n’en connaissent rien. Voilà pourquoi tu dois visiter l’enfer car il y a plus qui périssent par rapport à ceux qui entrent dans ma gloire.” 

 

Quand il a fini de parler, je voyais des larmes qui coulaient jusqu’à mouiller ses vêtements. J’ai demandé: “Seigneur, pourquoi pleures-tu?”. Il répondit: “Ma fille, puisqu’il y en a plus qui périssent et je vais te le montrer pour que tu ailles dire la vérité et que tu ne retournes pas à cet endroit.”   

 

L’enfer

 

Tout a coup quand il parlait, tout commença à bouger. La terre trembla et s’ouvrit. J’ai vu un trou noir en-dessous. On était debout sur une sorte de rocher entourés d’anges. Je dis : “ Seigneur, je ne veux pas y aller”.

Il  répondit : “ Ma fille, ne crains pas car je suis avec toi.”

 

En un clin d’œil, on est descendu dans ce trou noir. J’essayais de voir mais il y avait une obscurité profonde. J’ai vu un grand cercle  et j’ai entendu des millions de voix. J’avais très chaud et je sentais ma peau brûler.

J’ai demandé: “Seigneur, c’est quoi ça? Je ne vais pas y aller!”

 

 Le Seigneur m’expliqua que ça n’était que l’entrée du tunnel qui mène en Enfer. Il y avait une odeur répugnante, dégoutante, nauséabonde et je suppliais le Seigneur de ne pas y aller.

 

 Il répondit: “Ma fille, c’est nécessaire pour toi de faire la connaissance de cet endroit.”  Je criais : “ Mais pourquoi, Seigneur?” et il dit: Pour que tu dises la vérité à l’humanité qui est en train de périr, elle est perdue et il n’y a que peu qui entrent dans mon royaume.” (Matthieu 7: 14). En disant cela, il pleurait. Ses propos me réconfortaient  si bien que j’ai continué à marcher.

 

On est arrivé au bout du tunnel, quand j’ai regardé en bas, j’ai vu l’abîme couvert de flammes. Le Seigneur dit: “Ma fille, je te donne ceci.” Il s’agissait d’un classeur avec des papiers vierges. “ Ma fille, prend ce crayon pour que tu écrives tout ce que je te montrerai, ce que tu verras et ce que tu écouteras.

Tu écriras tout textuellement comme tu l’observeras, comme tu le vivras.” Je dis : “Seigneur, je le ferai mais je vois déjà assez, Seigneur. Des âmes en tourment dans d’immenses flammes”.

 

J’ai dit à Jésus: “Je témoignerai que l’Enfer est réel, que l’Enfer existe, mais sors-moi de cet endroit!”. Il répliqua: “Ma fille, on n’est même pas encore en Enfer; je ne t’ai encore rien montré et tu veux déjà que je te retire d’ici?” Je  répondis: “S’il te plait, Seigneur, sors-moi de cet endroit.” Puis nous commencions à descendre vers l’abîme! Je me suis mise à pleurer et à crier: “Seigneur, non, non, non, non, je ne veux pas y aller!” Et il répliqua: “Tu as intérêt à voir cet endroit.” 

 

J’ai vu des démons horribles de toutes sortes, petits et grands; ils couraient si vite et tenaient quelque chose à la main. “Seigneur, pourquoi courent-ils si vite et qu’est-ce qu’ils ont dans leur main?”. Il a répondu:

 

Chaque démon a pour mission de détruire quelqu’un

 

 Ma fille, ils courent ainsi puisqu’ils savent que leur temps est presque fini, le temps est très limité pour détruire l’humanité, spécialement mon peuple. Ils tiennent à la main des flèches pour détruire l’humanité. A chaque démon est attribué le nom de la personne à détruire puis l’amener en Enfer; leur but, c’est de détruire la victime puis l’amener en Enfer.”

 

Et je voyais les démons courir et faire leur apparition sur la terre, il me dira: “Ils vont sur la terre saisir les humains pour les jeter en Enfer.”En disant cela, il pleurait; il pleurait profondément. Il pleurait sans cesse et je me suis mis à pleurer aussi (...).

 

Le Seigneur me dit: Es-tu préparée à voir ce que j’ai à te montrer?”.  “Oui, Seigneur !, je  répondis. Il m’a amené dans une cellule où il y avait un jeune homme tourmenté par le feu. J’ai constaté que cette cellule était numérotée, bien que je ne pouvais pas comprendre le numérotage, ça paraissait à l’envers. Il y avait une grande plaque, et le jeune homme portait le numéro “666” sur son front.

 

Il avait aussi une grande plaque métallique incrustée dans sa peau. Ni les vers de terre qui le mangeaient, ni la flamme n’avaient le pouvoir d’endommager la plaque. Il s’écria: “Seigneur, soit miséricordieux, sors-moi d’ici. Pardonne-moi Seigneur!”.

Jésus répondit: “C’est trop tard: Je t’ai donné beaucoup d’occasion mais tu ne voulais pas te repentir.”

 

J’ai demandé à Jésus: “Seigneur pourquoi est-il ici?” Puis je l’ai reconnu. Sur la terre, ce jeune connaissait la Parole mais tout d’un coup, il a abandonné la foi, préférant plutôt l’alcool, la drogue et a emprunté le chemin de la perdition. Il ne voulait plus suivre le Seigneur, malgré les avertissements répétés sur la conséquence d’une telle décision.

 

 “Ma fille, il est ici puisque quiconque rejette ma parole a déjà un juge: Ma parole que j’ai prononcée va le juger au  jour du jugement dernier.” (Jean 12: 48). Puis Jésus sanglota.

 

La façon de pleurer du Seigneur diffère de la nôtre. Ses pleurs sont très profonds et ils expriment énormément d’angoisse dans son cœur. Jésus dit: “Je n’ai pas crée l’Enfer pour les humains (…) “ Mais pourquoi alors les humains s’y retrouvent ?”, demandai-je.

 

Il répondit: Ma fille, j’ai créé l’Enfer pour Satan et ses anges qui sont les démons; (Matt.25: 41) mais à cause du péché et du refus de se repentir, les humains finissent ici et il y a plus qui périssent par rapport à ceux qui entrent dans ma gloire!”

 

Il continua à pleurer et ça m’a fort attristé de le voir pleurer ainsi. Ma fille, j’ai donné ma vie pour l’humanité afin qu’elle ne périsse pas, afin qu’elle n’aille pas en Enfer. J’ai donné ma vie à titre d’amour et de miséricorde afin que l’humanité passe à la repentance et entre dans le royaume des cieux.”

 

Jésus se lamentait comme quelqu’un qui n’en pouvait plus, voilà combien il éprouve de la peine en regardant les âmes perdues. Je me sentais en sécurité en présence de Jésus-Christ. Je m’imaginais: “ Si je lâchais le Seigneur, je serai bloquée, ici”.

“Y a-t-il des membres ma famille, ici?”. Il m’a regardé comme je pleurais  et  me dit:

Ma fille, je suis avec toi”, parce que j’avais très peur. Il m’amena dans une autre cellule. Je ne pouvais jamais m’imaginer voir un membre de ma famille dans cette cellule. J’ai vu une femme tourmentée.

 

 Il y avait des vers de terre qui bouffaient son visage et les démons qui enfonçaient une sorte d’épée dans son corps. Elle criait: “Non Seigneur, aie pitié de moi, pardonne-moi, s’il te plait, retire-moi de ce lieu ne fut-ce que pour une minute.”

 

       En enfer, on se rappelle ses péchés

 

En enfer, les gens sont tourmentés en se rappelant ce qu’ils ont fait sur la terre. Les démons se moquent des humains et leur disent: “ Adorez et glorifiez car ceci est votre royaume.” Et les gens criaient et se rappelaient qu’ils connaissaient  Dieu, parce qu’ils connaissaient les Ecritures. Ceux qui connaissaient le Seigneur souffraient deux fois plus. Le Seigneur dit:

 

La nécessité de tout pardonner

 

“Il n’y a plus de chance pour ceux qui sont ici; mais il y a encore une possibilité pour ceux qui sont vivants.” Je lui ai demandé: “Seigneur, pourquoi mon arrière grand-mère est ici? Je ne sais pas si elle te connaissait. (…) Il répondit: “ Ma fille, elle est ici parce qu’elle n’a pas su pardonner...   Ma fille, celui qui ne pardonne pas, moi non plus je ne lui pardonnerai pas (….) C’est important de pardonner. Puisqu’ils n’ont pas pardonné, beaucoup de gens se retrouvent en Enfer (...).

 

‘’Va dire au monde qu’il est temps de pardonner et plus spécialement mon peuple, car beaucoup d’entre eux n’ont pas encore pardonné. Dis-leur de se débarrasser des rancunes, des ressentiments, de cette haine dans leur cœur. Il est temps de pardonner! Si la mort surprenais cette personne qui n’a pas su pardonner, cette personne pourrait se retrouver en enfer, car personne ne peut racheter une vie.”

     

Quand on a quitté la cellule de mon arrière grand-mère, elle était engloutie dans le feu et s’écria: “ Aaaah !”, elle se mit à blasphémer  le nom de Dieu. Elle maudissait Dieu; toute personne en enfer blasphème  Dieu. Quand on a quitté ce lieu, je pouvais constater que l’enfer est rempli des âmes tourmentées. Plusieurs personnes étendent leurs mains, suppliant Jésus de les sortir de là. Mais le Seigneur ne peut rien pour eux et ils se mettaient à blasphémer Dieu.

 

Puis Jésus pleurait et disait: “Ça me fait mal de les entendre, ça me peine de voir ce qu’ils font, puisque je ne peux plus rien faire pour eux. Ce que je peux te dire est qu’il y a encore une opportunité pour celui qui est encore sur la terre, celui qui n’est pas encore mort, donc le vivant; il a encore le temps de se repentir!”

 

Beaucoup de personnes célèbres sont en enfer

 

La grande chanteuse Selena est en enfer

 

Le Seigneur m’expliqua qu’il y a beaucoup de célébrités en enfer, et aussi beaucoup de ceux qui l’ont connu. Il dit: “Je veux te montrer une autre partie de la fournaise.” On est arrivé à un endroit où une femme était couverte de feu. Elle était en agonie et criait, en suppliant le Seigneur pour sa miséricorde. Jésus la pointa du doigt et me dit: “Ma fille, cette femme que tu aperçois-là s’appelle Selena.”

 

Quand on s’approcha, elle cria: “ Seigneur, aie pitié, pardonne-moi, libère-moi d’ici!”. Mais le Seigneur la regarda et dit: “C’est tard, Selena, trop tard. Tu ne peux plus te repentir.” Elle m’a aperçu et me dit:

 

 “S’il te plait, va avertir les gens à propos de l’enfer, parle à haute voix et ne te tais pas. Dis-leur de ne pas venir en ce lieu. Va leur dire de ne pas jouer ou chanter ma musique.”

 

 Je lui ai demandé: “Pourquoi veux-tu que j’apporte ce message au monde? ”.

Elle répondit: “Parce que chaque fois que les gens jouent et écoutent mes chansons, mon tourment s’accentue. La personne qui joue et écoute ma musique est en train de faire son chemin vers l’enfer. S’il te plait, va leur dire de ne pas venir ici. Va dire aux gens que l’enfer est réel”.

 

Elle criait, les démons lui lancèrent des épées et elle pleurait : “Aide-moi Seigneur, aie pitié de moi, Seigneur !”. Mais malheureusement, le Seigneur lui dit: C’est trop tard, Selena !.

 

Je parcourais des yeux cet endroit, c’était plein de musiciens et d’artistes. Tout ce qu’ils faisaient, c’est chanter et chanter sans cesse.   

 

Le Seigneur m’expliqua que:

 La personne qui est enfer continue à faire ce qu’elle faisait sur la terre”.

 

Pendant que j’observais, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de démons qui aspergeaient ce que je croyais être de l’eau. Je pensais qu’il pleuvait. Mais j’ai constaté que les gens qui sont dans les flammes fuyaient plutôt cette pluie. (…)Les démons riaient et disaient aux gens: “Louez maintenant et adorez, puisque c’est ici désormais votre royaume éternel !”.

 

 J’ai vu les flammes s’intensifier et les vers de terre affectés à chaque humain se multiplier. Ce n’était pas de l’eau que les démons versaient sur ces gens, mais plutôt du soufre qui intensifiait le feu et multipliait la souffrance des victimes.

 

J’ai demandé à Jésus: “Qu’est-ce qui se passe ?... Seigneur, qu’est-ce qui se passe ?”. Et le Seigneur répondit: “Ceci est le salaire de quiconque ne s’est pas repenti.” (Psaume 11: 6).

 

                    Le pape Jean-Paul 2 est en enfer

 

Puis le Seigneur m’amena là où il y avait un homme célèbre. Avant, j’étais indécise en tant que chrétien. Je pensais que toute personne qui meurt va au paradis; ceux qui célèbrent la messe iront au paradis.  Mais j’avais tort.

 

Quand le Pape Jean Paul 2 était mort, mes amis et les membres de ma famille me disaient qu’il est allé au paradis. Tous les medias (TV) disaient: “ Le Pape Jean Paul 2 est mort, que son âme repose en paix. Il est maintenant en train de se réjouir en présence de Jésus-Christ et ses anges au paradis.”

 

Et je croyais toutes ces informations.

 

Mais j’étais dupe car je l’ai vu en enfer tourmenté par le feu. J’ai regardé  son visage et je l’ai reconnu.

 

Le Seigneur me dira: “Regarde ma fille, cet homme que tu vois-là, c’est le Pape Jean Paul 2. Il est ici, tourmenté, car il ne s’est pas repenti.”

 

Mais je ripostai: “Seigneur, pourquoi est il ici ? Il prêchait à l’église.”

 

 

Jésus répondit : “Ma fille, aucun fornicateur, idolâtre, égoïste, ou menteur, n’héritera le royaume des cieux.” (Ephésiens 5: 5).

 

 Je répondis: “Je sais que cela est vrai mais je veux savoir pourquoi il est ici, parce qu’il prêchait à la multitude !”. Et Jésus de répondre:

 

Oui ma fille, il peut avoir dit beaucoup de choses, mais il ne disait jamais la vérité tel qu’elle est. Il ne disait jamais la vérité; bien qu’il connaisse la vérité, il a préféré l’argent au  lieu de prêcher sur le salut des âmes. Il ne disait pas la vérité. Il ne disait pas que le paradis et l’enfer existent. Ma fille, voilà maintenant qu’il est ici.

 

Quand je l’ai regardé, il y avait un grand serpent avec des épines autour de son cou et il essayait en vain de l’enlever. Il plaida avec le Seigneur:

 

 “Seigneur, aide-moi!”. Il s’écria: “Aide-moi, Seigneur, aie pitié de moi, sors-moi de cet endroit; pardonne-moi, je me repends, Seigneur; j’aimerais retourner sur la terre pour me repentir.” Le Seigneur l’observa et dit: “Tu savais très bien que cette place était  réelle (...) Maintenant, c’est trop tard, il n’y a plus de chance pour toi.”

 

L’idolâtrie (c'est-à-dire, l’utilisation des crucifix, des statues etc… ainsi que la prière faite à Marie et aux autres saints) ne sont pas agréables à Dieu.

 

Le Seigneur dit: Ecoute ma fille, je vais te montrer la vie de cet homme.

 

Jésus me montra un écran géant où je pouvais voir comment cet homme célébrait la messe à maintes reprises à la foule et comment le peuple qui s‘y trouvait  était très idolâtre. Jésus dit: “Regarde, ma fille, cet endroit est plein d’idolâtres. Ma fille, l’idolâtrie ne sauve pas. Je suis le seul qui sauve, en dehors de moi pas de salut. Ma fille, j’aime le pécheur mais je hais le péché. Va dire aux humains que je les aime et ils doivent venir à moi.”  

 

Pendant que le Seigneur parlait, je voyais comment le Pape recevait beaucoup d’argent et le gardait pour lui-même. Il était très riche. J’ai vu son image assise sur le trône, mais je pouvais aussi voir au-delà de cela. Bien qu’il soit vrai que ces hommes ne se mariaient  pas, je vous assure que ces hommes couchent avec les religieuses, et beaucoup d’autres femmes. Je n’invente rien ; c’est le Seigneur qui me l’a montré. 

 

Le Seigneur me montra ces gens qui vivent dans la fornication (c'est-à-dire l’impureté sexuelle) et la parole dit qu’aucun fornicateur n’héritera le royaume des cieux. Pendant que je regardais cette scène, le Seigneur me parla :

 

 “Regarde, ma fille, tout ce que je t’ai montré, c’est cela qu’il a vécu et c’est ce qui se passe maintenant sur la terre chez beaucoup de gens, beaucoup de prêtres et même chez le pape actuel.”

 

Puis il me dit:

 

“Ma fille, va dire au monde qu’il est temps de venir à moi”.

 

Le Seigneur m’a montré un endroit où beaucoup de gens marchaient vers l’enfer. Je lui demandai: “Comment se fait-il qu’ils marchent vers ce lieu.” Il répondit: “Je vais te montrer”. Il me montra un tunnel plein de gens. Ils étaient liés de la main au pied. Ils étaient vêtus de noir et portaient un fardeau au dos.

 

Jésus dit: “Regarde, ma fille, ce monde que tu vois ne me connait pas encore. Ce qu’ils portent au dos, c’est le péché, mais va leur dire de me donner leur fardeau et moi en retour, je leur donnerai le repos. Dit leur que je suis celui qui pardonne tous les péchés du monde (...). Va-leur dire de venir à moi; je les attends à bras ouvert. Préviens-les qu’ils sont en route vers l’enfer.”

 

Pendant que je les voyais marcher, j’ai reconnu quelque membres de ma famille, mon cousin, ma cousine etc… Je m’exclamai en regardant le Seigneur. Il répondit:

 

 Ma fille, ils marchent vers l’enfer, mais va le leur notifier. Va-leur dire qu’ils marchent vers l’enfer. Va-leur dire que je t’ai choisie comme mon messager, car cela signifie que tu vas dire la vérité. Tu dois dire tout ce que je t’ai montré. Si tu ne dis rien et que la personne en question se retrouve en enfer, je vais te réclamer son sang. Mais si, par contre, tu dis la vérité et qu’elle n’écoute pas, dans ce cas, cette personne à des comptes à me rendre. Si la personne en question ne se repent pas, alors tu es déchargée de toute responsabilité et son sang va retomber sur elle-même. (Ezéchiel 3:18)”.


 

(A suivre)        

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 12:19
BIBLES.jpg

D'une soeur bien-aimée en CHRIST, pour une introspection sincère et une repentance salutaire!

 

 

Merci, Fernand, pour ces posts.

J'ai recueilli un songe d'une amie intercesseuse à l'Eglise Foursquare : Elle a vu le ciel s'ouvrir et une main géante en sortir. Cette main sonnait aux portes et exterminait toutes les personnes qui se trouvaient dans les maisons visitées.


Cela se passait ainsi pour toutes les maisons, quand, arrivée devant une certaine maison, elle a sonné longtemps. Personne ne venait ouvrir et elle est donc entrée de force. Mais ce qu'elle a vu l'a arrêtée : une femme en prière! Cette main s'est dirigée vers la femme, s'est posée sur son cœur et a dit : "Grâce!". Elle est ensuite repartie.


Le même scénario s'est répété jusqu'à ce que cette main arrive dans sa chambre. La main s'est avancée, menaçante, vers elle, elle avait peur, et une voix a dit : ''Range ta vie, sinon si je repasse, tu mourras aussi!''. Elle s'est réveillée, toute confuse et apeurée.


Nous avons eu peur. La vision résume ce que disent tous les messages : la repentance sincère.


Et puis cela rappelle l'histoire des enfants d'Israël, en Egypte, avec le sang de l'agneau pascal sur le linteau des portes.


J'ai réécouté le Pasteur DALI claude. C'est effrayant et en même temps, cela me donne la force pour intercéder pour notre nation qui en a tant besoin. Les gens ont perdu espoir et sont déprimés.


Que Dieu aie compassion du peuple ivoirien! Nina.



 

Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!



 

 

DINDE Fernand AGBO

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 14:59

 

PAULA-FRIEDRICHSEN.jpg

 

De  Paula Friedrichsen


J'aimais tellement ma nouvelle église! C'était plein de ferveur et d'enthousiasme et tout à fait à la pointe. Le pasteur avait du talent et était à la fois un prêcheur charismatique et un très bon chanteur. L'église grandissait et avait un impact dans la communauté.

 

Et je me sentais tellement bénie d'en faire partie!

Nous venions de déménager dans une petite ville pittoresque du nord de la Californie à cause du nouveau travail de mon mari. Et, bien qu'à cette époque il n'était pas chrétien, il approuvait mon désir d'être impliqué dans ma nouvelle église. 

 

Et cela n'a pas pris longtemps pour que je sois impliquée dans plusieurs ministères, tels que la garderie, les retraites pour les femmes et même le prêche et l'enseignement biblique quand on me le demandait. 

Pendant toute cette période, j'ai développé une relation forte avec mon pasteur et sa femme ainsi qu'avec d'autres membres de l'église.

 

Nous nous retrouvions tous ensemble au restaurant après le service du dimanche soir dans la communion fraternelle et les conversations étaient bien animées. 

Très souvent, j'appelais mon mari avant de me joindre au groupe pour lui demander si cela ne l'embêtait pas que j'y aille. Au ton de sa voix, je voyais bien qu'il aurait préféré que je rentre à la maison, mais j'étouffais cette impression et je choisissais d'en faire à ma tête.

 

Le temps passait et je commençais à éprouver un grand plaisir et à me sentir bien acceptée dans ma relation avec le pasteur. 

Il devint mon ami et mon mentor. J'étais flattée par l'attention qu'il me prodiguait et par son amitié, à travers le ressenti d'un genre d'approbation que je n'avais jamais connue auparavant.

Nous avons alors commencé à nous téléphoner fréquemment, bien au-delà de l'habituelle connexion que nous avions avec nos amis communs.

 

Et la barrière a été franchie au cours d'une après-midi de juillet particulièrement chaude.  

Mon petit garçon était en train de faire sa sieste et j'étais en train d'avoir ma conversation téléphonique journalière avec le pasteur, quand ce dernier prit les devant et me fit part que l'intérêt qu'il avait pour moi était plus que de l'amitié.

C'est ainsi qu'à débuté la période de ma vie la plus atroce. Car cet engagement romantique a rapidement évolué en une situation horrible et hors contrôle qui a compromis mon mari ainsi que toute l'église.

Comme vous pouvez l'imaginer aisément, mon mari était furieux. Sa seule consolation était qu'il ne s'était passé rien de sexuel entre le pasteur et moi. Et, croyez-le ou non, c'est à cette période que mon mari est devenu mon meilleur ami! 

 

Alors que les blâmes, les accusations et les rumeurs faisaient feu dans toute la ville, mon mari est devenu mon refuge, ma source habituelle de réconfort et de pardon.

 

Garde-fous pour mariages


Rétrospectivement, je remarque trois garde-fous que j'ai ignoré. Si vous 

Vous êtes en train de devenir trop intime dans une relation avec un autre homme, je pense que les garde-fous suivants pourraient vous aider:

 

1 - Faites confiance au jugement de votre mari


Dieu a eu l'intention de faire de mon mari quelqu'un de suffisamment proche pour qu'il devienne ma "deuxième moitié". 

Il est mon protecteur parce que très souvent il remarque bien avant moi les intentions louches des autres hommes. Il ne s'est jamais senti à l'aise dans cette relation avec mon pasteur et, bien que je croyais que c'était "OK" parce que sous l'égide de l'église, il était toujours sur ses gardes.

 

Les hommes savent comment les autres hommes s'y prennent, de la même manière que les femmes savent comment les autres femmes s'y prennent. Faites confiance à votre homme!

 

2 - C'est dans la transparence que les choses s'arrangent


Cela n'a pu commencer à s'arranger que quand j'ai commencé moi-même à être complètement honnête avec mon mari et quand je lui ai raconté toute cette sale histoire.  

Et maintenant, quand je commence à être secrète et évasive, je sais  qu'il est temps que je lui raconte ce qui se passe dans ma vie.

 

Ne vous imaginez pas cependant que le chemin a été rapide et facile. Cela a commencé quand j'ai demandé de l'aide à quelques sœurs matures.  

Elles faisaient partie d'une autre église et n'était donc pas personnellement blessées par cette histoire. Je leur ai demandé conseil et prières.

 

C'est ce temps de prière, en conjonction avec mes efforts déterminés de porter mon attention sur mon foyer et sur mon mari, qui ont été le point de départ du processus du rétablissement et du retour du bonheur dans mon mariage.

 

3 - On est en sécurité quand on peut répondre de ses actes


Un des meilleurs trucs du démon, c'est de nous diviser et de nous séparer du reste du corps du Christ. 

Plus je m'enfonçais dans cette amitié amoureuse avec mon pasteur, plus je devenais secrète et isolée, parce que je refusais de répondre de mes actes devant mes meilleurs amis.

 

C'est pourquoi il est tellement important de rester en réseau avec de bons amis chrétiens et de les laisser avoir un regard sur nos vies ainsi que d'avoir des amies sures avec lesquelles on peut prier et auxquelles on peut dire absolument tout. 

Confiance, transparence, responsabilité sont les garde-fous d'un bon mariage ! 

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 11:06

  POULE-AVEC-SES-POUSSINS.jpg

Pendant un été spécialement sec et chaud au nord-ouest des Etats-Unis, un feu de prairie se déclara et brûla beaucoup de fermes et d’étables.

Après que le feu eut passé, quelques personnes s’organisèrent pour aller visiter les autres afin de leur venir en aide. Passant près d’une ferme réduite en cendres, un de ces hommes vit quelque chose à terre qui ressemblait à une poule noire.

Il s’en approcha. Cela avait bien été une poule, mais elle était presque carbonisée. Elle avait une position si étrange avec ses ailes étendues que l’homme donna un coup de pied pour la déplacer. C’est alors que trois poussins s’échappèrent vivants de dessous leur mère.

Cette poule avait protégé ses petits du feu dévorant. Elle était restée sur eux au milieu des flammes, préférant cette horrible mort à la perte d’un seul de ses poussins.

Cette histoire vraie est une admirable image de ce que le Seigneur Jésus a fait pour nous. Regardons-le sur la croix, les bras étendus, le Sauveur. Si nous allons à LUI, nous serons sauvés et protégés.

Qu’attendons-nous, si nous n’avons pas encore répondu à l’amour du Seigneur Jésus qui nous invite à venir à LUI ?

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 22:30
LA BIBLE. PAROLE DE DIEU.jpg

 

À tous les peuples, aux nations, aux hommes de toutes langues, qui habitent sur toute la terre, à tout être humain. Que la paix vous soit donnée avec abondance! Le témoignage que je vous propose, ce jour, est d’une importance capitale et rare en son genre. Il bouleversera sûrement votre vie. Si, du moins vous le lisez dans un esprit bien disposé. Il est complètement renversant ! Mais, rassurez-vous, je ne cherche pas à faire du sensationnel, je veux simplement que chacun de vous découvre la vérité des Saintes Ecritures et recherche le salut de son âme, aujourd’hui plus que jamais ! Il est peut-être encore temps pour vous, avant que vous ne passiez définitivement et irrémédiablement, de « l’autre côté » ! A lire et à faire lire ! Que DIEU vous bénisse, richement ! Dindé Fernand.


"Tout a commencé aux alentours de 10:00 du matin. Nous étions en train de prier et de nous préparer pour aller à un pique-nique qui devait avoir lieu plus tard dans la journée. Soudain, autour de 10:00, une puissante lumière blanche s'est mise à briller à l'une des fenêtres. Lorsque la lumière est apparue, chacun de nous fut baptisé du Saint-Esprit et s'est mis à prier en langues. A ce moment, nous étions tous dans l'étonnement et fascinés par ce que nous voyions. Cette lumière glorieuse illuminait complètement la pièce. Cette lumière était beaucoup plus forte que la lumière du soleil. Au milieu de cette splendeur, nous pouvions voir une foule  d'anges vêtus de blancs. Ces anges étaient d'une apparence superbe, si grands et si beaux à la fois. Au milieu de tous ces anges, nous avons vu quelque chose d'incroyable : le visage d'un Homme ! Cette image était celle d'un être spécial, un homme vêtu d'une longue robe sous un manteau très blanc. Ses cheveux étaient comme des fils d'or. Nous ne pouvions pas voir son visage car il brillait trop. Cependant, nous avons vu qu'Il portait une ceinture dorée autour de Sa poitrine. Il y était écrit, en lettres dorées : ‘‘Roi des Rois, Seigneur des Seigneurs. ”..."

 

Pour lire le témoignage dans son intégralité, cliquer sur : GIBBOR 777.

Et attendre l'ouverture du fichier WORD. Bonne lecture et que DIEU vous bénisse!

 

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 17:40
Charles Spurgeon naquit en 1834 et mourut en 1892. Remarquable prédicateur, il fut aussi un écrivain hors du commun.

Les biographies écrites à son sujet -et sa propre autobiographie- sont riches d'enseignements et permettent de constater la souveraineté divine dans la totale soumission qui lui a été demandée, avant qu'il puisse être utilisé puissamment au service de Dieu dans l'Evangile.

Pour en faire Son enfant et Son serviteur, l'Esprit de Dieu a travaillé mystérieusement par cette oeuvre de conviction très profonde de péché dans son âme et dans son esprit. Ce besoin d'en être délivré est un exemple édifiant de l' oeuvre que Dieu poursuit dans le but de révéler pleinement Christ comme Celui qui sauve et qui délivre et qui conduit dans la présence de Dieu.

Les circonstances de la conversion de Spurgeon montrent à l'évidence comment Dieu fait concourir toutes choses pour la révélation de Sa gloire. Il se sert même d'instruments pour semer Sa Parole qui n'ont humainement aucune apparence ni aucun don particulier, sinon celui d'être dans Sa main et Sa dépendance pour donner la Parole appropriée au bon moment.

LA PRÉPARATION POUR NAITRE A LA VIE


C'est à l'âge de 15 ans que Spurgeon traversa cette grande expérience qui allait être sa "conversion", et pour laquelle il consacra un chapitre entier de son autobiographie (1).

(1) Nous avons reproduit littéralement les passages de son autobiographie.

A propos de cette période de sa vie, pour relater le combat moral qui fut le sien, il écrira: "J'aimerais mieux devoir supporter la maladie la plus douloureuse pendant sept ans que refaire la découverte terrible du mal du péché". Très tôt, garçon honnête et droit, il avait cependant réalisé ce qu'était le péché aux yeux de Dieu. Dès l'âge de trois ans, il s'amusait à regarder les images du Pèlerin de Bunyan, portant le fardeau sur son dos. Il comprenait qu'il s'agissait d'un fardeau de péchés. Il savait qu'il portait cet horrible fardeau sur son dos, et ne pouvait s'en débarrasser par lui-même.

Quoiqu'il sût aussi bien que d'autres que "Christ est mort pour nos péchés", il ne voyait aucune application de cette vérité à lui-même.

Malgré tous ses efforts, sa conviction de péché ne fit qu'augmenter et au milieu de tous ces combats pour s'affranchir de ce besoin de salut qu'il éprouvait avec de plus en plus d'acuité, il continuait à chercher et à souffrir. Il confessera plus tard: "La chose la plus simple de toutes -croire en Christ crucifié, accepter son salut parfait, n'être rien et le laisser être tout, ne rien faire mais se confier en ce qu'il a fait- je ne pouvais me l'approprier."

Cette recherche douloureuse continua au cours de ses années d'école, où si son travail scolaire excellait, son angoisse intérieure était grande. Il assista à des cultes dans différentes églises lors de son séjour à Newmarket, dans l'espoir d'entendre quelque chose qui l'aiderait à se décharger de son fardeau.

"Un homme prêchait sur la souveraineté divine, dit-il, mais que signifiait cette vérité sublime pour un pauvre pécheur qui désirait savoir ce qu'il devait faire pour être sauvé? Un autre homme, tout à fait remarquable prêchait sans cesse sur la loi, mais à quoi servait-il de labourer la terre qui avait besoin d'être ensemencée? Un autre encore prêchait de façon très pratique, mais ressemblait beaucoup à un officier qui aurait enseigné les manoeuvres de guerre à une compagnie de culs-de jatte. Moi, je voulais savoir: comment puis-je obtenir le pardon de mes péchés? Et cela personne ne me le disait". C'est au mois de décembre 1849 que Dieu employa un changement de circonstances pour conduire Charles Spurgeon au salut et lui donner la paix.

LA SEMENCE IMPLANTÉE PAR L'ESPRIT DE DIEU


"Il m'arrive quelquefois de penser que j'aurais pu rester dans l'obscurité et le désespoir jusqu'à aujourd'hui, si Dieu, dans sa bonté, n'avait envoyé une tempête de neige, un certain dimanche matin, tandis que je me rendais à un certain lieu de culte. Je bifurquai dans une petite rue obscure, et entrai dans une petite Eglise méthodiste. Il y avait dans cette chapelle peut-être douze ou quinze personnes. J'avais entendu parler de ces Méthodistes Primitifs, qui chantaient si fort qu'ils vous donnaient mal à la tête. Cela n'avait pas d'importance pour moi. Je voulais seulement savoir comment je pouvais être sauvé.

"Le prédicateur ne put venir ce matin-là, bloqué par la neige, je suppose. Finalement, un homme d'une grande maigreur, un cordonnier ou un tailleur, ou quelque chose de cette sorte, monta en chaire pour prêcher. Il faut, bien sûr, que les prédicateurs soient instruits, mais cet homme, lui, était vraiment primaire. Il ne pouvait pas sortir de son texte pour la simple raison qu'il n'avait pratiquement rien d'autre à dire. Le texte disait: "Regardez à moi et vous serez sauvés, vous tous qui êtes aux extrémités de la terre! "(Esaïe 45,22).

"Il ne prononçait même pas les mots correctement, mais cela n'avait pas d'importance. Il me semblait qu'il y avait, dans ce texte, une lueur d'espoir pour moi.

"Le prédicateur improvisé commença ainsi: "C'est vraiment un texte tout simple. Il dit, "Regardez". C'est pas trop compliqué de regarder. C'est pas comme de lever le pied ou le doigt; c'est juste: "Regardez". C'est pas la peine d'avoir fait des études pour apprendre à regarder. Même si vous êtes le plus grand idiot du monde, vous pouvez regarder. Pas la peine de gagner des millions pour regarder. N'importe qui le peut, même un enfant.

"Mais voilà que le texte dit, "Regardez à moi." Hé ! dit-il, avec son accent de l'Essex, beaucoup d'entre vous regardez à vous-mêmes. Mais ça sert à rien de regarder là. Vous trouverez jamais aucun réconfort en vous-mêmes. Certains disent, regardez à Dieu le Père. Non, regardez à lui plus tard. Jésus-Christ dit, "Regardez à moi". Certains d'entre vous disent, "Nous devons attendre que l'Esprit fasse son oeuvre". Vous occupez pas de ça pour l'instant; regardez à Christ. Le texte dit, "Regardez à moi".

"Ce brave homme poursuivit alors de la façon suivante: "Regardez à moi! Voyez les grumeaux de sang. Regardez à moi! Je suis pendu au bois. Regardez à moi! Je suis mort, enseveli. Regardez à moi! Je suis ressuscité. Regardez à moi! Je monte au ciel. Regardez à moi! Je suis assis à la droite du Père. Oh! pauvre pécheur, regarde à moi! Regarde à moi! Quand il eut réussi à délayer son discours pendant environ dix minutes, il arriva au bout de ses ressources.

" M'apercevant alors dans l'assistance, et je dois dire qu'avec si peu de gens dans la salle, il devina aisément que j'étais étranger, et fixant son regard sur moi comme s il connaissait la tragédie de mon coeur, il dit: "Jeune homme, tu as l'air très malheureux." C'était vrai, mais je n'avais pas été habitué jusque-là à ce qu'on me fasse, depuis la chaire, des remarques sur mon apparence. Quoiqu'il en soit, il s'agissait d'un coup bien envoyé que je reçus en plein coeur. "Et, continua-t-il, tu seras toujours malheureux -malheureux dans la vie, et malheureux dans la mort -si tu n'obéis pas à mon texte. Mais si tu le fais aujourd'hui, au moment même, tu seras sauvé."

Puis, levant les mains en l'air, il cria comme seul un Méthodiste Primitif pouvait le faire: «Jeune homme, regarde à Jésus-Christ. Regarde! Regarde! Regarde! Tu n'as rien d'autre à faire qu'à regarder et vivre !"

"Je vis tout de suite le chemin du salut. Je ne sais pas ce qu'il dit ensuite -je n'y prêtais guère attention -tant j'étais possédé par cette unique pensée. Je m'étais attendu à devoir faire trente-six choses mais, lorsque j'entendis ce mot, "Regarde !", comme il me parut charmant! Oh ! Je regardai, et je regardai presque jusqu'à en perdre les yeux.

"En cet endroit, et à cet instant précis, le nuage disparut, l'obscurité s'enfuit, et à ce moment-là je vis le soleil. J'aurais pu me lever à l'instant même, et chanter, avec le plus enthousiaste d'entre eux, le pré-cieux sang de Christ et la simple foi qui porte les regards sur lui seul. Oh, si quelqu'un m'avait dit auparavant: "Confie-toi en Christ, et tu seras sauvé". Pourtant, tout était sans aucun doute sage-ment ordonné, et je puis le dire maintenant:

"Depuis que par la foi je vis le flot
Qui coule de tes blessures,
Je parle de l'amour rédempteur,
Et j'en parlerai jusqu'à ce que je meure... "

 

"Cet heureux jour, où je trouvai le Sauveur, et appris à me cramponner à ses pieds adorés, jamais je ne l'oublierai. J'écoutai la Parole de Dieu, et ce texte précieux me conduisit à la croix de Christ. Je peux affirmer que je connus ce jour-là une joie absolument indescriptible. J'aurais pu sauter, j'aurais pu danser; aucune extériorisation, même fanatique, n'aurait pu dépasser la joie de ce moment-là. Depuis, mon expérience chrétienne s'étale sur de nombreuses années, mais pas un seul jour ne m'a donné la plénitude de joie, le délice étincelant, de ce premier jour.

"J'aurais pu sauter de mon siège et crier avec le plus fanatique de ces frères méthodistes: "Je suis pardonné! Je suis pardonné! Quel monument de grâce! Un pécheur sauvé par le sang !" Mon esprit vit ses chaînes brisées en mille morceaux. Je me sentis une âme affranchie, un héritier du ciel, pardonné, accepté en Jésus-Christ, arraché de la fosse de destruction et du bourbier, mes pieds ancrés sur un roc et mon devenir bien établi.

"Dans les deux heures entre mon entrée dans ce temple et mon retour à la maison, quel changement s'était produit en moi! En regardant simplement vers Jésus, j'avais été délivré du désespoir, et amené dans une telle joie que lorsque la famille me vit rentrer, ils me dirent: "Quelque chose de merveilleux t'est arrivé", et je brûlais de tout leur raconter. Oh! quelle joie ce jour-là chez nous, quand tous entendirent que le fils aîné avait trouvé le Sauveur et se savait pardonné !"

La conversion de Spurgeon fut le grand tournant de sa vie. .II était véritablement "une nouvelle création". Ce terrible fardeau oppressant qui, si longtemps, avait pesé sur lui, avait disparu, et mainte-nant tout était nouveau devant lui.

La souffrance par laquelle il passa eut, toutefois, un effet durable sur lui. Une prise de conscience de l'extrême horreur du péché s'enracina profondément dans son esprit, et lui fit haïr l'iniquité et aimer de tout son coeur la sainteté. L'incapacité des prédicateurs qu'il avait entendus à présenter l'Evangile, et cela d'une manière simple et directe, le poussa durant tout son ministère à expliquer aux pécheurs, dans chaque sermon, et de la manière la plus directe et la plus compréhensible possible, comment être sauvé.

SON SERVICE


Quelques jours après sa conversion, Spurgeon reprit son travail à l'école. Tout était différent pour lui; son esprit débordait d'allégresse; la Bible resplendissait de gloire et la prière ouvrait à son âme les portes du ciel. Le 1 er Février 1850 il rédigea et signa une alliance entre lui-même et son Seigneur dans laquelle il affirmait solennellement sa détermination : " 0 Dieu grand et insondable, qui connaît mon coeur, et éprouve toutes mes voies. Dans une humble dépendance du soutien de ton Esprit, je m'abandonne à toi entièrement; en me donnant à toi comme un sacrifice raisonnable, je te rends ce qui t'appartient. Je veux être à toi pour toujours, sans réserves, perpétuellement ; pendant que je suis sur la terre je veux te servir; et puis-je me réjouir en toi et te louer pour toujours! Amen".

Charles Spurgeon avait quinze ans seulement et son amour pour Christ était si grand qu'il ne pouvait pas attendre pour faire quelque chose pour Lui, et il s'employa à trouver des moyens de Le servir et de Le servir tout de suite.

Un témoin donna un exemple de sa manière d'être: "Je marchais un jour dans les bois aux alentours de Londres, lorsqu'au cours de notre promenade , nous arrivâmes devant une grosse bûche qui barrait le passage. "Venez, dit-il aussi naturellement que s'il avait déclaré avoir faim en apercevant du pain. Venez, passons un moment dans la prière." Puis, se levant, il continua à se promener en parlant de ceci ou de cela. La prière n'était pas une parenthèse qu'il aurait introduite, mais aussi naturelle à son esprit que la respiration à son corps."

Il parlait à Dieu avec révérence, mais aussi avec liberté et intimité. Un chrétien déclara à son sujet: "La prière était l'instinct de son âme et l'atmosphère de sa vie, son "souffle vital", "l'air de chez lui" Quand il priait, il filait sur les ailes de l'aigle jusqu'en la présence de Dieu."

Un serviteur de Dieu raconta: "Un des moments qui me faisait le plus de bien quand je me rendais chez Spurgeon était celui de la prière en famille: "quel tendre plaidoyer, quelle confiance sereine en Dieu, quel amour pour le monde entier émanaient de ses prières! Avec quelle familiarité pleine de grâce il s'adressait à son divin Maître."

Tout au long de son ministère, de nombreux auditeurs remarquèrent que, si sa prédication les émouvait, sa prière les touchait plus encore. Lorsqu'on demanda à Moody le célèbre évangéliste américain, de retour chez lui après sa première visite en Angleterre: "Avez- vous entendu Spurgeon prêcher? -Oui répondit-il, mieux encore, je l'ai entendu prier."

LE PREDICATEUR


Quelque soit le texte choisi, Spurgeon proclamait toujours le même Evangile avec sincérité, énonçant les grands principes fondamentaux de la foi chrétienne.

Pour connaître l' essence de "son" évangile il suffit de citer ses paroles: "a Dieu, toi seul peux sauver. Voilà l'espérance et la confiance du serviteur. Lui ne peut pas, mais toi, Seigneur, tu peux. Ils ne veulent pas venir, mais cela dépend de Ta miséricorde, car Tu peux produire en eux le vouloir le jour où Ta puissance se met en oeuvre. Ils ne veulent pas venir à Toi pour avoir la vie, mais Tu peux les attirer et, alors, ils courront vers Toi. Ils ne peuvent pas venir mais Tu peux leur en donner le pouvoir; car, quoique nul ne puisse venir si le Père ne l'attire, cependant s'Il l'attire, alors il peut venir."

Spurgeon puisait son assurance dans le fait que Christ sur la croix a accompli le salut complet de tous ceux que Dieu appellerait; que Dieu tourne le coeur des rebelles, "selon Sa miséricorde". Il se considérait responsable de prêcher l'Evangile à tous et de le faire avec autant de zèle que si l'issue dépendait entièrement de lui. Il savait que "le salut vient de l'Eternel " et il pouvait être sûr que la Parole ne reviendrait pas "sans effet", mais que Dieu l'utiliserait pour opérer le salut des âmes.

Il savait que Jésus, le Fils de Dieu, était venu expier les péchés de tous ceux qui avaient été choisis par Dieu le Père, "élus de Dieu", et que le Saint Esprit vivifierait.

Ces versets de l'Ecriture résument bien ce que Spurgeon prêcha inlassablement: "frères aimés du Seigneur, ...Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, dans la sainteté de l'Esprit et la foi de la vérité, à quoi il vous a appelés par notre évangile, pour que vous obteniez la gloire de notre seigneur Jésus Christ." (2 Thessaloniciens 2,13-14).

"Avant que ne soient établis les fondements même de la terre, Dieu a choisi en Christ, selon son dessein éternel et le bon plaisir de Sa volonté, les êtres humains prédestinés à la vie et à la gloire éternelle." Il l'a fait par pure grâce, par amour. c'est bien le témoignage des apôtres et en particulier de Paul et de Pierre (1 Pierre 1, 2).

De nombreux messages de Spurgeon ont été publiés* et conservés -chacun se vendait à raison de 20000 exemplaires et il en fut publié plus de 2200!

Voici un court extrait de l'un de ces messages simples et directs qui porte sur le serpent brûlant dans le désert: "Regarde à la Croix! "

Et l'Eternel dit à Moïse: "Fais-toi un serpent brûlant, et mets-le sur une perche; et il arrivera que quiconque sera mordu, et le regardera, vivra." (Nombres 21,8).

"Et comme Moise éleva le serpent dans le désert, ainsi il faut que le fils de l'homme soit élevé, afin que quiconque croit en fui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle." (Jean 3,14-15).

"Admirable type que celui qui nous est présenté ici! Jésus, mis au rang des malfaiteurs, est suspendu à la croix devant nous. Un regard sur lui nous guérira de la morsure brûlante du péché. "Quiconque le regardera sera guéri." Que celui qui déplore son état de péché note ces paroles, en se les appliquant personnellement, et il les trouvera vraies. Pour moi, j'en ai expérimenté la réalité. J'ai regardé à Jésus et j'ai été guéri aussitôt. Je puis en témoigner.

Lecteur, si tu regardes à Jésus, tu seras guéri aussi. "Tu constates déjà, peut-être, l'enflure produite par le venin, et tu ne vois plus d'espérance. Aussi bien n'yen a-t-il pas d'autre que celle-là. Mais ce remède est certain: "Quiconque aura été mordu et le regardera, sera sauvé."

Le serpent d'airain n'était pas placé comme objet de curiosité pour les bien portants; il était destiné spécialement à ceux qui avaient été mordus. Jésus, Seigneur véritable, a été cloué sur le bois pour de vrais coupables. Que la morsure du serpent ait fait de toi un ivrogne, un voleur, un impur ou un menteur, un regard sur ce Sauveur te guérira de ces vices et te permettra de vivre dans la sainteté, en communion avec Dieu.

Regarde, oh ! regarde à la croix!

En terminant sa prédication, le dimanche 27 décembre 1874, Spurgeon dit: " Il y aura bientôt un rassemblement dans les rues. il me semble entendre quelqu'un demander: "Qu'est-ce qu'attendent tous ces gens? -Vous ne savez-pas? On doit l'enterrer aujourd'hui! -Et de qui s'agit-il? -De Spurgeon- Quoi! Celui qui prêchait au Tabernacle Métropolitain à Londres? -Oui; on l'enterre aujourd'hui."

"Cela ne tardera pas et, lorsque vous verrez mon cercueil porté vers la tombe silencieuse, j'aimerais que chacun d'entre vous, converti ou non, soit obligé de dire: "Il nous a sincèrement exhortés, dans un langage simple et accessible, à ne pas remettre à plus tard les choses éternelles. il nous a suppliés de regarder à Christ. Il. est parti maintenant et notre sang n'est pas sur sa tête si nous périssons."

Dans presque toutes ses prédications: il avertissait, il suppliait, il plaidait, il priait instamment le pécheur de venir à Christ. Ses sermons furent publiés à plus de 400 millions d'exemplaires dans des langues aussi variées que: l'anglais: le hollandais, l'allemand, le français, l'espagnol, mais aussi le suédois, l'arabe, l'arménien, le bengali, le bulgare, le castilien, le chinois, le congolais, le tchèque, l'estonien, le gaélique, l'hindi, le hongrois, l'italien, le japonais, le kaffir, le karen, le lettonien, le maori, le norvégien, le polonais, le russe, le syriaque, le tamoul, le télégu et l'urdu, le braille à l'usage des aveugles.

Son ministère particulièrement béni, riche et intense, prit fin le 31 janvier 1892. Charles Spurgeon mourut à Menton en France à l'âge de 58 ans. 42 années de sa vie ont été consacrées au service du Seigneur Jésus Christ.

Dans tout son ministère, il prêcha le salut en mettant l'accent sur la grâce souveraine de Dieu. Il proclama l'Evangile fondant le salut sur la rédemption effective et victorieuse des élus de Dieu accomplie par Christ sur la Croix. Son témoignage vient jusqu'à nous aujourd'hui en 1993 .

"Dieu, le Créateur de l'univers, nous adresse la même question que le maître de la vigne posa aux ouvriers de la première heure: "Ne m'est-il pas permis de faire ce que je veux de ce qui est mien?" (Matthieu 20, 15). Rien n'apporte davantage de réconfort à ses enfants que la considération de la souveraineté de Dieu. Un Dieu souverain ordonne, dirige et sanctifie souverainement toutes leurs afflictions, des circonstances les plus adverses aux problèmes les plus graves. Ce droit de Dieu de régner en maître sur toute la création et de gouverner, toute l'oeuvre de ses mains mérite une défense des plus vigoureuses. En un mot, Dieu siège sur le trône de l'univers. L'homme n'aime pas voir Dieu régner, mais c'est un Dieu souverain en qui je crois et que j'aime proclamer." Charles Spurgeon.

Auteur : Sébastien Théret

Source: nycodem.net

Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 20:41
Le témoignage de Luc Delière
 
Si vous avez un peu de temps pour me lire, je vais vous raconter comment Satan derrière la Franc-Maçonnerie nous a détruits, mon fils, ma mère et moi. Mais nous sommes encore vivants, malgré des tentatives (de notre part) … pour en finir. Car l’épreuve qui nous assaille depuis ma démission définitive de la Loge est longue, très éprouvante, et ce encore à ce jour, 8 ans après.

En 1998 j’ai décidé de rompre avec le Grand Orient. J’étais bien considéré, 20 années de présence, j’y avais de nombreux vrais amis, d’excellents "frères". Mais bien des années avant (1987), je m’étais converti à Christ dans la douleur, pour des raisons familiales, problème de couple, divorce etc... Durant ces événements difficiles, je me suis approché de Jésus, souvent maladroitement mais obstinément, ce qui ne fut guère facile, et tout cela en fréquentant la loge de moins en moins. Un jour j’ai décidé de vivre autrement, d’être en ordre avec Jésus, car il est vrai que je n’avais toujours pas été convaincu de l’impossibilité de fréquenter et la loge, et de vivre avec Christ. Il s’agit pourtant là de deux voies opposées.

A ce sujet, il est intéressant de lire les condamnations exprimées par l’église catholique, ne serait-ce que pour information, car il faut avouer que de ce côté-là, elle a très vite perçu l’orientation diabolique de la F-M, et malgré la mode (morale) qui évolue avec les siècles, sa position reste heureusement inchangée.

Il faut savoir qu’une fois membre rien ne paraît anormal, nous avions tous la conviction d’appartenir à un super club ou seule l’élite (nous) est présente. C’est un aveuglement profond qui de suite nous conditionne à tout accepter, malgré les rituels symboliques qui n’ont rien d’euphorisant, car se retrouver dans une petite pièce sombre, sans fenêtres, les murs peints en noir, pièce dans laquelle se trouve une chaise, une vieille table en bois sur laquelle trône un authentique crâne humain, un stylo et quelques feuilles de papier pour répondre à quelques questions de type philosophique, tout cela révèle une situation trop étrange pour rassurer. Un verre d’eau également pour les plus émotifs. Cette épreuve dure de 1 à 2 heures, voir plus. Tout être sensé et connaissant Dieu devrait au bout de quelques minutes décider de quitter les lieux, et ce, en courant. Mais hélas, l’individu, qui pourtant n’est toujours pas initié (membre) mais seulement observé et interrogé depuis deux ans, (certaines enquêtes peuvent durer plus de 5 ou 6 ans), en acceptant l’éventualité de postuler, l’éventualité d’être reçu, ouvre dès lors une porte qui jamais ne se refermera, car il s’offre à Satan, qu’il en soit conscient ou non, ce fait est inéluctable. Par la suite, il ne cessera lors des divers rituels de passage de grades, d’ouvrir toujours plus l’accès aux œuvres démoniaques qui gèreront sa vie, et qui de fait, auront
un impact sur les siens et leur descendance.

Les crânes, les cercueils lors de certain passage de grades, ainsi que bien d’autres bizarreries du même genre ne permettent pas une prise de conscience pourtant logique en ces circonstances. L’individu perd très vite toute notion de bien et de mal, et est complètement régi par la morale maçonnique qui à ses yeux est la seule qui soit sensée. Dans cet égarement, j’ai été approché par un "frère maçon" très sympathique au demeurant, radiesthésiste notoire, qui décela de suite cette sensibilité particulière me permettant d’agir comme lui, voire mieux. Les tests furent faits et réussis, et… voilà comment l’occultisme se greffa à mon athéisme stupide. Comme quoi un malheur ne vient jamais seul.
Cet occultisme m’a rattrapé après ma démission car la précarité de ma vie nécessitait de ma part d’agir, l’épreuve étant longue et particulièrement pénible.

Heureusement, j’ai vécu avec Jésus Christ une expérience extraordinaire, il m’accorda subitement la nouvelle naissance en l’année 2005. Cette expérience est en soi un autre témoignage, tellement extraordinaire, mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Toutefois quelques mots, car Jésus s’est emparé de moi ce jour-là avec force et puissance, et cela en accentuant les faits par le baptême de Saint-Esprit, la prière à voix haute (peu importe l’entourage), des visions, etc. Il m’a interpellé pour m’interdire formellement toute action occulte, radiesthésie, et dès ce jour, j’ai pu rompre instantanément et définitivement avec cette partie d’héritage maçonnique. De cela, de cette période, il reste d’ailleurs des traces sur le net qu’il m’est impossible de supprimer malgré mes nombreuses démarches auprès des sites en question, mais après tout, qu’ai-je à cacher puisque ma vie désormais appartient à Christ. J’ai été guéri miraculeusement récemment, d’une douleur persistante, présente depuis plus de quarante ans. Aucune intervention chirurgicale n’était envisageable pour apporter une amélioration.

À un certain moment de la vie maçonnique, des initiations particulières sont réalisées pour ceux qui courent derrière les grades et se font une fierté d’arborer des décors de plus en plus précis. Nul n’est à l’abri de l’orgueil, de la vanité, du syndrome du pouvoir. Et le pouvoir s’obtient très vite, quelques grades plus haut, sans devoir pour cela atteindre les sommets. Le 3ème grade déjà (maître) vous permet d’être membre de la commission et d’évoluer vers la position de "vénérable maître", patron de l’endroit pour 4 ans. Avec tous les pouvoirs. C’est en progressant vers les "hauts grades" que des révélations de plus en plus ténébreuses devraient permettre de prendre conscience de l’absurde de la situation, et pourtant l’aveuglement reste constant.
Personne ne réagit !

Il n’est possible de réaliser la réalité de tous les liens de ce mauvais choix que lorsque l’on en est sorti de manière définitive et non "en sommeil".

Et en sortir, voilà le problème. En fait, il n’existe qu’une seule façon de faire, c’est la "mise en sommeil". D’ailleurs si vous rencontrez des maçons qui ont démissionné et qui n’ont rien vécu de particulier, si leur vie a continué sans accroc, sachez qu’en fait ils sont toujours maçons, en congé tout simplement. Car si des années après, ce qui arrive dans la plupart des cas, ils décident de retourner voir les "frères", il leur suffit de frapper à la porte, plus besoin d’enquête, d’examen, de vote, d’initiation. Bienvenue mon frère, reprends ta place.

Pour ma part, ou j’écrivais un discours, ou quelques lignes très précises. En 3 ou 4 lignes ce fut chose faite. J’ai bien précisé "pas de mise en sommeil" mais une "démission définitive", avec l’interdiction de mon vivant (et après) d’approcher mon fils afin de le corrompre.

Je dois dire que jamais je n’ai eu d’ennuis avec Pierre, Paul ou Jacques, veuillez m’excuser du choix de ces prénoms. L’ennemi invisible s’est occupé de moi sans utiliser qui que ce soit (à ma connaissance), il s’est simplement servi des circonstances de la vie. J’étais un homme d’affaire prospère, 2 sociétés, 15 salariés, plus des sous-traitants, une villa de luxe, Mercedes, et tout ce qui va avec. L’année suivante j’avais des contrats pour des montants extrêmement importants. Je touchais au but que je m’étais fixé lors de ma jeunesse, ayant tout fait pour sortir du milieu ouvrier qui était le mien.

En quelques mois tout à été perdu, sans faillite, ce qui déjà n’est pas courant, des faux sont apparus dans ma comptabilité, ma villa a brûlé, j’ai changé de voiture, une Jaguar sport… Je l’ai gardée 6 heures, accident incompréhensible : 20 ans sans accident et pourtant plus ou moins 80.000 km par an. J’ai voulu faire expertiser la voiture mais impossible, perte totale. Ennuis avec la police, ils m’ont battu pendant des heures, une nuit au poste, plainte de ma part, des années plus tard tribunal, séance reportée deux fois, puis à la troisième ils mentent et ont des versions contradictoires sous serment, 4ème séance, je suis condamné 1.500 € d’amende et/ou 2 mois de prison. Voilà les anecdotes. J’oubliais, pour l’incendie l’assurance a payé, mais quelqu’un s’est emparé de l’argent sur mon compte, et…. pas de suite.
Mon fils n’a pu faire d’études, moi sans travail, impossible de rembourser le moindre petit crédit ridicule, j’ai été fiché, j’ai connu la valse des huissiers, etc. Et évidement, les banques c’est fini, plus question de négocier un prêt ni d’avoir une relation d’affaire avec elles. J’ai encore la force et la volonté de recommencer. 54 ans ce n’est pas dramatique, mais pas moyen pour l’instant de mettre le pied à l’étrier.

Aujourd’hui, malgré toutes mes démarches, je subis encore d’énormes oppositions dans ma vie. Mes dettes seront entièrement réglées d’ici un ou deux mois, alors que l’argent est au service de médiation judiciaire depuis plus d’un an… Aujourd’hui j’ai une allocation qui permet de manger et de payer le loyer d’un appartement minable dans un quartier qui l’est tout autant.
Voilà les dégâts qu’impose l’ennemi à ceux qui le quittent. Pas facile tout ça, pas facile du tout, mais il faut être conscient de cette réalité et agir si on le peut.

Après ma démission, j’ai recherché la délivrance pour couper tous les liens démoniaques dont j’étais victime ainsi que ma descendance.

L’ennemi est là, bien présent, et pour une fois on peut le désigner du doigt, le dénoncer matériellement, concrètement. Il ne faut pas se voiler la face, mais au contraire se dresser et combattre car nous ne sommes pas de son parti, voilà ce à quoi j’invite tous les "maçons", fuir le mauvais combat, décider de faire le choix qui sauve et non celui détruit malgré les apparences trompeuses.

Dieu est un Dieu jaloux et ne nous autorise pas à nous soumettre corps et âme en dehors de lui. Or Dieu n’est pas évoqué en Franc-Maçonnerie, car on laisse le libre choix à chacun de créer son propre dieu, via le "Grand architecte de l’univers" qui n’est autre que la liberté luciférienne, l’offrande de sa vie à l’ennemi, un pacte symbolique avec le diable.
J’aime à penser que toute cette démarche qui a bouleversé ma vie, m’a permis de quitter le "grand architecte" pour le "petit charpentier".

Il m’arrive souvent de me souvenir avec émotions des amis que j’avais là-bas. Je prie pour eux car ils ne sont en rien (pour la plupart) conscient de cet emprisonnement. Excepté s’ils ont atteint les hauts grades, là ils savent !

Je pense souvent à Paul et son épouse M, à un autre Paul (domaine de la construction) cet ami qui un jour m’a aidé, à André (poète et écrivain), à un autre André et son épouse qui adhéra, elle aussi à une loge féminine, à Etienne et son épouse F, Etienne également un jour m’a rendu service tout comme son épouse, je n’ai rien oublié. S’ils me lisent, qu’ils sachent tous que je prie pour eux.

Luc Delière     
lucdeliere@yahoo.fr
Repost 0
Published by Dindé - dans Témoignages
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dindé
  • Le blog de Dindé
  • : Écrire et publier des articles pour œuvrer au réveil spirituel de l’Église de JÉSUS-CHRIST.
  • Contact

Profil

  • Dindé
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.
  • Né de nouveau en Mai 1983, époux d'une femme ADORABLE et père de quatre MERVEILLEUX enfants(deux filles et deux garçons), Responsable du Groupe d'Intercession de ma communauté, Responsable du Groupe Musical (Guitare basse)et Directeur de Radio.

Texte Libre

Ce blog, pour interpeller et inciter l'Eglise de JESUS-CHRIST à retrouver la vie qui l'animait à sa descente de la Chambre Haute!

Recherche

Archives

Pages

Liens